“Par l’union, vous vaincrez. Étouffez toutes les haines, éloignez tous les ressentiments, soyez unis, vous serez invincibles.” Victor HUGO

Signalée pour la première fois à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019, le coronavirus ou covid19 est vite devenu plus qu’une épidémie, mais une pandémie, car se situant à l’échelle mondiale. A la date d’aujourd’hui, le COVID-19 a envahi plus de 140 pays, dont le Sénégal. D’ailleurs, seules 3 régions (Matam, Kaffrine et Kédougou) sur les 14 que compte notre pays ne sont encore épargnées par ce vicieux ennemi. Croisons les doigts ! En effet, depuis plus de deux mois, nous vivons avec la peur d’une hécatombe, à cause du taux de mortalité élevé dans les premiers pays touchés.

A ce jour, cette pandémie a déjà frappé 3,5 millions de personnes, dont près de la moitié en Europe, et tué près de 250 000 malades, selon les décomptes réalisés par l’AFP.

Seulement, à l’image du Sénégal ou même mieux, une douzaine de pays résistent encore au coronavirus. La plupart de ces territoires miraculeusement épargnés sont situés dans l’océan Pacifique. Puisse le Tout-Puissant (!) nous protéger contre ce mal comme il l’a fait pour la Micronésie, de Kiribati, des îles Marshall, de Naru, de Palau, des îles Salomon, du Tonga, de Vanuatu et de Tuvalu. Seulement, pour faire comme ces pays, respectons les consignes données par nos autorités : mesures barrières, port de masques lors de nos déplacements essentiels. Mais, surtout, restons chez nous !

Pour revenir à notre si beau pays, retenons que malgré la peur partagée par tous, l’espoir est permis, car « à ce jour, le Sénégal compte 1271 cas positifs dont 415 guéris (45 aujourd’hui même), 10 décès, 1 évacué et 845 encore sous traitement », note-t-on dans la presse du jour.

Bien que nous soyons dans une crise, la pandémie du coronavirus, ces résultats méritent d’être applaudis. Et les Autorités (civiles et militaires) -dont la vision, la compétence et le dévouement ont permis d’engendrer ces résultats-, respectées et félicitées.

Malheureusement, c’est le contraire que certains qui envahissent les médias, le plus souvent, la tête bien vide, veulent nous imposer. Fondant tous leurs argumentaires sur des accusation s, des bêlement s, des blâme s, des bramement s, des clameur s, des complaintes, des geignement s, des gémissements, des jérémiade s, des lamentation s, des murmure s, des plaintes…

Rien que cela. Aucune motion de satisfaction. Aucun encouragement à ceux qui ne dorment pas, et qui au risque de leurs vies, sauvent la nôtre. Que le monde est injuste !

Comme le soutenait le sage Xiaoping DENG, dans une phrase de 14 mots : « Peu importe que le chat soit gris ou noir, pourvu qu’il attrape les souris ».

Que l’on aime ou le déteste, qu’on soutienne ou s’oppose au Président de la République, on ne peut pas dénier à Son Excellence, Macky Sall, son courage, son leadership et sa forte volonté de voir notre continent poursuivre inlassablement sa marche vers l’Emergence. C’est pour cela, que sa vision éclairée lui a ouvert et continue encore d’ouvrir à chaque fois, au concert des Nations, les portes de l’Afrique et du monde.

En atteste, la place accordée à Son Excellence, Macky Sall, au Fonds d’intervention de l’UA contre le Covid-19 créé le 26 mars 2020, pour lequel les membres se sont engagés à verser la somme de 12,5 millions de dollars américains, avec 4,5 millions de dollars en sus pour le CDC Afrique.

Son combat, visible dans sa réflexion de haute facture, parue dans le quotidien national « Le Soleil », dans son édition N° 14960, du mercredi 08 avril 2020, et consacrée aux stratégies à mettre en œuvre pour éradiquer le Covid19 et relancer la machine de l’économie mondiale.

Et cela, après qu’il a lancé un appel aux pays développés pour l’annulation de la dette des pays pauvres d’une valeur de 365 milliards de dollars. Ne disait-il pas ceci : « Il faut que cette demande soit prise en compte, car l’Afrique fait partie du monde ».

Pour confirmer la pertinence de sa proposition, le G20 a décidé de mettre en place un moratoire d’un an sur le remboursement de la dette des pays africains. Et comme pour faire chorus à cette décision, le Président français Emmanuel Macron, Sa Sainteté, le Pape François, le FMI et même la Banque mondiale le félicitent pour le nouvel ordre mondial qu’il veut construire.

