Monsieur Trump a t’il perdu la tĂŞte Ă  vouloir changer le statut d’Al Qods Al-Charif ?

Au moment oĂą toutes les lignes rouges ont Ă©tĂ© franchies par le PrĂ©sident amĂ©ricain Trump  sur la question de la Ville Sainte d’Al Qods Al-Charif avec une probable  reconnaissance de JĂ©rusalem comme Capitale d’IsraĂ«l et le transfert de l’Ambassade amĂ©ricaine vers la Ville Sainte, le Roi Mohammed VI lui a transmis, le 05 dĂ©cembre 2017, un message en sa qualitĂ© de PrĂ©sident du ComitĂ© Al Qods.
Dans ce message, le Souverain marocain évoque sa profonde préoccupation, ainsi que la forte inquiétude des peuples arabes et islamiques suite aux informations faisant état d’une possible annonce par les Etats-Unis d’Amérique d’une reconnaissance de Jérusalem comme Capitale d’Israël et le transfert de l’Ambassade américaine vers la ville Sainte.
« Vous n’êtes pas sans savoir l’importance cruciale qu’occupe la ville d’Al Qods, non seulement pour les différentes parties au conflit, mais aussi pour les fidèles des trois religions célestes. Avec sa spécificité religieuse, son identité et sa grande Histoire, ainsi que sa symbolique politique, cette ville doit rester une terre de coexistence et un étendard de tolérance », a écrit le Roi du Maroc dans son message.
Il est avĂ©rĂ© sur le plan mondial que le Proche Orient vit au rythme de crises profondes, de tensions continues et de pĂ©rils en nombre qui nĂ©cessitent d’éviter tout ce qui est de nature Ă  exacerber les sentiments de frustration et de dĂ©ception qui font le lit de l’extrĂ©misme et du terrorisme, Ă  porter atteinte Ă  la stabilitĂ© prĂ©caire dans la rĂ©gion et Ă  amenuiser l’espoir de voir Ă©clore des pourparlers fructueux Ă  mĂŞme de concrĂ©tiser la vision de la communautĂ© internationale sur une solution Ă  deux Etats a Ă©crit le Chef d’Etat marocain au PrĂ©sident Trump.
Aussi, « le Royaume du Maroc, constamment soucieux d’instaurer une paix juste et globale dans la région conformément aux principes de la légalité et aux résolutions internationales y afférents, ne doute pas de la perspicacité de la vision de votre respectable administration, ni de votre engagement personnel à la paix et à la stabilité dans la région et votre ferme détermination à faciliter la relance du processus de paix et éviter tout ce qui peut l’entraver voire l’arrêter définitivement », a affirmé le Souverain marocain.
Ce message Royal vient avant que le Roi Mohammed VI, en sa qualitĂ© de Souverain du Royaume du Maroc, Amir Al-Mouaminine (Prince des croyants) et PrĂ©sident du ComitĂ© Al Qods, issu de l’Organisation de la CoopĂ©ration Islamique, a rĂ©itĂ©rĂ©, dans une communication tĂ©lĂ©phonique tenu, le 05 dĂ©cembre 2017, avec le PrĂ©sident de l’AutoritĂ© palestinienne, Mahmoud Abbas, la solidaritĂ© forte et constante du Maroc avec le peuple palestinien frère dans la dĂ©fense de sa cause juste et de ses droits lĂ©gitimes, notamment concernant le statut d’Al Qods Al-Charif.
Le Souverain marocain a, également, exprimé, sa réprobation vigoureuse de toute action de nature à compromettre le caractère multi-confessionnel de la Ville Sainte, ou altérer son statut juridique et politique.
Le Roi du Maroc et le Président palestinien ont convenu de maintenir un contact direct et une concertation permanente sur cette question, ainsi qu’une coordination étroite entre les deux gouvernements, afin d’identifier, de concert, les démarches à entreprendre et les actions à mener.
A noter les mises en gardes qui n’ont cessĂ© de pleuvoir, avant et après le 05 dĂ©cembre 2017, Ă  l’encontre de la volontĂ© du PrĂ©sident amĂ©ricain de dĂ©clarer Al Qods Capitale d’IsraĂ«l et d’y transfĂ©rer son Ambassade.
La Jordanie, gardienne des Lieux Saints musulmans de Jérusalem, avait mis en garde, le 03 décembre 2017, contre « une démarche aux conséquences graves » et les risques d' »escalade ».
Pour sa part, le PrĂ©sident français, Emmanuel Macron, a, le 04 dĂ©cembre 2017, dans un entretien tĂ©lĂ©phonique avec Trump, a « exprimĂ© sa prĂ©occupation sur la possibilitĂ© que les États-Unis reconnaissent unilatĂ©ralement JĂ©rusalem comme capitale d’IsraĂ«l ».
S’agissant des rĂ©actions internationales condamnant une telle possibilitĂ©, on notera :
1/ l’avertissement lancĂ© par le PrĂ©sident turc, PrĂ©sident en exercice de l’Organisation de CoopĂ©ration Islamique, qui a indiquĂ© Ă  Trump que JĂ©rusalem est une ligne rouge pour les musulmans et prĂ©cisĂ© qu’un sommet des 57 pays membres se tiendrait « sous 5 Ă  10 jours » si Washington reconnaissait JĂ©rusalem comme capitale d’IsraĂ«l,
2/ l’affirmation de la Ligue Arabe au Caire que la dĂ©cision amĂ©ricaine reprĂ©sentait une « menace pour la stabilitĂ© rĂ©gionale » et « mettrait fin au rĂ´le des Etats-Unis comme mĂ©diateur de confiance entre Palestiniens et IsraĂ©liens »,
3/ la mise en garde de l’Union EuropĂ©enne contre les « graves rĂ©percussions » d’une telle dĂ©cision amĂ©ricaine et qu’ « Une solution Ă  la problĂ©matique de JĂ©rusalem ne peut ĂŞtre trouvĂ©e que dans le cadre de nĂ©gociations directes entre les deux parties ».
Quoi qu’il en soit, la question est que le PrĂ©sident amĂ©ricain ne fait que rĂ©itĂ©rer sa position de principe, maintes fois exprimĂ©es en indiquant qu’il allait engager immĂ©diatement le dĂ©mĂ©nagement, une possibilitĂ© qui fait craindre une nouvelle escalade de violence dans la rĂ©gion.
A vouloir tenir Ă  tout prix une promesse de campagne, Trump risque de faire capoter les efforts de paix de son gendre et Conseiller Jared Kushner. Ce dernier s’est vu confier la lourde tâche de trouver une issue au conflit israĂ©lo-palestinien, dossier sur lequel tous les prĂ©dĂ©cesseurs de Monsieur Trump ont Ă©chouĂ©.
Toute reconnaissance par les États-Unis de JĂ©rusalem comme capitale d’IsraĂ«l marquerait « la fin du rĂ´le jouĂ© par les AmĂ©ricains » dans le processus de paix, a, notamment, prĂ©venu un Haut Conseiller du PrĂ©sident palestinien, Mahmoud Abbas, Nabil Chaath.
Le statut d’Al Qods, annexĂ© par IsraĂ«l en 1967, ne pourrait ĂŞtre rĂ©glĂ© que dans le cadre d’un accord de paix avec les IsraĂ©liens, que Trump se le tienne pour dit une fois pour toute.
Farid Mnebhi

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.