Qui est Maham Ka?

Pour le premier numéro de «Profil du mois » que Djoloffactu.com vous propose, la jeunesse du Terroir est à l’honneur. Nous démarrons avec un jeune artiste musicien toujours en verve qui met l’accent sur des thèmes forts et qui puise son inspiration dans bien des domaines de la vie et de l’actualité quotidienne. Maham Kâ, puisque que c’est de lui qu’il s’agit, est une pépite dans le milieu du hip hop sénégalais aux œuvres à succès. Bien plus qu’un simple artiste, le rappeur se fait remarquer aussi par son engagement à la promotion du Respect des Droits de l’Enfant avec l’ONG PLAN.

Etat civil:

Maham de son vrai nom, est un jeune rappeur sénégalais habitant à  Dahra Djolof. Il est né le 3 septembre 1988 dans la capitale du Saloum, Kaolack. Après la mort de son père  en 1993, il vint s’installer avec sa mère au Djolof précisément  à Dahra.

Son cursus scolaire :
Maham Ka a fait ses études primaires et secondaires entre Dahra et Dakar où il a eu son bac en 2011 au lycée Blaise Diagne. Après le bac, il intègre la faculté des lettres  plus particulièrement au département d’anglais de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il suivit en même temps  une formation  en gestion   pour sa carrière d’artiste.

Son parcours dans le Hip- Hop :
Depuis quelque temps, Maham se fraye  un  chemin  dans le milieu du Hip-Hop sénégalais en particulier celui du Djolof. Il est autant adulé que honni. Très jeune Maham est attiré par le rap. A 11 ans, il intègre le groupe de «  Gestu-Guestu  bou Djolof » de Dahra. Il n’était qu’en  classe de cm1. Mais la collaboration ne dura qu’un an. Maham fréquenta un autre rappeur du nom de Disso Dady pendant 2ans avant de rompre. .
Devenu plus mûr, Maham décide de voler de ses propres ailes en créant son propre groupe, « New Génération ».Nous sommes en 2007.Le jeune talent commence sa carrière de solo. Ses prestations et son entrain attirent et déchaînent des  foules au Djolof comme à Dakar. Pour gagner plus d’expérience  et mieux intégrer le mouvement Hip-Hop, Maham passait  toutes les grandes vacances dans la capitale sénégalaise. Ses  nouvelles fréquentations lui permettent de gagner en maturité , de côtoyer les « grands » comme Fafady et de sortir son premier single « Africa ».
Il a de nouveau montré son talent en 2007 en sortant de nouveaux singles : « yaye boy », « gnanguane », et  « Lithi Town bi ». Ce dernier, jugé trop engagé, est censuré par le commandant Diop de la brigade de Dahra  suite  à une convocation du rappeur  à la gendarmerie. Mais cela ne changera rien de son engagement et Maham continue de plus bel son chemin avec des textes plus engagés.
Pour se faire découvrir par le public, Maham participa pour la première fois dans l’émission HARMATTAN de la RTS animée par  Ben Mamina Diémé en 2007. Cette émission l’a lancé .Et le public sénégalais découvre une pépite, un nouveau et futur talent. Les sollicitations commencent  à pleuvoir.
Pour promouvoir le Respect des Droits de l’Enfant, l’ONG PLAN  décide de travailler avec lui. Maham devient ainsi l’ambassadeur des enfants et les représente un peu partout dans le monde. La  collaboration avec PLAN lui a permis d’effectuer beaucoup de voyages dans la sous région notamment en Gambie, au Mali et en Europe(Finlande) en 2008. Sa carrière connait un nouveau tournant et Maham gratifie les enfants de la sous région et d’Europe de ses beaux textes.
Lors de ses voyages, Maham tourne un clip avec le groupe « Tundu Joor », un groupe de rap sélectionné par PLAN. Ensemble, ils mettent sur le marché un nouvel album sur les Droits des Enfants.
Aujourd’hui le jeune Maham  côtoie  les « Grands » notamment Omar pene et Fafady avec qui il a fait le duo   Hard Life feat avec Fafady. Il a également fait un autre duo avec omar pene dans son dernier album titré « Enfants Soldats ».
Les ambitions ne manquent pas pour le jeune talent du Djolof. «  mon ambition, c’est de  devenir un grand rapeur qui défend les intérêts  de la population. Puisque c’est  notre  objectif premier  » dit le  jeune rapeur. Il envisage beaucoup de  projets pour les jeunes de Dahra et demande aux autorités locales de soutenir les artistes pour la promotion de la culture dans le Djolof.
Maham n’a pas pu terminer sans saluer cette belle initiative de votre site web préféré d’ouvrir cette rubrique : « c’est une belle initiative parce que vous participé au développement du Djoloff. Surtout par le biais du net, tout le monde pourra y accéder pour mieux comprendre et connaitre les réalités de notre cher Djoloff, donc vraiment du courage encore une fois de plus et bonne continuation».
Vous pouvez contacter Maham  KA par email : mahammc@yahoo.fr

Portrait réalisé par Khalifa Diéye.
Contact pour vos critiques, suggestions  et propositions sur cette rubrique:
Khalifa Diéye
Tel : 77546-45-73
Email : khalipha@hotmail.fr

La RĂ©daction

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.