Sada Ndiaye, la requĂȘte d’Abdoulaye Wade en 2006 et les rĂ©vĂ©lations sur Macky Sall

En marge d’une confĂ©rence de presse organisĂ©e par la Rencontre des LibĂ©raux Engages du Fouta (RELIEF), Sada Ndiaye, le maire de Nguidjilone n’a pas ratĂ© le prĂ©sident Macky Sall. Il n’y est pas par quatre chemins pour descendre en flamme le prĂ©sident Sall.

«Macky Sall a dit qu’il Ă©tait pauvre alors qu’il Ă©tait multimilliardaire. Tout ce que le Fouta a et tout ce que les foutankais ont c’est grĂące Ă  Dieu et au prĂ©sident Abdoulaye Wade. Et depuis l’indĂ©pendance Ă  nos jours personne n’a rĂ©alisĂ© ce qu’Abdoulaye Wade a fait pour le Fouta. Et pour rien au monde Macky Sall ne devrait accepter cela car sa maman est de Nguidjilone. Sans Abdoulaye Wade, Macky Sall ne serait devenu ce qu’il est aujourd’hui. en 2006, c’est Abdoulaye Wade qui m’a dit d’amener Macky Sall au Fouta pour qu’il connaisse ses parents», argue le maire de Nguidjilone.

Revenant sur l’incendie du Daaka Medina Gounass, Sada Ndiaye accuse fermement l’Etat car explique-t-il, « le 4 avril passĂ©, nous avons assistĂ© Ă  un dĂ©filĂ© des sapeurs-pompiers avec des ambulances flambant neuves. Mais malheureusement, quatre jours aprĂšs, l’incendie tragique s’est dĂ©clarĂ© entraĂźnant des vingtaines de morts. OĂč Ă©tait les sapeurs-pompiers et les ambulances avec tous ces slogans, toutes ses parades, tous ses engagements que le gouvernement avait pris pour sauver la sĂ©curitĂ© des personnes. Macky Sall a toujours fait croire aux chefs religieux qu’il les portait dans son cƓur mais le feu de Medina Gounass c’est la chose la plus Ă©lĂ©mentaire. Je parle en connaissance de cause car j’ai Ă©tĂ© prĂ©fet du dĂ©partement de VĂ©lingara de 1978 Ă  1980 et je sais comment on organise le Daaka. Et je dis la responsabilitĂ© du ministĂšre de l’intĂ©rieur est irrĂ©futable. En tant que prĂ©fet Ă  l’époque j’étais capable de dĂ©ployer les efforts nĂ©cessaires pour la rĂ©ussite du Daaka ».

«S’il Abdoulaye Daouda Diallo Ă©tait un homme d’honneur de foi, il devrait rendre le tablier ne se reste que pour honorer les morts du Daaka », argue-t-il pour .

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.