Linguère : Les populations tiennent un atelier de renforcement des capacités en vue d’un développement durable dans le milieu.

Dans le cadre de la lutte contre la faim et la pauvreté dans le département de Linguère, un atelier de lancement du programme multi acteurs pour l’éducation non formelle et la promotion de la santé de la reproduction avait pour cadre la ville de Dahra Djoloff plus précisément dans la salle de délibération de l’hôtel de ville de la localité.

Selon Alassane Pouye chargé de programmes de Hunger Project Sénégal, l’objectif de la rencontre c’était de partager avec l’ensemble des acteurs sur le programme multi acteurs qui constitue une deuxième phase. A en croire ce dernier,des objectifs spécifiques sont poursuivis par le programme notamment renforcer les capacités techniques des néo alphabètes en vue de faciliter leur insertion socio professionnelle, outillés les jeunes  déscolarisés à travers un perfectionnement pour  ensuite leur faciliter leur insertion socioprofessionnelle, améliorer le contrôle citoyen et la bonne gouvernance au niveau local .Revenant sur le menu de l’atelier Alassane Pouye dira que les objectifs tournent en substance autour de deux points principaux à savoir la bonne préparation du programme et la sensibilisation de l’ensemble des partenaires potentiels.

Concernant les résultats attendus de ce programme, Monsieur Pouye annonce qu’au terme du projet qui va durer trois ans, les participants pourront bénéficier d’une formation qualifiante qui va directement vers l’insertion professionnelle, les acteurs impliqués dans la mise en œuvre du project auront une compréhension commune de leurs  rôles respectifs. Quant au premier adjoint au maire de Dahra Ada Coumba Ndiaye qui présidait la rencontre se dit très satisfait de ce programme qui est venu à son heure et vise les couches vulnérables (les jeunes et les femmes) qui sont les piliers du développement d’une localité. Concernant l’inspecteur départemental de l’éducation de Linguère  Madieng Fall, dans son intervention  souligne déjà son sentiment de satisfaction pour cet atelier qui parle de l’éducation et la santé qui sont les mamelles du développement. A signaler qu’il y avait d’autres participants à cet atelier entre autres les élus locaux, les notables, les autorités de Dahra, les représentants  des comités d’épicentres de Dahra, ceux de la maison du développement local.
Pour bon nombre de participants à l’atelier, ils sont très contents car diront-ils les populations du Djoloff sont énormément touchés par la conjoncture et ces mêmes populations gardent beaucoup l’espoir avec l’ONG Hunger Project  Sénégal implantée dans le pays pour enrayer les phénomènes de la faim et la pauvreté à travers diverses actions dans le renforcement des capacités des populations à la base.

Pour rappel dans sa première phase,ce même programme avait permis d’alphabétiser 650 femmes dans les zones de Coki et de Dahra en vue de renforcer les capacités de plusieurs membres des organisations communautaires de base ,de mettre en place une structure formée d’animateurs relais pour poursuivre les efforts consentis dans le domaine de l’éducation non formelle .

Salla Ndiaye, Correspondant permanent

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.