Autorité et liberté deux concepts, deux principes fondamentalement contraires, et sur qui repose le pouvoir politique. Mais ces deux termes, pour ainsi dire, indissolublement liés l’un à l’autre, demeurent constamment en perpétuel conflit. Quoi de plus normal dans une démocratie où toute tentative de bâillonnement et de restrictions des libertés, et des forces contradictoires, piliers de la vitalité de la démocratie est un anachronisme sans précédent et un recul des dites libertés acquises de hautes luttes.

Voilà ce que semble insinuer Le PDS, face au refus catégorique de manifester  qui lui est servi par l’autorité administrative, et qui par conséquent, les prive de jouir d’une liberté fondamentale et constitutionnelle, celle  d’expression et de marche, Au demeurant ; liberté qui ne doit nullement  porter atteinte à autrui ni troubler l’ordre public.

C’est l’histoire qui bégaie, dirions nous, que d’interdictions de manifester, voire de battre campagne dans un passé récent, sous l’ère de Wade, ont été notifiées à l’opposition d’alors. La démocratie, système fondé sur la liberté et l’égalité de chacun, se traduisant par l’usage d’un suffrage libre et transparent et qui s’adosse sur la souveraineté des citoyens à élire librement leurs représentants sur la base de lois constitutionnelles et de compromis entre lles différents acteurs politiques, ne cesse de se consolider avec le temps.

Le pays s’est débarrassé d’un vieux grabataire, rusé à outrance ,d’une bête politique pour reprendre les termes de certains analystes grâce à une volonté populaire sans égal ,dans l’histoire du Sénégal. Wade est bouté dehors malgré ses tentatives de confiscation du pouvoir et cela lui reste à travers la gorge. Cette marche interdite est un cadeau pour lui, et il n’a vraiment rien à perdre face à ce refus et cet affrontement est voulu, c’est un habitué des faits et depuis sa perte du pouvoir, il ne cherche qu’à rendre le pays ingouvernable et il ne s’en jamais caché. Le PDS et son fameux Front patriotique pour la défense de la République ne vont pas lâcher le morceau facilement. Le refus de rendre compte et la posture sans équivoque  et constante  du  Président Macky Sall sur la traque des biens mal acquis sont en toile de fond entre cette lutte permanente de l’opposition et de la majorité. Le procès de son fils qui tarde à se terminer et qui harasse plus d’un sénégalais est l’unique raison de toute cette agitation. Vouloir se faire passer pour des non-ayant droits, s’ériger en victime et écorner, à n’importe quel prix l’image du Président et celle de la République, sont le but recherché par  Wade et ses ouailles.

La recevabilité de la demande de manifester est à l’appréciation de l’autorité, qui doit veiller, sans parti pris, à ce qu’il y ait  toutes les garanties sécuritaires avant de valider une telle demande. Mais Wade est  disqualifié d’avance, ayant annoncé la couleur à travers des déclarations incendiaires qu’il faut surtout prendre en compte et circonscrire. C’est un hic que de vouloir semer l’anarchie à quelques encablures d’un sommet si important, celui de la francophonie.  C’est une opposition qui se morfond dans une posture irresponsable, qui ne cesse de nous chanter, et irrévérencieuse des institutions, ringarde, surtout incapable de valser au rythme de l’intérêt général. Il y a un temps pour s’opposer et des moments de communion solennelle pour la République.

Il ne s’agit non plus, pour la  vitalité de notre démocratie, de se calfeutrer  toujours dans un faux- fuyant sécuritaire. Et n’est-il pas plus commode d’autoriser et d’encadrer des marches que de s’ériger en chef imposant des lubies ?  Et une opposition qui semble vouloir jeter la République en pâture, quoiqu’il advienne mériterait- elle  les destinées de notre cher pays ?

Le Président Macky n’a pas reçu les rênes du pouvoir sur un plateau d’argent et pour autant il n’a jamais tenu des propos outranciers, vulgaires, qui puissent fragiliser nos institutions .C ‘est un Président des valeurs républicaines, soucieux de l’équilibre des pouvoirs et fervent défenseur des libertés individuelles  et opte pour l’engrenage de toutes les formes de libertés dans une optique sociétale plus républicaine.

 BAH FALL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Urgent : CDC, exit Aliou Sall

Alors que ses partisans s’érigent pour empêcher sa démission, Aliou Sall a pris sa décisio…