Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, partout où l’on va, c’est des inondations. Les eaux pluviales qui n’ont laissé rien sur leur passage, ont dicté leur loi aux différentes localités touchées. Les populations doivent mieux s’organiser aujourd’hui pour prendre leur destin en main. Et c’est le même scénario, les autorités attendent que les eaux envahissent les maisons ou les villages pour ensuite aller constater les dégâts. Depuis 2012, les populations se contentent d’une même scène. Après inondations, ces autorités se déplacent avec des dons insignifiants visant à soulager les couches vulnérables. Les populations de Mboussène, Doundodji, Ngayéne, Ndia et Nguith pour ne citer que celles-là , ne me démentiront pas. Victimes des inondations, elles ne savent plus à quel saint se vouer. Ce qui est marrant, à Lingère 4 parcelles ont été confisquées pour un ‘’ système de canalisation ‘’ qui ne se réalisera jamais, à mon humble avis. Sinon qu’attendent-elles ? De grâce ne me parler pas de L’ONAS (l’Office national de l’assainissement du Sénégal) qui n’est aucunement responsable de ce malheur !

La réalité, en temps de paix (saison sèche) vous consacrez tout votre temps à dompter votre ‘’bétail électoral’’ ou vautours au lieu de se pencher sur les maux incomptables qui gangrènent la commune de Linguère.

Masse Ndiaye (la voix des sans voix)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Éducation : l’honorable Aliou Dia loge les étudiants ressortissants de Mbeuleukhé à Dakar et saint louis

Toujours à côté de sa population,le maire de la commune de Mbeuleukhé ne cesse de faire de…