d‘’Mon premier mandat sous l’empire de ce nouveau texte est celui qui démarre en 2012. Je peux même légalement me présenter pour une autre fois en 2019. Les juristes sérieux le savent et l’ont écrit’’, a soutenu le président Wade, dans une interview avec le site d’information dakaractu.com.

Il a souligné que les articles 27 et 104 qui limitent le nombre de mandats à deux, c’est lui-même qui l’a rédigés. ‘’Sa nouvelle version date de 2008 et dit que le président est élu pour un mandat de 7 ans renouvelable une fois. J’ai été élu en 2000 sur la base de la Loi fondamentale de 1963’’, a dit Abdoulaye Wade.

‘’Après mon élection, j’ai fait adopter une nouvelle Constitution. Tout le monde sait que la loi régit le présent et l’avenir, mais ne rétroagit pas. C’est un principe général de droit. Depuis que l’article 27 instituant le septennat a été adopté en 2008, il n’y a pas eu d’élection’’, a expliqué Me Wade.

‘’La Constitution, c’est moi qui l’ai rédigée. Tout seul. Nul ne la connaît mieux que moi. Tous ceux qui prétendent l’avoir rédigée racontent du faux. C’est moi qui l’ai écrite’’, a-t-il rappelé.

‘’J’ai tout au plus sollicité des avis de juristes quand j’ai terminé la rédaction. Je l’ai fait lire à Serigne Diop, Amsatou Sow Sidibé et quelques autres pour recueillir des points de vue, des amendements, des suggestions..’’, a encore dit Abdoulaye Wade.

Selon lui, ‘’ceux qui prétendent le contraire racontent des contre-vérités, à l’image de ceux qui disent avoir appartenu à une commission de rédaction’’. ‘’Il n’y a pas eu de commission de rédaction. La Constitution est mon œuvre. Nul ne peut l’interpréter mieux que moi-même’’, a dit le chef de l’Etat.

En outre, il a relevé que ‘’l’argument facile’’ consistant à invoquer sa déclaration de 2007 quand il disait qu’il ne pouvait plus se présenter au lieu d’interroger le texte constitutionnel lui-même.

‘’Ma déclaration n’a pas de valeur juridique. La Constitution, si. Mes adversaires le savent, mais ils sont de mauvaise foi. Leur problème, ce n’est d’ailleurs pas tout ce qu’ils racontent sur l’article 27 et les autres. Ils ont la hantise de me voir candidat.’’

‘’Et pour une raison simple : ils savent que je vais les battre. Ils ne peuvent pas gagner s’ils m’ont en face. C’est cela le fond de toute cette agitation autour du thème de l’illégalité de ma candidature’’, a-t-il ajouté.

La candidature d’Abdoulaye Wade à nouveau est contestée par le Mouvement du 23 juin (M23) qui la juge anticonstitutionnelle. Le M23 réunit des partis politiques et des organisations de la société civile.

Le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur cette question à la fin de cette semaine, en publiant la liste des candidatures retenues.

‘’J’ai une mission historique à remplir’’

Le président de la République, Abdoulaye Wade, justifie sa candidature pour un nouveau mandat, à la tête du Sénégal par ‘’une mission historique à remplir’’ au service de son pays et une volonté de ‘’ne pas s’arrêter au milieu du gué’’.

‘’J’ai une mission historique à remplir au service de mon pays. Je ne suis pas devenu président du Sénégal par hasard. Mon arrivée au pouvoir est l’aboutissement logique d’un long cursus de combat pour la démocratie et le progrès’’, a dit M. Wade dans un entretien avec le site d’information dakaractu.com.

Prié de dire si à 86 ans le temps n’est pas venu de goûter à une retraite méritée, le chef de l’Etat a dit qu’il se sent ‘’toujours dans les dispositions physiques et intellectuelles de servir (son) peuple’’.

‘’Et je ne saurais m’arrêter au milieu du gué. J’ai trouvé le Sénégal en 2000 dans les profondeurs du classement des Pays les moins avancés. En 12 ans, j’en ai fait un pays à revenu intermédiaire. Il y a même quelques prémisses d’émergence. J’ai besoin de trois autres années pour terminer quelques grands chantiers qui vont achever d’en faire un pays émergent’’, a expliqué Abdoulaye Wade.

‘’Je continue à brûler de cette passion du Sénégal et à être animé de ce plaisir intact de servir’’, a-t-il dit, soutenant qu’‘’on a l’âge de sa volonté’’.

