LES VAINES COMPLAINTES DE WATTU SENEGAL (Par Pape Sarr)

Comme on pouvait le prĂ©voir, et comme nous l’avions bien sĂ»r prĂ©vu, la clameur retentissante des sonkologues, perd de son intensitĂ© de jour en jour. Les annonces de rĂ©vĂ©lations continuent de plus belle ainsi que les tentatives de l’inspecteur radiĂ©, essayant de  garder intacte le front de la contestation et de l’indignation. Mais les fracas mĂ©diatiques ont fini d’attirer l’attention, la tabaski et son corolaire autour de la fiĂšvre du mouton et des retrouvailles familiales, sont passĂ©s par lĂ  et ont pris le dessus Ă  NdoumbĂ©lane. Les citoyens ont Ă©tĂ© plus prĂ©occupĂ©s par les provisions et les coutures que par les atermoiements de quelques tĂ©mĂ©raires de la plume, trĂšs insatisfaits de ne pouvoir coller des  griefs solides contre les SALL. MĂȘme Ă  coup de dĂ©claration de patrimoine et de menaces de rĂ©invention de la dĂ©claration de patrimoine du PrĂ©sident, le radiĂ© qui voudrait ĂȘtre martyr pour assurer un coup mĂ©diatique et politique, n’attire plus les foules. C’est juste si les gens ne se sont pas lassĂ©s de l’entendre se plaindre.  En cette tabaski pleine de grĂąces et de symboles, bien des citoyens ont eu une pensĂ©e pour cette famille Sonko,  dont on dit qu’elle demande clĂ©mence au chef de l’Etat pour la rĂ©intĂ©gration d’un brillant inspecteur, qui a malencontreusement sacrifiĂ© les siens et son avenir, sur l’autel des calculs politiques et politiciens.  Pastef  a fait le plein d’adhĂ©rents, de bonne et, ou de mauvaise foi, qui sont venus grossir les rangs de ces syndiquĂ©s des impĂŽts devenus pour beaucoup des militants du Parti. Comme on dit, c’est du tout bĂ©nef quoiqu’il arrive, reste Ă  savoir si le compte sera suffisamment intĂ©ressant pour pouvoir aller Ă  l’assaut du pouvoir, et continuer Ă  faire l’actualitĂ© politique dans des schĂ©mas dĂ©sormais diffĂ©rents des rĂ©vĂ©lations et des suspicions insensĂ©es.  Il aura marquĂ© plusieurs semaines d’actualitĂ©s  et fait des dĂ©gĂąts collatĂ©raux qui ont obligĂ© des fortes personnalitĂ©s comme le Maire de GuĂ©diawaye et Ă©minent PrĂ©sident des Maires du SĂ©nĂ©gal à  s’expliquer sur  Petro Tim et sur les 90 milliards qu’il aurait du verser au fisc, selon les paroles insoupçonnables  d’un inspecteur des impĂŽts.  Sonko le tĂ©mĂ©raire perd de sa verve et s’agrippe comme il peut Ă  la mĂ©diation annoncĂ©e de plusieurs  personnalitĂ©s et organisations pour sa rĂ©intĂ©gration. Suffisant pour  nous interpeller sur sa posture  au regard de l’adĂ©quation entre le dire et le faire.

