Le soleil de Sunugaal décline et le soir est prompt à le suivre. L’horizon s’assombrit sur le landerneau politique sénégalais où un vieux Président qui n’a plus que peu de temps de règne à vivre, s’accroche de toutes ses forces, à tout ce qui semble pouvoir l’aider à assoir un troisième mandat.

Tout y passe, de la contorsion politique la plus extrême, à la dilapidation financière la plus outrageuse, rien n’est de trop pour  Wade, dans son intention de briguer les suffrages  de la présidentielle prochaine. Tout le monde est en émoi dans ce Pays où plane désormais le spectre  du désordre et de l’affrontement. Les nombreux prétendants au fauteuil affûtent leurs armes pendant que jours après jours des citoyens de plus en plus nombreux s’engagent aux cotés de Y’en à Marre et du M23, dans leur détermination à lutter contre la candidature  du Président sortant. Il se susurre dans les milieux dakarois que Wade veut balayer le terrain à son fils et sécuriser une famille politique et, ou, filaire, qui a fini de semer  le détournement d’objectif et la désolation financière jusqu’au sommet de l’état. Les  sages du conseil constitutionnel qui devront très bientôt trancher la question, de ce qui passe pour la candidature de trop,  vivent dans l’incertitude d’un cauchemar sans fin. Désormais ils seront, quoi qu’ils décident,  dans les pages d’histoire de ce Pays ; leur noms seront à jamais gravés, soit en lettres d’or, consacrant ainsi leur choix  de respecter le droit et le peuple, soit en  lettres de couleur rouge indélébile, du sang de ce même peuple,  qu’ils auront choisi de trahir. Le fait est lui constant,  qu’il va falloir choisir un Président,  pour continuer l’œuvre et les actions entreprises sous la Wadésie déboussolée, ou pour opérer une rupture, refonder et réorienter la marche,  aujourd’hui hasardeuse et lancinante du Pays de Lat Dior et de Maba Diakhou Bâ. Un Président pour février 2012, c’est ce que la norme veut consacrer, jamais l’habit n’a été autant convoité,  malgré une forte caution de 65 millions, exigible à dessein,  pour décourager les candidatures. Pour autant, jamais de mémoire de fils de Koch Barma, une élection présidentielle n’a été aussi incertaine. Les lignes de front se resserrent, les « bakk » et autres « grioteries » fusent de tous les camps, tandis que toutes les chapelles religieuses intensifient les prières et  ordonnent des offrandes en faveur de la paix. Le hasard du calendrier ou la simple volonté divine place le Maouloud 2012 au milieu de cette ébullition socio politique comme pour demander à tous les acteurs de ces confrontations redoutées, de revenir  à la raison, à la dignité et à la foi, afin que le chaos qui se dessine puisse être contournable, ou qu’il serve à défaut,  de levier sans faille à la naissance d’un ordre et d’un état nouveau. Qui veut la paix prépare la guerre dit on, nous sommes fondés à croire que cette maxime triomphera et nous permettra de trouver un Président. Allah tout puissant, l’omniscient, le miséricordieux,  seul votre règne est éternel, que votre volonté soit faite et qu’elle augure  le meilleur pour ce Pays. AMINE !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Dahra Djoloff : Décès d’un médecin par arrêt cardiaque

Un drame est survenu hier jeudi 19 septembre vers 21 h, au quartier Angle Ndiakhaye, dans …