 

Source : APS ( Agence de Presse Sénégalaise )

PiccMi.Com – La Rédaction
 

‘’Mon premier mandat sous l’empire de ce nouveau texte est celui qui démarre en 2012. Je peux même légalement me présenter pour une autre fois en 2019. Les juristes sérieux le savent et l’ont écrit’’, a soutenu le président Wade, dans une interview avec le site d’information dakaractu.com.

Il a souligné que les articles 27 et 104 qui limitent le nombre de mandats à deux, c’est lui-même qui l’a rédigés. ‘’Sa nouvelle version date de 2008 et dit que le président est élu pour un mandat de 7 ans renouvelable une fois. J’ai été élu en 2000 sur la base de la Loi fondamentale de 1963’’, a dit Abdoulaye Wade.

‘’Après mon élection, j’ai fait adopter une nouvelle Constitution. Tout le monde sait que la loi régit le présent et l’avenir, mais ne rétroagit pas. C’est un principe général de droit. Depuis que l’article 27 instituant le septennat a été adopté en 2008, il n’y a pas eu d’élection’’, a expliqué Me Wade.

‘’La Constitution, c’est moi qui l’ai rédigée. Tout seul. Nul ne la connaît mieux que moi. Tous ceux qui prétendent l’avoir rédigée racontent du faux. C’est moi qui l’ai écrite’’, a-t-il rappelé.

‘’J’ai tout au plus sollicité des avis de juristes quand j’ai terminé la rédaction. Je l’ai fait lire à Serigne Diop, Amsatou Sow Sidibé et quelques autres pour recueillir des points de vue, des amendements, des suggestions..’’, a encore dit Abdoulaye Wade.

Selon lui, ‘’ceux qui prétendent le contraire racontent des contre-vérités, à l’image de ceux qui disent avoir appartenu à une commission de rédaction’’. ‘’Il n’y a pas eu de commission de rédaction. La Constitution est mon œuvre. Nul ne peut l’interpréter mieux que moi-même’’, a dit le chef de l’Etat.

En outre, il a relevé que ‘’l’argument facile’’ consistant à invoquer sa déclaration de 2007 quand il disait qu’il ne pouvait plus se présenter au lieu d’interroger le texte constitutionnel lui-même.

‘’Ma déclaration n’a pas de valeur juridique. La Constitution, si. Mes adversaires le savent, mais ils sont de mauvaise foi. Leur problème, ce n’est d’ailleurs pas tout ce qu’ils racontent sur l’article 27 et les autres. Ils ont la hantise de me voir candidat.’’

‘’Et pour une raison simple : ils savent que je vais les battre. Ils ne peuvent pas gagner s’ils m’ont en face. C’est cela le fond de toute cette agitation autour du thème de l’illégalité de ma candidature’’, a-t-il ajouté.

La candidature d’Abdoulaye Wade à nouveau est contestée par le Mouvement du 23 juin (M23) qui la juge anticonstitutionnelle. Le M23 réunit des partis politiques et des organisations de la société civile.

Le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur cette question à la fin de cette semaine, en publiant la liste des candidatures retenues.

‘’J’ai une mission historique à remplir’’

Le président de la République, Abdoulaye Wade, justifie sa candidature pour un nouveau mandat, à la tête du Sénégal par ‘’une mission historique à remplir’’ au service de son pays et une volonté de ‘’ne pas s’arrêter au milieu du gué’’.

‘’J’ai une mission historique à remplir au service de mon pays. Je ne suis pas devenu président du Sénégal par hasard. Mon arrivée au pouvoir est l’aboutissement logique d’un long cursus de combat pour la démocratie et le progrès’’, a dit M. Wade dans un entretien avec le site d’information dakaractu.com.

Prié de dire si à 86 ans le temps n’est pas venu de goûter à une retraite méritée, le chef de l’Etat a dit qu’il se sent ‘’toujours dans les dispositions physiques et intellectuelles de servir (son) peuple’’.

‘’Et je ne saurais m’arrêter au milieu du gué. J’ai trouvé le Sénégal en 2000 dans les profondeurs du classement des Pays les moins avancés. En 12 ans, j’en ai fait un pays à revenu intermédiaire. Il y a même quelques prémisses d’émergence. J’ai besoin de trois autres années pour terminer quelques grands chantiers qui vont achever d’en faire un pays émergent’’, a expliqué Abdoulaye Wade.

‘’Je continue à brûler de cette passion du Sénégal et à être animé de ce plaisir intact de servir’’, a-t-il dit, soutenant qu’‘’on a l’âge de sa volonté’’.

