Les chefs d’Etat de l’Union économique monétaire ouest-africaine (Uemoa) ont évalué leurs besoins nécessaires en ressources financières à 5.284,9 milliards de F CFA, pour faire face à la pandémie du Covid-19 et relancer l’activité économique dans la région. Ils l’ont fait savoir lors de la session extraordinaire, tenue ce lundi 27 avril, en visioconférence.
«Il en résulterait une aggravation du déficit budgétaire dons compris pour représenter 5,5% du Pib contre 2,7% initialement prévu», relève le communiqué final signé par le président de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, Alassane Ouatarra, parcouru par Financial Afrik. Dans ce contexte, indique la même source, les chefs d’Etat soutiennent l’initiative de l’Union africaine relative à la dette des pays africains.

Ils ont, par ailleurs, adressé des «remerciements à l’ensemble des partenaires», en particulier l’Union africaine, la Banque africaine de développement, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et le G20 pour les initiatives qui ont déjà été engagées. Non sans les inviter toutefois à «soutenir encore plus le continent africain dans sa lutte contre la pandémie».

Affectée par la pandémie, l’Union qui regroupe les huit Etats ouest-africains ayant le franc CFA en commun s’attend désormais en 2020, à «une dégradation sensible avec notamment un taux de croissance moyen qui ressortirait à 2,7%, soit une réduction de près de quatre points de pourcentage par rapport à la prévision initiale de 6,6% », d’après la même source. 
Prenant la parole au début des travaux, Alassane Ouatarra avait appelé ses pairs à « agir vite et prendre des mesures à la fois sur les plans sanitaire, économique et social, afin d’atténuer les conséquences de la crise sur nos économies et réduire ainsi les souffrances de nos concitoyens ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Linguère : Un pisteur des Eaux et Forêts tué par des trafiquants de bois

Djiby Salane, un jeune pisteur des Eaux et Forêts, a été sauvagement tué, hier, par des tr…