Nouveau coup de grĂące aux fantasmes polisariens

Le Tribunal de l’Union EuropĂ©enne (U.E) a rendu, le 19 juillet 2018, une ordonnance jugeant irrecevable dans son intĂ©gralitĂ© un recours en appel, dĂ©posĂ© en 2014 par le polisario contre l’accord de pĂȘche Maroc-U.E , et dĂ©nie au requĂ©rant la qualitĂ© pour agir car il n’est pas directement ni individuellement concernĂ© par l’accord de pĂȘche.

D’ailleurs, depuis des annĂ©es une intense guĂ©rilla judiciaire contre les accords commerciaux du Maroc avec l’Union EuropĂ©enne, menĂ©e grĂące Ă  la gĂ©nĂ©rositĂ© de l’AlgĂ©rie qui offre le gĂźte et le couvert aux avocats, aux lobbyistes et aux rabatteurs qui s’agitent dans les couloirs du Parlement EuropĂ©en, les terropolisariens se sont, une nouvelle fois, heurtĂ©s Ă  la sagesse et Ă  la fermetĂ© des magistrats de la 5Ăšme chambre du tribunal de l’U.E qui ont rejetĂ© ce recours en annulation introduit en 2014.

En effet, dans son ordonnance, le tribunal de l’U.E, estimant que les terropolisariens ne sont pas directement ni individuellement concernĂ©s par l’accord de pĂȘche et ne pouvant, en tout Ă©tat de cause, ĂȘtre regardĂ©s, compte tenu des arguments qu’ils invoquent, comme ayant qualitĂ© pour agir, a dĂ©clarĂ© le recours en annulation comme “irrecevable dans son intĂ©gralitĂ©â€, ordonnant que le polisario supporte, “outre Ă  ses propres dĂ©pens, ceux exposĂ©s par le Conseil de l’Union europĂ©enne”. Un verdict qui inflige un nouveau revers cinglant au polisario et Ă  ses soutiens.

Ainsi donc, ce nouveau verdict vient infliger un nouveau revers cinglant aux terropolisariens et Ă  ses soutiens, tout en rappelant une triste rĂ©alitĂ© dont l’opinion publique algĂ©rienne ne tardera pas Ă  prendre conscience et qui consiste Ă  financer sur ses propres deniers une bande de mercenaires aux seules fins de nuire au Maroc.

Les AlgĂ©riens peuvent-ils imaginer, un seul instant, combien coĂ»tent les avocats que leur rĂ©gime engage pour mener cette cabale judiciaire Ă  perte contre le Maroc? Ont-ils une idĂ©e des coĂ»ts infligĂ©s par la Cour EuropĂ©enne au polisario pour les trois procĂšs perdus ? Savent-ils combien paie, rubis sur l’ongle, l’État algĂ©rien aux cabinets de Lobbying Ă  Londres, Bruxelles, Washington et ailleurs ? Savent-ils que c’est avec leur argent que des campagnes de dĂ©sinformation et des actions de propagande sont organisĂ©es ici et lĂ  Ă  l’effet d’alimenter le sĂ©paratisme et de saper les efforts visant Ă  mettre fin au conflit artificiel autour du Sahara marocain ?
Ce peuple algĂ©rien, contraint Ă  l’austĂ©ritĂ©, est-il conscient que le trĂ©sor public de son pays dĂ©bourse des milliards de dollars pour financer, armer, embrigader les milices terropolisariennes afin de mener des raids terroristes et de banditisme dans la rĂ©gion sahĂ©lo-saharienne ? Sait-il que son rĂ©gime verse des bourses de 1400 euros par mois Ă  chaque Ă©tudiant membre du polisario en Europe, alors que les Ă©tudiants algĂ©riens ne bĂ©nĂ©ficient d’aucune subvention financiĂšre Ă  l’étranger ?
A ces dĂ©boires judiciaires, s’ajoutent les Ă©checs que le polisario et l’AlgĂ©rie essuient depuis plusieurs annĂ©es sur le plan diplomatique, le dernier en date Ă©tant le paraphe, le 24 juillet 2018 Ă  Rabat, de l’accord de pĂȘche, une nouvelle preuve que les viles manƓuvres visant Ă  perturber le partenariat entre le Maroc et l’U.E n’aboutiront jamais.
%