L’exercice pour Aliou SALL fut simple sur Faram Facce de TFM, d’une simplicitĂ© dĂ©concertante mĂȘme, car l’accusĂ© n’a pas bafouillĂ© une seule fois, tout a Ă©tĂ© clair, trĂšs, trĂšs clair et n’importe quel citoyen pouvait se rendre compte qu’il disait la vĂ©ritĂ© rien que la vĂ©ritĂ© et  qu’il n’y’avait vraiment pas de quoi fouetter un chat.  Cela a simplement contribuĂ© Ă  dĂ©senfler, la rumeur persistante d’une main mise du PrĂ©sident des Maire sur notre pĂ©trole et sur notre gaz, des ressources jusqu’ici estimĂ©es,  car elles ne sont pas encore produites. MalgrĂ© tout, les sceptiques du camp adverse, non contents d’avoir une rĂ©plique aussi limpide, ne supportent pas de devoir se contenter d’un flop malgrĂ© toutes les accusations entendues ça et lĂ . Eh Oui, Dara khĂ©woufi, il n’y avait que du vent,  alors  pour ne pas rester sans os Ă  ronger, les fĂ©rus du combat, coute que coute et quoiqu’il se passe, s’activent dans de vaines complaintes qui signent leurs rĂ©actions de mauvais joueurs ayant perdus toute crĂ©dibilitĂ©. C’est bien le sens de cette sortie sur Xalima, titrĂ©e « la brochette d’intox d’Aliou SALL » qui suggĂšre que nous n’ayons ni bien entendu, ni bien compris les explications claires et nettes du Maire de GuĂ©diawaye.  Aboubakrine  le bloggeur, est libre de faire le billet qu’il veut sur son blog, il n’aura jamais le loisir de dĂ©cider  de notre comprĂ©hension des choses.  Ses explications dĂ©cousues n’entameront pas notre conviction que mĂȘme si Aliou SALL est le frĂšre du PrĂ©sident, il a le droit  d’entreprendre, de travailler et de vivre. Peu me chaut qu’on traite cette contribution d’intĂ©ressĂ©e, de dĂ©fense du diable ou de je ne sais quoi encore que les sonkologues attribuent volontiers Ă  ceux qui se hasardent Ă  les contrarier.  L’histoire et les vĂ©rifications ont fini de montrer que la coĂŻncidence d’une dĂ©couverte de pĂ©trole en 2000 avec un Macky SALL responsable des donnĂ©es de Petrosen est fausse, qu’il n’ya rien Ă  attendre comme milliards venant de PĂ©tro Tim pour renflouer les caisses des impĂŽts, que les 90 milliards Ă  devoir payer au fisc n’était qu’affabulation,  et que les 200 milliards dont certains nous ont bassinĂ© n’existent, pour ainsi dire, pas du tout, car ce ne sont lĂ  que des valeurs d’investissements prĂ©vu par Kosmos Energy, l’acquĂ©reur des  licences (60%) de Timis Corporation.  C’est clair pour nous, il ne s’est rien passĂ© d’anormal (dara khĂ©woufi, touss, Nada), jusqu’à la preuve du contraire.

Il faut fĂ©liciter le journaliste d’investigation par qui tout est arrivĂ©, pour ce travail d’alerte sur nos ressources, et cette vigie qui garantit dorĂ©navant la fin de la propension Ă  la mainmise sur nos ressources. A contrario cependant,  il faut dire honte aux vaines complaintes des accusateurs sans preuves, qui  voient des voleurs partout et qui ne veulent entendre que ce qu’ils croient.

Faute de pouvoir perturber le Macky, l’excitation gagne les « coalisĂ©s de l’axe du mal », regroupĂ©s dorĂ©navant sous le nouveau label Wattu SĂ©nĂ©gal, derniĂšre mouture du front patriotique, prĂ©sente dans les back politiques depuis que l’ensemble de ses composantes s’est rendu compte qu’il ne comptait pour rien dans les derniĂšres Ă©lections pour le HCCT. C’est assurĂ©ment de la dictature, semblent-ils conclure  et le porte parole du jour de ce « mbotaay » politique qui appelle Ă  une marche au nom du peuple, parle du prĂ©sident de la RĂ©publique qu’il appelle affectueusement « le garçon qui se trouve au palais ». Rien que cette discourtoisie dans la maniĂšre  de s’exprimer en dit long sur les dispositions de cette personne vis-Ă -vis de la correction verbale minimale. Il est bien Ă©vident qu’il n’ya rien Ă  attendre de ces leaders qui permettent Ă  Mouth BANE de s’en donner ainsi Ă  cƓur joie dans la seule chose qu’il sait Ă  peu prĂšs bien faire  : Ratatati Rek !!!. Et dire que c’est ce monsieur qui nous propose sa solution pour « Jubanti » SĂ©nĂ©gal.  Autant dire qu’on est mal barré !

Par moment on ne peut s’empĂȘcher de penser Ă  Yaya DiamĂ©, qui serait finalement un hĂ©ros, pour certaines catĂ©gories de hĂąbleurs impĂ©nitents. Le SĂ©nĂ©gal  est une dictature ? Quel manque d’initiatives.

Je peux d’avance vous assurer que personne ne marchera dans la diaspora le 20 Octobre prochain, ni Ă  Nantes, ni Ă  Barcelone, ni Ă  Bergamo. Et si par extraordinaire il y’avait un Ă©cho favorable de cette grogne mal inspirĂ©e, Ă  Paris ou New York, cela ne concernerait que deux pelĂ©s et trois tondus en mal de sensations fortes.

On peut  attester de la souverainetĂ© et de la maturitĂ© du peuple sĂ©nĂ©galais, qui n’est pas celui que certains veulent faire croire. Les sĂ©nĂ©galais ne sont pas des ĂȘtres vendables et achetables Ă  souhait, ils sont pluriels et divers dans leurs engagements et dans les visions qu’ils ont des choses.  Ne pas respecter la majoritĂ© silencieuse et vouloir nous imposer une pensĂ©e unique, vouloir nous affoler vaille que vaille pour pouvoir trouver des failles favorables au combat politique, c’est assurĂ©ment ne rien comprendre du tout.

Deweneti à tous !!

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.