La réhabilitation des monuments de l’ancienne médina de Fès, une des priorités du Roi du Maroc

Fermement dĂ©terminĂ© Ă  redonner aux medersas (Ă©cole thĂ©ologique musulmane oĂą l’on enseigne, dans le monde sunnite, un ou plusieurs des quatre rites (hanafite, chafĂ©ite, malĂ©kite et hanbalite), qui correspondent Ă  quatre Ă©coles de droit, lĂ©gèrement diffĂ©rentes sur certains aspects canonique et traditionnel, mais aussi la philologie et la linguistique arabe) leurs lettres de noblesse d’antan, et Ă  veiller de manière permanente Ă  la diffusion des valeurs de l’Islam du juste milieu, de la modĂ©ration, de la tolĂ©rance et de l’ouverture sur l’autre, le Roi du Maroc avait lancĂ©, le 04 mars 2013, un programme de rĂ©novation Ă  l’identique  d’Ă©difices historiques de la ville de Fès, capitale spirituelle du Royaume du Maroc.
Ainsi, le Souverain marocain a présidé, le 24 mai 2017, à la bibliothèque Al Qaraouiyine à Fès, la cérémonie de présentation du programme de réhabilitation des anciennes médersas de Fès, après leur restauration et leur ouverture, à des fins d’hébergement et d’enseignement, au profit respectivement d’étudiants du cycle terminal «Al Alimiya» et de ceux de la filière de la calligraphie de l’Université Al Qaraouiyine.
A cette occasion, le Roi Mohammed VI a visitĂ© la Medersa Mohammadia, Ă©difiĂ©e par Feu Sa MajestĂ© le Roi Mohammed V, les Medersas construites Ă  l’Ă©poque des MĂ©rinides au 13ème et  14ème siècle, Ă  savoir Seffarine (dĂ©diĂ©e Ă  l’enseignement des sciences sociales et humaines) et Mesbahiya, ainsi que la Medersa de Sahrij qui abrite le cycle de formation en calligraphie.
Le Souverain marocain a Ă©galement visitĂ© Dar Al Mouaqqit, qui sert, Ă  la fois, d’observatoire pour un savant astronome chargĂ© de l’observation du croissant lunaire et de l’établissement du calendrier des horaires de prière, et de musĂ©e oĂą sont exposĂ©s d’anciens instruments astronomiques marocains et arabes traduisant l’intĂ©rĂŞt que l’on portait Ă  la notion de l’espace-temps dans la culture islamique.
Avec ces réhabilitations, l’Université Al Qaraouyine, le plus ancien établissement d’enseignement supérieur islamique dans le monde, demeure un haut lieu de mémoire et d’histoire et un acteur majeur dans la diffusion des sciences de la religion, au service du rayonnement de la civilisation islamique.

FondĂ©e au 9ème siècle, sous la dynastie des Idrissides, l’UniversitĂ© Al Qaraouiyne renoue, après sa complète restructuration, avec son histoire millĂ©naire en contribuant Ă  faire connaĂ®tre les sciences islamiques, l’histoire du Maroc, le patrimoine du fikh islamique et tout particulièrement du fikh malĂ©kite, en portant soin Ă  ses sources et en oeuvrant Ă  sa diffusion.
Cette initiative du Souverain marocain, qui a nĂ©cessitĂ© un investissement de près de 04 millions d’Euros, conforte Ă©galement l’UniversitĂ© Al Qaraouyine dans l’accomplissement de ses missions, tout en lui permettant de retrouver son rayonnement dans le domaine des connaissances et son rĂ´le de leader qu’elle a toujours jouĂ© depuis sa crĂ©ation.
Elle traduit aussi la ferme détermination du Souverain Maroc de redonner aux medersas leurs lettres de noblesse d’antan.
Ces Ă©difices rĂ©habilitĂ©s viennent enrichir le patrimoine matĂ©riel et immatĂ©riel du Maroc et permettront Ă  l’UniversitĂ© Al Qaraouiyine d’assurer pleinement son rĂ´le dans la diplomatie religieuse du Maroc.
L’UniversitĂ© Al Qaraouiyine, sous la conduite du Roi Mohammed VI, participe Ă  la mise en Ĺ“uvre de la politique africaine du Maroc, en assurant la formation de plusieurs Ă©tudiants originaires de pays africains dans les domaines des sciences de la charia, des Ă©tudes et de la pensĂ©e islamiques.
A noter que la Directrice GĂ©nĂ©rale de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), Madame Bokova, prĂ©sente lors de cette cĂ©rĂ©monie, a saluĂ© cette initiative du Roi du Maroc et lui a exprimĂ© toute son admiration et ses respects.
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.