Le Roi du Maroc sanctionne de graves manquements intervenus dans la mise en oeuvre de projets de développement socio-économique sous le Gouvernement Benkirane.

Le Souverain marocain a reçu en audience, le 24 octobre 2017, Ă  Rabat, le Premier PrĂ©sident de la Cour des Comptes, Monsieur Driss JETTOU, au cours de laquelle il lui a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© les conclusions du rapport de la Cour des Comptes sur le projet « Al Hoceima Manarat Al Moutawassit », un projet phare de la MĂ©diterranĂ©e (2015-2019) dotĂ© d’un budget de 600 millions d’Euros.
Les investigations de la Cour des Comptes, dont la neutralitĂ© et l’objectivitĂ© sont incontestables, sont minutieuses et rigoureuses. L’analyse est implacable. Les faits sont sans appel. Seuls cinq projets avaient Ă©tĂ© rĂ©ellement lancĂ©s dans la rĂ©gion d’Al Hoceima sur les 644 annoncĂ©s devant le Chef de l’Etat marocain.
Ce rapport, commandĂ© par le Souverain marocain pour dĂ©terminer les raisons du retard dans l’exĂ©cution de ces projets, a apportĂ© la preuve irrĂ©futable qu’il n’existait « ni malversations ni dĂ©tournements », mais fait Ă©tat de « dysfonctionnements » et de retards injustifiĂ©s. « Il a Ă©tĂ© constatĂ© un grand retard dans le lancement des projets, pis encore la majoritĂ© de ces projets n’avait mĂŞme pas Ă©tĂ© lancĂ©e, avec l’absence d’initiatives de la part de certains intervenants ».
La rĂ©action du Roi Mohammed VI devant ce rapport de la Cour des Comptes, une instance nationale forte d’une neutralitĂ© et d’une objectivitĂ© incontestable et prĂ©sidĂ©e par une personnalitĂ© dont l’impartialitĂ© n’est pas Ă  dĂ©montrer, ne s’est pas faite attendre.
Ainsi, l’ire du Souverain marocain est tombĂ©e sans fioriture sur les responsables gouvernementaux dĂ©faillants, le jour mĂŞme de la prĂ©sentation dudit rapport.
Trois Ministres et un Secrétaire d’Etat en activité viennent ainsi d’être limogés en plus de six Ministres du précédent Gouvernement auquel le Roi du Maroc a retiré sa « confiance ».
Outre ces limogeages Ă  la pelle, le Souverain marocain a exprimĂ© son vif mĂ©contentement Ă  l’encontre d’anciens Ministres qui n’occuperont dorĂ©navant plus aucun poste de responsabilitĂ©.
Quant aux 14 autres personnes, des responsables administratifs, incriminĂ©s dans ce dossier, le Roi du Maroc a instruit son Chef du Gouvernement, Monsieur Saadeddine Othmani, afin qu’il prenne toutes les mesures nĂ©cessaires Ă  leur encontre et de lui soumettre un rapport Ă  ce sujet.
Il est de notoriĂ©tĂ© publique que le Souverain marocain, depuis son accession au TrĂ´ne, veille personnellement au suivi des projets qu’il a lancĂ©s, adoptant une approche dynamique spĂ©cifique basĂ©e sur l’efficience, l’efficacitĂ© et la cĂ©lĂ©ritĂ© dans l’exĂ©cution, et sur le strict respect des engagements.
Toutefois, il est Ă  rappeler que le non-respect des engagements et le retard Ă©vident dans le lancements des projets « Am Hoceima : Manarat Al Moutawassit » ont Ă©tĂ© enregistrĂ©s sous le gouvernement d’Abdelilah Benkirane, actuel SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral du Parti de la Justice et du DĂ©veloppement (PJD).
Force est donc de souligner que ces dernières décisions du Roi Mohammed VI s’inscrivent dans le cadre d’une nouvelle politique qui ne se limite pas uniquement à la région d’Al Hoceima, mais englobe toutes les régions du Maroc, et qui concerne tout responsable, tous niveaux confondus, en application du principe de corrélation entre la responsabilité et la reddition des comptes, d’encouragement des initiatives constructives et de promotion des valeurs de patriotisme sincère et de citoyenneté engagée au service de l’intérêt général.
Ces décisions royales permettront de tirer les enseignements pour prévenir à l’avenir d’éventuels manquements dans la mise en œuvre, dans les délais impartis, des projets de développement socio-économique dans les différentes régions du Maroc et de mettre les responsables gouvernementaux, quelque soit la formation politique à laquelle ils appartiennent, devant leurs responsabilités.
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.