Turquie : Le can du « non » manifeste contre Erdogan aprés la victoire du « oui »

Après la courte victoire du « oui » au rĂ©fĂ©rendum en Turquie, sur le renforcement des pouvoirs prĂ©sidentiels, les opposants aux amendements constitutionnels sont descendus dans les rues. Dans la capitale Ankara, les sympathisants du principal parti d’opposition CHP se sont rĂ©unis autour du slogan « cĂ´te Ă  cĂ´te contre le fascisme ». Les partisans du prĂ©sident Erdogan se sont aussi dĂ©placĂ©s en rue pour cĂ©lĂ©brer leur victoire.

Les partisans du CHP ont dirigĂ© leur mĂ©contentement vers leur prĂ©sident de parti Kemal Kilicdaroglu qui n’a pas selon eux suffisamment rĂ©agi aux allĂ©gations de fraude touchant le parti. Les manifestants regrettent que le dirigeant du parti ne les ait pas laissĂ© descendre dans la rue. Ils sont en outre déçus qu’il ne se soit pas directement adressĂ© Ă  eux mais uniquement via un discours tĂ©lĂ©visĂ©. Il y a eu quelques affrontements aux quartiers gĂ©nĂ©raux du parti entre les employĂ©s de la formation politique et des volontaires, qui exigeaient la dĂ©mission de M. Kilicdaroglu. Les sympathisants du prĂ©sident Erdogan on en outre jetĂ© des pierres et en endommagĂ© une voiture au siège de ce parti d’opposition.

Selon le site d’information critique envers le pouvoir sendika.org, des manifestants se seraient aussi rĂ©unis au siège de la commission Ă©lectorale. Ils protesteraient contre la dĂ©cision du Haut-Conseil Ă©lectoral de valider les bulletins ne comportant pas le tampon officiel du bureau de vote dans lequel ils ont Ă©tĂ© glissĂ©s dans l’urne. La police a sĂ©parĂ© les manifestants.

Selon des tĂ©moins, il y aurait eu des protestations dans divers quartiers d’Istanbul, dont Kadiköy et Besiktas, et Ă  Izmir dans l’ouest du pays. Les manifestants entrechoquaient des casseroles et poĂ«lles, comme lors des rassemblements contre le gouvernement au parc Gezi en 2013.

Le camp du non l’a emportĂ© prĂ©cisĂ©ment dans ces trois principales villes, Istanbul, Ankara et Izmir.

Les pro-Erdogan aussi
Des scènes de joies ont aussi Ă©tĂ© constatĂ©es en revanche dans les rues après la victoire du oui Ă  51,41%. Des supporters du prĂ©sident Erdogan se sont rĂ©unis pour cĂ©lĂ©brer la victoire devant le siège du parti AKP au pouvoir Ă  Ankara et Istanbul. Toutefois, ils avaient espĂ©rĂ© une large victoire nette. Ils incombent les rĂ©sultats Ă©troits au chef du parti Devlet Bahçeli, qui a divisĂ© le parti en Ă©voquant la possibilitĂ© d’Ă©tablir un Etat fĂ©dĂ©ral après le rĂ©fĂ©ren

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.