Cette réorganisation prochaine du monde est tellement claire dans la tête du Président Sall qu’il dira haut et fort « qu’après le Covid-19, je suis convaincu qu’il faudra un nouvel ordre mondial, qui devra renforcer la résilience de tous les pays, car si demain cette maladie reste quelque part dans un village du Sénégal ou ailleurs, c’est toute la communauté mondiale qui sera menacée ». Quelle profonde vérité !

Mieux, Son Excellence, le Président Macky Sall, à travers les nombreuses décisions qu’il a prises depuis le lundi 23 mars 2020, pour contenir la propagation du coronavirus au Sénégal, suivies de celle du 02 avril 2020, fondée sur l’article 69 de la Constitution et sur le quitus donné par l’Assemblée nationale, qui a adopté la loi n° 2020-13 du 02 avril 2020, et de la toute dernière du dimanche 03 mai 2020, ont montré que le Président Macky Sall maîtrise parfaitement les politiques publiques.

Le Président Sall a redonné confiance à son peuple pour que plus jamais, « l’infiniment petit ne fasse trembler le monde entier, de façon brutalerapide et massive ».

En outre, en créant le Fonds Force Covid, à la tête duquel, il a placé une équipe dynamique et intègre pour en assurer la transparence, en venant en aide à toutes les couches sociales, après avoir réuni, dès le début, les hommes politiques, la société civile, les artistes, les syndicalistes, les chefs religieux et coutumiers, les forces vives de la Nation autour du combat contre le covid19, le Gardien de la Constitution a fait montre d’une grande conscience, indiquant à tous, que ce fléau « ignore les frontières ; frappe sans distinction, pays riches comme pays pauvres, et sans égard pour le statut social des uns et des autres ». Qu’ils soient gouvernants et gouvernés, riches ou pauvres !

A l’image du Président Macky Sall, nous 

devons tous encourager le Ministre de la Santé et de l’Action sociale, et l’ensemble de ses équipes, dans la tâche difficile qu’ils mènent de jour et de nuit. Oui, « ce personnel médical et paramédical dévoué et qui est au front d’une lutte sans merci contre le COVID-19, pour notre salut ». 

« A tous ces braves hommes et femmes, comme le disait M. Macky Sall, renouvelons nos remerciements et notre soutien dans ce combat risqué contre un ennemi vicieux, mortel et invisible à l’œil nu »

Confondons à ses salutations « nos Forces de défense et de sécurité, ainsi que toutes les bonnes volontés mobilisées dans la lutte contre le COVID-19 ». 

Que les responsables du Comité national de gestion des épidémies (CNGE), soient beaux ou vilains, gentils ou pas, qu’ils s’expriment bien ou pas, l’essentiel pour nous Sénégalais, est qu’ils guérissent nos malades et leur sauvent la vie !

Et c’est ce que sont en train de faire Pr Moussa Seydi, Pr Mamadou Diarra Béye, Pr Oumar Kane, Dr Aloyse Waly Diouf, Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, Dr Amadou Alpha Sall… Sans tambours ni trompettes.

Mention spéciale aux médias qui, comme un seul homme, ont fait de ce combat, le leur, ignorant même l’aspect commercial de la presse. Bravo pour cette fibre citoyenne !

Malheur aux pignoufs, ces gloutons quand il s’agit de s’en prendre au gouvernement, sont toujours aux abonnés absents ou avares, quand il s’agit des succès du Sénégal. Ils s’attardent sur le ludo, pardon le ludique, quand le débat est crucial et porte sur la Nation entière.

Experts en tout, savants en rien, prétentieux à souhait, ils n’ont que la critique facile à apporter au rendez-vous du donner et du recevoir.

Et ils ont trouvé leur terreau à travers la toile qui, aujourd’hui donne la dignité d’un Nobel à celui qui n’avait, normalement, pas droit à la parole. Mais que voulez-vous ? N’est-ce pas « qu’Internet est le produit d’une combinaison unique de stratégie militaire, de coopération scientifique et d’innovation contestataire » ?

Alors, contestez ! Et le Président Macky Sall lui, continuera à faire voguer « SUNUGAAL », contre le mensonge, pour l’amarrer dans un océan de Bonheur, de Prospérité et d’Emergence, grâce à l’action combinée des lamaneurs que nous, citoyens et républicains, sommes.

Alassane DIALLO, Archiviste-Journaliste-Communicant, Master II en Droit de Régulation, FSJP/UCAD, Coordonnateur du Pôle Communication du Club Sénégal Emergent (CSE)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Mon point de vue sur la situation politique au Sénégal et dans le Continent africain en général (par Ibra Oumar Ly)

Pourquoi l’Afrique tarde-t-elle à décoller après plus d’un demi-siècled’…