On ne le dira jamais assez le ciment est introuvable à Dahra Djoloff du coup plusieurs chantiers sont aux arrêts. Le malheur ne venant pas seul , cette rareté du ciment va de pair avec la cherté  du produit. En effet les quelques rares boutiquiers qui en ont vendent le sac à 3500 f contrairement aux temps normaux où le sac de ciment était vendu à 3000 f d’où une hausse de 500f.Ainsi la tonne de ciment est vendue à 70000 f alors qu’elle valait à 60000f.Cette situation  explique la désolation des populations de Dahra et environs. En effet disent elles au moment où la covid19 est bien là avec tous ses maux notamment la fermeture des marchés hebdomadaires tous les quinze jours, les populations du département de Linguère ne savent plus à quel saint se vouer. Il faut le dire il n’y a pas que le ciment qui coûte cher dans la localité, le sac d’aliments de bétail est intouchable car il est vendu à 8000 f alors qu’il était vendu dans les marchés à 7000 f.Le moins que l’on puisse dire, la vie coûte chère  dans le Djoloff dans ce contexte de covid19 qui a fini d’emporter 10 personnes à Dahra Djoloff.

Samba khary Ndiaye Linguere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pegasus : les dessous d’une affaire de grande envergure

Conçu en 2013 et vendu officiellement à des organisations étatiques pour la surveillance d…