Linguère : Forum sur la productivité agricole, les acteurs des filières visent un taux de croissante agricole de 6% d’ici 5ans.

Un forum sur la productivité agricole a réuni, ce Lundi, au foyer des jeunes de Dahra techniciens de la filière et éleveurs et agriculteurs pour échanger sur les différentes techniques de gestion de projets notamment : l’aviculture villageois, les techniques de défense et de restauration des sols et les blocs mélasses nutritionnels pour l’amélioration de la productivité de lait et de viande.
Selon la coordonnatrice du programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest, madame Mariétou Diawara, ce projet est initié par la Communauté économiques des Etas de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), au profit des pays membres tel que le Sénégal, avec l’appui financier de la banque mondiale, comme étant un des leviers pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement(OMD).
La responsable du programme d’ajouter qu’il: « vise à rendre l’agriculture plus productive et durable, améliorer les conditions des consommateurs par la mise à disposition de produits agricoles à prix compétitifs mais aussi de soutenir la coopération régionale conformément aux plans d’actions de la politique agricole du NEPAD ».
Prévu sur une période de 05ans, le programme de productivité agricole a pour objectif général de contribuer de façon durable à l’accroissement de la productivité agricole des filières prioritaires nationales et régionales susceptibles de d’accroitre le taux de croissante agricole pour l’amener à 6%.
Mieux, il permettra dans une première phase d’initiation de développer des mécanismes pour le partage des technologies, de mettre en place des centres nationaux de spécialisation et de financer des systèmes de subventions de sous-projets de recherche agricole sur une base compétitive. Toutefois, ce projet portera dans sa seconde phase d’expansion sur le renforcement des centres nationaux de spécialisation et leur évolution dans les centres régionaux d’excellence afin de consolider les systèmes de diffusion et d’adaptation des technologies.
Pour le Sénégal, il s’agit des filières telles que : les céréales(mil ; mais, sorgho et fonion), les cultures associées( arachides, niébés et sésame), les filières lait et viande et les filières horticoles(oignons, mangues et tomates)
Les bénéficiaires qui ont présenté la mise en œuvre et les résultats attendus du projet l’ont apprécié à sa juste valeur. Pour eux, l’impact de ces projets a été bien perçu chez leur quotidien. Car arguent-ils : « chacun a reconnu une amélioration dans sa revenue mis aussi dans son bien-être social ».
Ndéye Mingué SECK

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.