 

Source : APS ( Agence de Presse Sénégalaise )

PiccMi.Com – La Rédaction
 

‘’Mon premier mandat sous l’empire de ce nouveau texte est celui qui démarre en 2012. Je peux même légalement me présenter pour une autre fois en 2019. Les juristes sérieux le savent et l’ont écrit’’, a soutenu le président Wade, dans une interview avec le site d’information dakaractu.com.

Il a souligné que les articles 27 et 104 qui limitent le nombre de mandats à deux, c’est lui-même qui l’a rédigés. ‘’Sa nouvelle version date de 2008 et dit que le président est élu pour un mandat de 7 ans renouvelable une fois. J’ai été élu en 2000 sur la base de la Loi fondamentale de 1963’’, a dit Abdoulaye Wade.

‘’Après mon élection, j’ai fait adopter une nouvelle Constitution. Tout le monde sait que la loi régit le présent et l’avenir, mais ne rétroagit pas. C’est un principe général de droit. Depuis que l’article 27 instituant le septennat a été adopté en 2008, il n’y a pas eu d’élection’’, a expliqué Me Wade.

‘’La Constitution, c’est moi qui l’ai rédigée. Tout seul. Nul ne la connaît mieux que moi. Tous ceux qui prétendent l’avoir rédigée racontent du faux. C’est moi qui l’ai écrite’’, a-t-il rappelé.

‘’J’ai tout au plus sollicité des avis de juristes quand j’ai terminé la rédaction. Je l’ai fait lire à Serigne Diop, Amsatou Sow Sidibé et quelques autres pour recueillir des points de vue, des amendements, des suggestions..’’, a encore dit Abdoulaye Wade.

Selon lui, ‘’ceux qui prétendent le contraire racontent des contre-vérités, à l’image de ceux qui disent avoir appartenu à une commission de rédaction’’. ‘’Il n’y a pas eu de commission de rédaction. La Constitution est mon œuvre. Nul ne peut l’interpréter mieux que moi-même’’, a dit le chef de l’Etat.

En outre, il a relevé que ‘’l’argument facile’’ consistant à invoquer sa déclaration de 2007 quand il disait qu’il ne pouvait plus se présenter au lieu d’interroger le texte constitutionnel lui-même.

‘’Ma déclaration n’a pas de valeur juridique. La Constitution, si. Mes adversaires le savent, mais ils sont de mauvaise foi. Leur problème, ce n’est d’ailleurs pas tout ce qu’ils racontent sur l’article 27 et les autres. Ils ont la hantise de me voir candidat.’’

‘’Et pour une raison simple : ils savent que je vais les battre. Ils ne peuvent pas gagner s’ils m’ont en face. C’est cela le fond de toute cette agitation autour du thème de l’illégalité de ma candidature’’, a-t-il ajouté.

La candidature d’Abdoulaye Wade à nouveau est contestée par le Mouvement du 23 juin (M23) qui la juge anticonstitutionnelle. Le M23 réunit des partis politiques et des organisations de la société civile.

Le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur cette question à la fin de cette semaine, en publiant la liste des candidatures retenues.

‘’J’ai une mission historique à remplir’’

Le président de la République, Abdoulaye Wade, justifie sa candidature pour un nouveau mandat, à la tête du Sénégal par ‘’une mission historique à remplir’’ au service de son pays et une volonté de ‘’ne pas s’arrêter au milieu du gué’’.

‘’J’ai une mission historique à remplir au service de mon pays. Je ne suis pas devenu président du Sénégal par hasard. Mon arrivée au pouvoir est l’aboutissement logique d’un long cursus de combat pour la démocratie et le progrès’’, a dit M. Wade dans un entretien avec le site d’information dakaractu.com.

Prié de dire si à 86 ans le temps n’est pas venu de goûter à une retraite méritée, le chef de l’Etat a dit qu’il se sent ‘’toujours dans les dispositions physiques et intellectuelles de servir (son) peuple’’.

‘’Et je ne saurais m’arrêter au milieu du gué. J’ai trouvé le Sénégal en 2000 dans les profondeurs du classement des Pays les moins avancés. En 12 ans, j’en ai fait un pays à revenu intermédiaire. Il y a même quelques prémisses d’émergence. J’ai besoin de trois autres années pour terminer quelques grands chantiers qui vont achever d’en faire un pays émergent’’, a expliqué Abdoulaye Wade.

‘’Je continue à brûler de cette passion du Sénégal et à être animé de ce plaisir intact de servir’’, a-t-il dit, soutenant qu’‘’on a l’âge de sa volonté’’.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Mbeuleukhé : La ziarra Thierno Baila prévue du 2 au 3 novembre