Les spécimens dangereux ne mettront jamais le Sénégal en danger (Par Pape Sarr)

Les spécimens dangereux ne mettront jamais le Sénégal en danger Non le Sénégal n’est pas en danger, mais il contient quelques barbus dangereux surtout pour euxmêmes et les leurs. Ce sont ces illuminés reconnaissables à leur barbe de djihadistes, ou à tout le moins, de salafistes supposés, qu’ils arborent fièrement pour marquer leur défiance vis-à-vis de notre islam de Ndoumbélane. Ils ont souvent été à la bonne école française de la République mais ont eu en plus une éducation religieuse stricte. Cela se manifeste pour beaucoup de ces spécimens par leur auto destruction quasi courante, dont les symptômes sont identifiables grâce au caractère interrogatif de leurs textes et propos qui sont en général des séries de questions à la pelle avec souvent des réponses unilatérales aux questions que posent leur névrose interrogative et prolixe. Ces personnes sont de véritables cas cliniques pour la psychiatrie parce qu’elles sont, dans des cas exacerbés, en capacité de s’auto détruire et peuvent dans une tentative extrême de faire prendre en compte leurs interrogations, poser des actes odieux pour eux même et pour la société. Leurs interrogations sont telles que seules leurs propres réponses sont satisfaisantes. Ces mabouls seraient des candidats probables pour les ceintures d’explosifs en public, dernier véhicule pour le paradis des tarés, qui s’imaginent martyrs et élus de Dieu. Je mesure mes propos et j’ai à cœur de lancer une alerte retentissante pour que le peuple tout entier fasse attention aux spécimens dont Assane Bocar NIANE, dans sa dernière sortie intitulée « notre république en danger », semble emboucher largement la trompette de porte parole. Mon ami et grand frère Pape Samba Badji excellent expert du verbe s’étonnerait forcément da la quantité de questions que pose ce texte qui s’est évertué à être un chapelet d’indications imaginaires de faits et d’actes irrévérencieux posés à l’endroit de la république, et en total irrespect des légalités que pose notre constitution.

Il faut comprendre que la logique débridée de notre auteur peine à se souvenir que nos députés sont l’émanation du peuple et que notre constitution qui est la charte fondamentale par laquelle le peuple scelle notre appartenance à l’ensemble dénommée république. Monsieur NIANE n’est pas dans une aisance intellectuelle susceptible de lui permettre de se rappeler que nous vivons non seulement dans une république mais que cette république est démocratique et suppose donc une souveraineté du peuple exercée par le peuple et pour le peuple. Il faudrait presque avoir un don divin pour lui faire comprendre que notre état et nos institutions sont dirigés par des personnes qui exercent les pouvoirs que seul le peuple confère selon un canevas et des processus décidés et connus qui s’appellent des élections.

Au demeurant je dois dire à Assane Bocar NIANE que mon peuple et un peuple laïc composé de musulmans, de chrétiens, d’animistes et même d’athées, de plusieurs ethnies différentes, et que tous ensemble nous sommes la République du Sénégal. J’ai bien à cœur de lui faire comprendre que pour ce qui concerne les musulmans, qui constituent plus de 90% de mon peuple, nous ne sommes ni Chiites, ni Sunnites, encore moins Wahhabites ou Salafistes, nous n’y comprenons rien du tout, nous sommes et nous nous y retrouvons Tidianes, Mourides, Khadrs, Layènes, et nous avons suffisamment de choses à résoudre et à circonscrire rien qu’à ce niveau. Nous habitons ensuite Thiénaba, Taïba Thiékene, Diapal Sarr, Tivaouane, Touba, Ndiassane, Yoff et tous les « Tounds » du Boundou au Walo du Cayor au Baol du Fogni au Sine, et du Ndiambour au Fouladou. Je dois rappeler que nous pratiquons depuis bien longtemps nos religions sans histoire, dans le vivre ensemble le plus inclusif et le plus harmonieux, et que personne ne nous fera devenir autre chose que sénégalais.

