LINGUERE:JOURNAL SCOLAIRE DEPARTEMENTAL ‘’L’ECOLE DU DJOLOFF’’ : UNE EXPERIENCE INEDITE AU SENEGAL

L’annĂ©e scolaire 2014/2015 restera Ă  jamais gravĂ©e dans la mĂ©moire de la communautĂ© Ă©ducative du dĂ©partement de LinguĂšre. En effet, pour la premiĂšre fois, au SĂ©nĂ©gal, on assiste Ă  la crĂ©ation d’un journal scolaire dĂ©partemental. Ce bijou du Djoloff est initiĂ© par des enseignants du dĂ©partement sous la direction d’une Ă©quipe centrale trĂšs dynamique composĂ©e du triptyque : Sahir NDOYE coordonnateur du projet, Ahmadou Bamba TourĂ© coordonnateur adjoint, et de BadĂ© Seck coordonnateur de la rĂ©daction. Ce journal trimestriel est sous forme tabloĂŻde de 8 pages dont 4 en noir et blancs et 4 en couleur tirĂ© Ă  2000 exemplaires, vendu aux prix symbolique de 100FCFA l’unitĂ©. Il a pour ligne Ă©ditorial l’ensemble des questions liĂ©es au dĂ©veloppement de l’éducation dans le dĂ©partement de LinguĂšre mais aussi tous les problĂšmes liĂ©s Ă  l’épanouissement de la jeunesse du Djoloff. Ainsi de la littĂ©rature aux sciences en passant par la poĂ©sie, les thĂšmes Ă©ducatifs, la vie des Ă©coles, le modĂšle du Djoloff, l’environnement
 rien n’est laissĂ© au hasard. RĂ©pondant Ă  la question relative aux motivations de ce projet, monsieur Sahir NDOYE, coordinateur du dit projet soutient : « Le dĂ©partement de LinguĂšre Ă  l’instar des autres localitĂ©s de l’intĂ©rieur du pays est confrontĂ© Ă  beaucoup de difficultĂ©s parmi lesquelles on peut citer les mariages prĂ©coces, les grossesses prĂ©coces, un fort taux de dĂ©perdition scolaire, l’analphabĂ©tisme des parents, la pauvreté  Ainsi, malgrĂ© le caractĂšre public de l’école sĂ©nĂ©galaise, l’action de l’état a besoin d’ĂȘtre soutenue et complĂ©tĂ©e par ces genres d’initiatives. Donc la crĂ©ation de ce journal permettra sans nul doute, la pĂ©rennisation des acquis mais aussi Ă  la conscientisation des diffĂ©rents acteurs sur les dangers qui guettent l’école. » Dans la mĂȘme foulĂ©e, le coordonnateur a poursuivi en expliquant que ce projet inĂ©dit avait pour principaux objectifs de : « promouvoir le lire-Ă©crire qui constitue un des outils majeur d’acquisition culturelle chez l’enfant, initier les enfants Ă  la recherche, crĂ©er un cadre d’expression lĂ©gale pour les enfants 
 »
La spĂ©cificitĂ© de ce journal tient surtout Ă  la place centrale qu’occupent les enfants. Ainsi on voit clairement que la plupart des articles sont les productions des collĂ©giens et lycĂ©ens du dĂ©partement. Ce qui le met en phase avec les nouvelles visions pĂ©dagogiques basĂ©es sur la centralitĂ© de l’élĂšve. Donc sans distinction, tous les Ă©lĂšves ont la possibilitĂ© de publier des articles et en toute libertĂ©. C’est ce qui explique certainement la rĂ©ussite de ce journal. Par rapport aux moyens de production du journal, il semblerait qu’ils font dĂ©faut mais le coordonnateur reste optimiste, il soutient que tout dĂ©but est difficile. Nous sommes toujours dans la phase de recherche de partenaires et de publicitĂ©. NĂ©anmoins, La rĂ©daction a reçu des dons et promesses d’appui de certaines personnalitĂ©s du dĂ©partement notamment le ministre de l’Industrie et des Mines, le PrĂ©sident du Conseil DĂ©partemental et le Maire de la commune de ThiamĂšne Pass, Ousmane Seck, proviseur du lycĂ©e de Dahra
 Les autoritĂ©s en charge de l’école aussi n’ont pas Ă©tĂ© en reste de l’Inspecteur d’AcadĂ©mie Ă  l’Inspecteur de l’Education et de la Formation de LinguĂšre en passant par l’Inspecteur Boubou Thiam, responsable du District de Dahra, ils ont tous mis la main Ă  la patte pour que ce joyau dĂ©partemental puisse voir le jour. Les infatigables collaborateurs et correcteurs ne sont pas en restes. Mention spĂ©ciale aux seules stars de cette aventure : les Ă©lĂšves du dĂ©partement de LinguĂšre.
Ndéye Mingué SECK

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.