Présidentielle 2019 : Habib Sy rejoint Madické Niang

Habib Sy et Madické Niang ont officiellement scellé leur union en vue de l’élection présidentielle de février 2019. Au cours d’une rencontre qui a enregistré la participation des membres de la coalition Madické 2019, Madické Niang  s’est dit  très séduit du soutien du ministre d’État Abib S’y. « c’est une source d’encouragement et de d’engagement à servir le Sénégal » se réjouit-il.

A cet effet l’ex président du groupe parlementaire de l’opposition a annoncé la déclaration solennelle  de sa candidature le 8 Decembre prochain. Une date à laquelle si on tient à ses propos sera ficelé un programme dont le socle sera pour la valorisation du travail, de la justice et de l’équité pour être en phase avec sa devise. Il ambitionne également de réaliser pour la première fois au Sénégal le premier gouvernement paritaire d’où son choix des jeunes et les femmes comme fer de lance.

Revenant sur sa relation avec Habib Sy, Madické Niang a rappelé qu’elle ne date pas d’aujourd’hui puisque étant l’avocat de ce dernier en 1991.

Madické Niang : « c’est moi Usain Bolt »

A en croire Madické Niang, il ne cesse de gagner la confiance des sénégalais pour engranger des chiffres importants du parrainage. « J’ai coiffé plusieurs candidats au poteau. Quand je déclarais ma candidature beaucoup de gens pensaient que c’était trop tard. Mais pour un peu de temps je suis devant plusieurs candidats qui vont incessamment me rejoindre pour soutenir ma coalition ». Avant de réclamer la médaille d’ Usain Bolt.

La situation du pays est catastrophique

Madické n’est pas allé par le dos de la cuillère pour critiquer le régime en place. « Le pays est au bout du gouffre.la vision des autorités est hasardeuse sans aucun fondement prenant en compte l’essentiel des préoccupations des sénégalais. Je n’ai jamais vu un président qui a fait le malin plaisir de changer de programme.de son yonnu yokkuté on assiste à un plan Sénégal endettement » se désole-t-il.

Et, au de la de cet endettement, Me Niang estime que Macky Sall et son gouvernement ne savent absolument rien faire. Il en veut pour preuve plus de 6500 milliards de dettes pour des projets qui n’ont rien apporté au privé sénégalais. Il renchérit que Macky Sall est ses acolytes éprouvent d’énormes difficultés à honorer ses engagements. Pire, L’économie  nationale ne repose sur aucun socle.

«  S’il n’avait pas renié à ses promesses à ce jour il ne répondrait jamais à la demande sociale. Son seul ambition est de détourner les ressources publiques pour la satisfaction d’un clientélisme politique pour sa réélection ». Pire, poursuit-il, aucun chantier financé par le budget national n’est achevé.

Habib Sy : « Madické Niang est un anti Macky avec lui on aspire à un Sénégal de l’abondance »

En écho, Habib Sy acquiesce « Ayant renoncé à ma candidature, j’ai cherché une voie qui saura dissiper nos craintes et nos angoisses.la première chose dont j suis conscient c’est qu’il n’est pas Macky Sall dont sa gestion est clanique et soumise aux puissances étrangères.  Quand le peuple est inquiet il lui faut une force qui rassure. Et il n’y a personne d’autre que Madické Niang qui rassure les familles religieuses, Me wade,  le Sénégal tout entier et la communauté internationale.

J’ai répondu à son appel du fait de son courage, sa détermination et sa générosité. « Nous avons été complices dans de grands dossiers de ce pays » souvient l’ex directeur de cabinet de Me Wade.

Si je vous rejoins c’est que je suis convaincu que tu peux gagner les élections vous disposer de toutes les compétences pour changer ce pays ».

Abondant dans le registre des critiques du régime en place, Habib Sy énumère « l’échec » dans la gestion du pétrole et du gaz. Selon lui, le Sénégal subit des menaces internes et externes. A son avis, les pays plus développés ont une visée sur nos ressources.

Lequotidien

                                                                                                           bseck@lequotidien.sn

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.