Publicité Campagne d’affichage des candidats à la présidentielle de février 2012 : Les folles dépenses des présidentiables

Des affiches de 12 mètres carrés à plus de quatre millions la centaine, et de 24 mètres carrés à cinq millions Fcfa la face, soit 10 millions pour le recto verso. Voilà le luxe que se sont permis certains candidats à la présidentielle du 26 février. Le pari de mieux s’afficher en vaut la chandelle.Ce que d’autres jugent ‘inutile’, vu leur capacité de mobilisation sur le terrain.

Le constat n’échappe pratiquement à personne. Si d’énormes moyens sont déployés par les candidats à la présidentielle du 26 février prochain pour battre campagne jusque dans les coins et recoins du Sénégal, il n’en demeure pas moins que l’accent ait été mis sur la communication visuelle des quatorze prétendants au fauteuil présidentiel. Ainsi, beaucoup parmi eux se sont fait rajeunir le visage pour ne pas dire ‘photoshopés’. Résultat : des images de candidats les plus irréelles s’offrent au regard des Sénégalais appelés aux urnes le 26 février prochain. Abdoulaye Wade ‘taille’ trente ans de moins sur son âge, et apparaît moins vieux qu’il ne l’est. Sans tache noire sur le visage, une peau éclaircie, le candidat des Fal 2012 est, comme dirait l’autre, ‘nickel’.
Mais il n’est pas le seul à s’apparenter aux cinquantenaires. Ibrahima Fall, lui également, ne porte plus de cheveux blancs. Moustapha Niasse a, quant à lui, perdu son bout de lèvre en pente, et masque la partie de son crâne chauve. Le candidat de Bennoo Siggil Senegaal respire la jeunesse. Et au même moment, Ousmane Tanor Dieng s’affiche en boy disco ; tandis qu’Idrissa Seck et Cheikh Tidiane Gadio dégagent le style de connaisseur. ‘Avec Photoshop, tout est possible. On peut rajeunir la personne tout comme on peut la vieillir, rétrécir son nez ou l’allonger, par exemple. C’est un logiciel de traitement d’images très performant’, renseigne sur cette magie de l’image, l’infographiste Sana Coly. Notre interlocuteur affirme dans le cadre de cette campagne que ‘tous les candidats ont été photoshopés’.

Mais tout ceci a un coût pour des candidats comme Abdoulaye Wade, Ousmane Tanor Dieng, Macky Sall, Idrissa Seck et Cheikh Tidiane Gadio. Ces derniers sont loin de se suffire des lots d’affiches attribués à tous les candidats. Chargé de la communication et de la formation au ministère des Elections, Macoumba Koumé informe que conformément au code électoral, chaque candidat a reçu 12 mille faces de format réduit comportant la photo et la profession de foi du candidat. Et qui plus est, ajoute-t-il, 225 mille autres affiches mettant en exergue les différents programmes et spécimen du bulletin de vote ont été attribuées à chaque candidat.

Gadio, Macky, Idy, en gros plan

Ainsi, pour taper à l’œil, ‘Gadio Président’ qualifie de ‘piètres’ ces volumes d’affiches du ministère en charge des Elections. Mamadou Thiam, directeur de communication de cette coalition, déclare, cependant, que des informations sur le volume de tirages des affiches de 12 mètres carrés ne peuvent être divulguées au moment où la campagne bat son plein pour des ‘raisons stratégiques’. ‘Nous avons décidé de ne pas en parler au risque d’être plagiés. Notre stratégie de communication évolue en fonction des messages du leader’, confie M. Thiam.

Pendant ce temps, la coalition ‘Macky2012’ placarde ses deux des ‘trois générations d’affiches’, précise-t-on en ‘gros plan’ confectionnées pour séduire les Sénégalais. Selon Seydou Guèye, chargé de communication de ladite coalition, une commande de 250 affiches de 12 mètres carrés a été faite pour couvrir Dakar et sa banlieue. Et plus, ajoute M. Guèye, 100 autres faces de 12 mètres carrés sont destinées aux 14 régions du pays. Le chargé de communication de ‘Macky2012’ d’apprendre que la coalition s’est fait imprimer 200 mille affiches de format réduit (52×60) sur lesquelles sont inscrites la profession de foi du candidat et plus d’un million de flyers portant le spécimen du bulletin de vote.

Si l’on s’en tient à la grille tarifaire des affichages de 12 mètres carrés, option un mois de pose hors Tva, fournies par une agence de publicité de la place, on peut dire que la coalition ‘Macky2012’ a dépensé pour les 350 grandes affiches environ 15 millions 900 mille Fcfa en sus de 1 million 260 mille Fcfa de taxe municipale. Soit 17 millions 160 mille de nos francs. Selon M. Guèye, sur la base des trois générations d’affiches que la coalition ‘Macky2012’ a confectionnées, il en reste une dernière qui sera posée dans les prochains jours.

