La mer de l’internet est difficile à traverser par la jeunesse : Une recherche orientée est obligatoire, si l’outil informatique joue une partie du rôle de l’enseignant(Falilou Mbacké BA)

La recherche des élèves a besoin d’un suivi et une orientation, car les données dans l’internet sont nombreuses pour les enfants. Cette politique de mettre les écoliers sénégalais au pied d’égalité de chance que les apprenants de l’Afrique et du monde est une bonne initiative. L’enseignant reste le facilitateur dans le système éducatif. Il est donc le premier à maitriser l’outil et son utilisation pour orienter les recherches des apprenants. Aujourd’hui, l’outil informatique est incontournable dans l’actuel système éducatif du pays.
Le Sénégal a commencé toutes ces années précédentes à insérer l’outil informatique dans les milieux scolaires, mais on note durant cette période une volonté de bien l’introduire dans l’enseignement. L’outil de l’informatique nous permet de gagner du temps quand on enseigne ou si on fait la+ recherche. De ce fait, le bon sens dont parle le philosophe Descartes nous offre la possibilité de bien utiliser l’internet qui devient incontournable dans la vie de l’homme surtout dans la méthode de travail. Tous ces dons entre les mains de l’homme du village planétaire constituent des avantages, malgré des inconvénients notés .Si la raison est bien utilisée en face du nouveau outil de travail de l’homme, ce dernier y tire un grand profit pour lui, pour sa communauté toute entière.
Le nouvel outil de travail est entrain d’être introduit dans l’Education, c’est-à-dire dans l’enseignement sénégalais. Cette volonté d’introduire dans le système de nouvelles méthodes de transmission du savoir répond aux normes actuelles de l’enseignement dans les autres pays du monde .La France l’avait commencé dans l’enseignement, malgré quelques arrêts notés, puis une limitation de l’enseignement de l’informatique pour certains niveaux. « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée :car chacun pense en être si bien pourvu que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute chose n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont .En quoi il n’est pas vraisemblable que tous se trompent ;mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger ,et distinguer le vrai d’avec le faux ,qui est proprement ce qu’on nomme le bon sens ,ou la raison ,est naturellement égale en tous les hommes ;et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres ,mais seulement ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies ,et ne considérons pas les mêmes choses .Car ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon ,mais le principal est de l’appliquer bien .Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus ;et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage ,s’ils suivent toujours le droit chemin ,que ne font ceux qui courent, et qui s’en éloignent. »Descartes, Discours de la méthode, pages 67,68
Ces propos de ce philosophe français du nom de Descartes expliquent l’importance d’avoir un bon esprit et de bien l’appliquer pour atteindre les objectifs, même si notre marche vers ces buts est lente. Chacun de nous a un bon sens ou la raison permettant de distinguer le vrai et le faux. Aujourd’hui, l’homme est proche de son prochain quelque soit la distance. Il partage facilement l’information avec lui dans une courte période quelque soit la distance. La facilité d’avoir l’information, l’accès très facile aux sources de connaissance par le biais de l’internet modifient véritablement les méthodes de travail, d’apprentissage et les voies de la recherche dans l’éducation.
Falilou Mbacké BA, Professeur LHG

2 Commentaires

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.