Le Sénégal défie le Maroc, ce soir (19H GMT) à Marrakech pour un match amical qui sert de préparation pour les deux sélections, avant le début des éliminatoires pour le Mondial 2014 au Brésil. Mais pour Joseph Koto, il s’agira d’un premier test majeur.

Ce soir (19H), le Grand Stade de Marrakech sera le théâtre d’une bataille entre deux Lions édentés et en quête de rachat de leadership. Après une Coupe d’Afrique des nations 2012 décevante où ils étaient cités avec insistance parmi les favoris – mais éliminés au premier tour -, les Lions de l’Atlas comme ceux de la Téranga comptent se relancer avant le début des éliminatoires de la Coupe du monde «Brésil 2014», prévus en début juin. Et pour Joseph Koto, promu sur le banc du Sénégal après le désistement inattendu de Pierre Lechantre, ce match doit représenter plus qu’une rencontre amicale. Considéré comme un choix par défaut, celui qui était jusque-là entraîneur de l’Équipe nationale locale effectue, pour l’occasion, sa première sortie avec les Lions face à un adversaire qui n’est pas non plus au mieux. Car, à la dernière Can, le Maroc d’Eric Gerets avait plié bagages après 2 défaites et une victoire.
Avec un groupe new-look où manquent la plupart des cadres qui avaient brièvement séjourné à Bata (Guinée-Équatoriale) – notamment Niang, Diawara, Issiar, Mangane, Malickou, Joseph Koto doit composer avec une équipe jeune composée du noyau dur de l’Equipe olympique. Abdoulaye Bâ, Ibrahima Baldé, Sadio Mané, Pape Guèye, Cheikhou Kouyaté, Ousmane Mané, Moussa Konaté…ont donc été appelés pour affronter des Lions de l’Atlas qui avaient ridiculisé leurs aînés, un après-midi de 11 août 2011, de surcroît au stade Léopold Sédar Senghor de Dakar où le Sénégal n’avait alors plus perdu pendant 10 ans. Une cinglante défaite (0-2) grâce à des réalisations de Youssef El Arabi (Al Hilal/Arabie Saoudite) et de Houcine Kharja (Fiorentina/Italie) qui avait sonné comme un coup de semonce sur la tête des Lions, alors un peu trop sûrs de leurs forces.

Pour le Sénégal, il s’agira de réussir deux missions titanesques
Au moment d’affronter l’équipe du Belge Erice Gérets, il s’agira pour le Sénégal et son sélectionneur d’essayer de réussir deux missions titanesques. D’un côté, la bande aux ténors Khadim Ndiaye, Souleymane Camara et Papis Demba Cissé aura la tâche et la mission (?) de laver «l’affront» subi à Dakar. De l’autre, Joseph Koto sera attendu par tout un peuple sénégalais pour sa première sortie avec l’Équipe nationale. A défaut d’une victoire, un résultat positif serait, pour «Bout de chou», synonyme d’un «bout» d’os tendu à des Lions affamés, avant d’affronter le Lone Star du Liberia, le 2 juin à Dakar. Une sorte d’épreuve d’admissibilité qu’il se doit de réussir pour prouver aux fédéraux sénégalais qu’il peut bien être un «sorcier blanc» à la peau noire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Macky Sall et le cirque de la « Gouvernance sobre et vertueuse ». Par Ousmane Sonko

Les Sénégalais sont plus que lassés de ses simulacres d’indignations présidentielles jamai…