LINGUERE-LÉGISLATIVES 2017- Implosion imminente de l’Apr et la coalition Benno Bokk Yakkaar

Les deux siègent mis en jeu pour les élections législatives de juillet prochain aiguisent plus d’appétit chez les responsables de la coalition Benno Bokk Yakkaar. Ainsi, la coalition Benno Bokk Yakkaar(Bby) et pire, l’alliance pour la république (Apr), dans le département de Linguère risquerait une implosion. Et pour cause, même si il y’a quelques mois qui nous séparent de ces échéances électorales, à Linguère, les élections législatives sont sur tous les lèvres des acteurs de la scène politique.

A cet effet, les investitures, prévue demain Samedi alimentent les débats et les candidatures, pour les 02 sièges mis au profit du département aiguisent de plus en plus d’appetit. Dès lors, tous les moyens sont bons pour se faire prévaloir et gagner la confiance des militants.

Achat de conscience des postulants

Les actes de bienfaisance des prétendants, au grand bonheur des populations, en concurrence sans merci se multiplient de jour en jour. Des enveloppes financières distribuées, en guise de financements de projets des jeunes pour leurs associations sportives et culturelles ou pour les femmes dans le cadre  leur groupement de promotion féminine, distribution de tissus de tout genre(Jesner, Ganila, entre autres), aux femmes qui se sont les plus distinguées dans l’entreprenariat, création de cérémonie de parrainage afin de se faire montrer, la ruée dans les cérémonies officielles des chants religieux(gamou) sont entre autres astuces de ces prétendants pour la course à l’hémicycle.

Que de mordants pour 02 sièges seulement!

Au total, d’après une source proche des instances du parti, 28 candidats ont pour le moment déposé leur candidature sur la table du ministre de l’industrie et des mines.

Et ce n’est pas tout, si on en croit toujours à cette dernière qui martèle que probablement la liste des candidats dépassera largement au nombre déjà  enregistré car beaucoup de militants dudit parti ne se sont pas encore fait entendre. C’est la raison pour laquelle, le mouvement cadre de réflexion du Djoloff, dirigé par Lamine est porté sur les fonts baptismaux. Les priorités de ce mouvement de soutien à Aly Ngouille Ndiaye , selon son coordonnateur , Lamine Ndiaye est de faciliter la tâche au ministre afin d’arrondir les angles pour un consensus entre apéristes.

Au vu des relations heurtées entre responsables apéristes de Linguère, on peut, sans risque de se tromper, pronostiquer une implosion de la coalition et des votes sanctions s’en suivront de la part des frustrés. Les responsables des différentes sensibilités se regardent en chien de faïence. Chacun d’entre eux veut se faire prévaloir, occasionnant pour certains le refus de reconnaitre le leadership d’autrui. Cette situation est due du fait que depuis sa création en 2008, Macky Sall tarde à structurer son parti.

Investitures aux allures d’une guerre ethnique

Entre autres facteurs qui pourraient constituer l’épine dorsale chez les responsables politiques seraient dus à des clivages ethniques. En effet, pour bon nombre de militants de l’Apr ou des partis de la coalition, les investitures devraient être faites sur la base de la représentativité ethnique.  Comme à l’accoutumé, dans toutes les investitures, depuis les indépendances jusqu’à nos jours les wolofs et peulhs se taillent la part du lion de peur qu’une partie ne se sente frustrée pouvant aller même à voter sanction.

Risque de désaccord entre apéristes et alliés

Vraisemblablement, la coalition Benno Bokk Yakkaar de Linguère est en passe à une imminente implosion. Si, à cette pléthore de candidats au sein de l’Apr, vient s’ajouter la candidature des partis alliés. Bon nombre d’entre eux sont plus que jamais déterminés à se faire investir les listes électorales. Cela semblerait être  l’idéal, non seulement pour le respect du sens du partage mais également pour un souci de préserver la coalition. Car, en 2012, les 02 postes de député qui mis en jeu avaient été attribués à Adama Sow et Mingué Lam, tous deux, des militants de l’Apr ce qui était une pilule amer à avaler pour les alliés.

L’arrivée de l’Urd à la coalition Bby enfonce le clou

En tout cas, la course à l’hémicycle dans le département de Linguère ne manquera pas de piquants dans la famille politique du chef de l’Etat. En effet, au vu de toutes ces contraintes, l’arrivée du parti de l’union pour le renouveau démocratique(Urd) au sein de la coalition Bby risque d’être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase. Et pour cause, pour les rénovateurs, il est inconcevable qu’ils n’aient pas de candidats car soutiennent-ils « en 2012, leur parti avait obtenu un député, sous leur propre bannière ». La tâche sera très compliquée pour Aly Ngouille Ndiaye à qui Djibo Ka ne pardonnera pas pour ses nombreux militants qu’il a enrôlés au profit du parti marron-beige.

 Adama Sow et Mingué Lam déshérités par les populations

Si les deux postes attribués au département de Linguère constituent une course effrénée chez les partisans de Macky Sall, c’est parce que les députés Adama Sow et Mingué Lam ne font pas l’unanimité chez les populations. De l’avis des certains, ces représentants du Djoloff, à l’hémicycle ont déçu toute une communauté du Djoloff raison pour laquelle, ils ne peuvent plus avoir une seconde chance de leur représenter à l’assemblé nationale. A en croire certains militants de l’Apr, ces derniers, non seulement ne faisaient pas l’unanimité en 2012, mais également, ils n’ont pas rempli leur mission à la défense des intérêts des populations de Linguère.

Pour rappel les tiraillements au sein de l’alliance pour la République à Linguère ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, lors des dernières élections municipales de 2014, pour constituer leur liste c’était la croix et bannière. Il avait fallu nécessaire de faire recours aux services de Luc Sarr, qui à deux reprises s’était déplacé jusqu’à Dahra pour jouer au sapeur mais en vain. Finalement, c’était le chef de file du parti, Macky Sall qui avait finalement pris les choses en main pour dresser une liste pour eux.

Ce Samedi, 20 mai c’est encore Luc Sarr him-self, d’après notre source qui fera le dĂ©placement pour faciliter les investitures. Alors qu’il est dĂ©clarĂ© personna non grata par les jeunesses rĂ©publicaines, favorables Ă  Samba Ndiobène Ka.

Ndèye Mingué SECK

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.