LOUGA: L’ARD ET LE GELD TENTENT D’INVERSER LA SOUS-RESPONSABILISATION DE LA FEMME AU SEIN DES COLLECTIVITÉS LOCALES

L’Agence Régionale de Développement (ARD) et le Projet Équité de Genre dans la Gouvernance Locale (GELD) ont entamé ce lundi 10 avril dans les locaux du CEFAM de Louga une session de renforcement de capacités managériales au bénéfice des femmes élues Locales et leaders de la Région. L’atelier qui va durer jusqu’au jeudi 13 avril 2017 regroupe déjà l’essentiel des participantes.

L’ouverture de la session à eu lieu sous la présidence de Monsieur Fally SOW, Adjoint au Gouverneur de Louga et du directeur de l ARD M. Cheikh GUEYE. Parmi les séminaristes, Madame Coumba DIAW, Mairesse de la Commune de Sagatta-Djolof dans le Département de Linguère, Mesdames Ndeye NDOYE, Aida SY toutes des femmes de haute renommée tant dans la Région qu’au niveau national. D’ailleurs la Haute Conseillère des Collectivités Territoriales Mme DIAW devrait sa distinction par le fait qu’elle est la seule femme Maire sur toute l’étendue de la région.

. C’est là une entrée en matière pour la Représentante de l’ONU Femme. Ainsi, dans son allocution, Madame Seynabou SARR, tout en reconnaissant la <<parité>> élective et semi-élective comme une véritable révolution intégrant la femme aux prises de décisions, en déplore sa sous-responsabilisation aux Collectivités Locales.

Ainsi, corrobore-t-elle, <>. C’est donc dire que la représentativité des femmes demeure toujours problématique au regard de leur majorité de tous les temps.
Voilà qui justifie amplement la tenue de cette session de formation pour au moins deux raisons. D’abord, selon les termes de référence fournies par les partenaires, l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ne peut faire de la condition féminine majoritaire et vulnérable à la fois. De par leur supériorité numérique de tous les temps, les femmes doivent demeurer la main d’oeuvre décisive indispensable au processus de développement au-delà de la passerelle de l’émergence. Si bien qu’élever leur niveau de capacité managériales devienne une logique, une justice politiquement rendue.

Ensuite, la réduction voire l’éradication des écarts Homme/Femme qui se sont toujours traduits par les inégalités et iniquités liée au sexe devient un impératif. Et c’est fort de ce rapport que le GELD, en partenariats avec l’ONU Femme, le SNU, le PNUD et le FENU entend relever les défis qui interpellent le Sénégal sur sa difficile trajectoire vers le développement. À cet effet, sous la bienveillante conduire de l’ARD, il va adopter quatre jours durant une démarche méthodologique cohérente en adéquation avec les modules en place.

LOUGAWEBMEDIAS.COM

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.