Mais il n’y a pas que Macky Sall qui veut polir son image. Idrissa Seck pose également à Dakar. La coalition ‘Idy4président’ veut charmer l’électorat avec ses 100 affiches de 12 mètres carrés, déployées uniquement dans la capitale sénégalaise. Et Selon Ousmane Thiongane, chargé de la presse de cette coalition, 100 autres grandes affiches ont été posées sur toute l’étendue du territoire national avant le démarrage officiel, le 4 février dernier, de la campagne électorale. Un total de 200 grandes affiches qui valent à la coalition ‘Idy4président’ une enveloppe estimée à environ neuf millions 120 mille Fcfa, y compris la taxe municipale. Et comme ‘Macky2012’, la coalition ‘Idy4Président’ a aussi commandé en ‘quantité industrielle’ des affiches de taille moyenne, renseigne M. Thiongane qui s’abstient de donner le volume de tirage exact effectué.

Wade, Niasse et Tanor en très gros plan

Qui peut mieux faire que le candidat sortant. Abdoulaye Wade jouit de sa posture et ne s’en cache nullement. D’après nos sources, la coalition des ‘Fal2012’ a fait des commandes d’affiches de diverses tailles au niveau des sept régies de publicité présentes à Dakar. Il s’agit notamment de Régidak, Publicom, Cidop, Doni, Médiacom entreprise, Médiasen, Concept et création. Parmi nos sources, l’une d’elles confirme que les ‘Fal2012’ se sont fait confectionner 150 faces de 12 mètres carrés à l’agence Régidak, soit une dépense estimée à huit millions 40 mille Fcfa. Si pour le reste du tirage des 12 mètres carrés, on n’en sait pas plus sur la totalité de la commande effectuée par les ‘Fal 2012’, il est cependant clair que le candidat sortant s’affiche en ‘très gros plan’ sur une trentaine de plaques publicitaires dans Dakar et sa banlieue. Or, d’après nos sources, l’affichage en recto d’une face de 24 mètres carrés sur une durée d’un mois coûte cinq millions, compte non tenu des 720 mille représentant la taxe municipale.

Perçu comme le candidat de l’opposition le plus aisé financièrement, Moustapha Niasse n’a non plus lésiné sur les moyens pour capter l’électorat des Sénégalais. Président de la commission communication à Bennoo Siggil Senegaal, Mamadou Ndaw affirme que quelque 100 faces de 12 mètres carrés et quatre autres de 24 mètres carrés ont été collées à Dakar et un peu partout à l’intérieur du Sénégal. Pour un budget d’environ 25 millions 280 mille Fcfa, en sus de la taxe municipale pour une période d’affichage d’un mois. Mieux, apprend M. Ndaw, 12 mille exemplaires de 54×90 et 12 mille autres de 27×45 ont été commandés par la coalition Bennoo Siggil Senegaal.

Ousmane Tanor Dieng ne fait pas moins. Nos sources informent que la coalition ‘Bennoo Ak Tanor’ s’est offert 150 faces de 12 mètres carrés avec le concours de Régidak pour un montant de huit millions 40 mille de nos francs pour un mois de pose à Dakar. En plus, le constat effectué confirme plus d’une dizaine d’affiches de 24 mètres carrés, soit des frais estimés à peu près 50 millions de nos francs.

Quand le coût de l’affichage freine les ardeurs

S’il faut gagner la confiance des Sénégalais à travers l’image, Cheikh Bamba Dièye, Djibril Ngom, Oumar Khassimou Dia, Mor Dieng, Diouma Dieng, Amsatou Sow Sidibé, Me Doudou Ndoye, et dans une moindre mesure Ibrahima Fall n’en font pas une règle du jeu politique. Selon Cheikh Fatma Mbacké de la cellule de communication du candidat Ibrahima Fall, ‘lorsqu’on a constaté la guerre autour des affiches de candidats, on a jugé inutile de s’y engager. On s’est juste contenté de trois grandes affiches de 32 mètres carrés pour la seule région de Dakar. Mais, aussi des 10 mille faces de format A2’. Et à l’en croire, aucun sou n’a été dépensé à cet effet. ‘C’est un travail à l’interne et de façon bénévole qui a été abattu par des membres du parti ayant des connaissances pointues en infographie’, confie M. Mbacké.

Une stratégie économique largement partagée par le Fsd/Bj de Cheikh Bamba Dièye, Niax Jarinu d’Oumar Khassimou Dia et Djibril Ngom de Taxawu Askan Wi. ‘On a juste fait avec le lot d’affiches reçu du ministère des Elections sur la base des 65 millions Fcfa en guise de cautions versées par chaque candidat’, fait noter Manel Fall, le directeur de campagne de Bamba Dièye. Même son de cloche chez les autres.

Articles liés

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.