La tentative délibérée de faire de sa récrimination et de son alerte une plaidoirie pour l’aversion contre notre exécutif et nos élus n’est que la réaction non réfléchie cette fois d’un processus plus pernicieux résultant de cette haine dont s’est abreuvée Assane Bocar NIANE. La source politique de tels agissements, pourrait ressembler à une corporation politicienne mal intentionnée comme ceux qui se font appeler les patriotes, dévoyant ainsi l’essence même du mot dans un « pastef » commun et abjecte, puisque incapable de proposer un projet de société où l’harmonie et le vivre ensemble auraient encore du sens.

Notre monde vit dans une cacophonie affolante depuis l’élection d’un Trump au pays de l’oncle Sam, mais pour autant, jamais le principe de la démocratie n’a été décrié ou dénoncé. Les USA ont fait le choix accepté par le peuple, de faire voter de grands électeurs ; et même si le nombre de voix pour Hilary CLINTON est supérieur à celui de Donald TRUMP tout le monde respecte le choix démocratique du nombre d’états remportés par ce dernier et la vie continue. Evidemment il y’aura des Assane Bocar américains dans les rues, quelques jours encore certainement, mais globalement tout le monde sait que ça ne changera rien même si Trump n’a rien de rassurant.

Pour en revenir à Ndoumbélane on peut rester aux USA et relater la dernière sortie du Président Macky SALL au FMI. Cette institution que certains intellos qualifient de diable économique et sans laquelle la plupart de nos pays sombrerait depuis des lustres, a fini de trouver mon président impressionnant de perspicacité et de propositions d’offres alternatives pour nos pays du Sud. Mais ça c’est pour les cerveaux normaux et pour les intellectuels sans appréhension et sans névrose bloquante. Tout finalement, est critiquable dans ce monde, mais la critique doit toujours réserver une parcelle de bon sens sans quoi ça devient du déni pur et simple et révèle au grand jour, la disposition pathologique dont je faisais allusion en parlant de notre auteur crieur Assane Bocar NIANE. Madiambal qui n’est pas mon journaliste préféré à dû sortir de sa réserve pour donner la réponse du président aux « nonistes » invétérés. C’est le contenu de sa dernière sortie sur xalima.com, dans laquelle il détaille la liste des indicateurs prouvant à toute personne intellectuellement honnête que le pays va mieux, et permettant de mettre le doigt sur toutes ces réalisations qui font dire à mon ennemi Malaw, ( ancien ministron de Wade perdu par ses rêves de destin présidentiel, et resté longtemps en total apraxie politique), que seuls les malhonnêtes ne reconnaissent pas que le pays avance.

Je ne lui referai pas le détail du texte de Madiambal à Assane Bocar NIANE, je note pour le souligner mon accord avec lui quand il dit « que nul n’a le monopole de l’engagement patriotique, mais sacrifier les intérêts de la patrie à des fins individuelles et égoïstes, voilà qui est très éloigné du patriotisme. De même nul n’a le monopole de l’éthique, mais des mensonges prononcés par de hautes personnalités, voilà qui est contraire à la morale. » J’espère vraiment que quelqu’un comme SONKO a bien lu ça, lui qui rabâche partout la patrie, pour en définitive utiliser tout ce qu’il trouve probant, à des fins purement individuelles, politiciennes et égoïstes. Lui qui a fait des révélations qui lui ont valu d’être radié de la direction des impôts après avoir débité des énormités qui se sont toutes révélées fausses après vérification. Pour l’ensemble de ces barbus tourmentés, je formule mes meilleures prières à l’approche du Magal de Touba et j’implore pour eux et pour tout les « domou adama » la clémence et la miséricorde divine. Oui l’être humain est un méchant pêcheur « inal Insana la zalomoun Kafara », ces gens en sont les modèles achevés.

Ô Seigneur ! Préserve le Sénégal de ces spécimens malveillants !

Pape SARR Duc de Diapal

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.