Linguère : Des maires dénoncent les privilèges accordés à leurs homologues des zones urbaines

Certains maires de collectivités locales du département de Linguère ne sont pas contents. Et pour cause, ils ne jouissent pas tous des mêmes honoraires que les autres collectivités locales, qui pourtant sont absolument égales à tous points de vue. Pour le maire apriste de Labgar Idrissa Diop (une commune située à une soixantaine de kilomètres de Linguère), «le traitement des maires, par rapport aux indemnités compte tenu de leurs fonctions et des charges qui leur sont conférées, n’est pas le même». Toujours selon lui, le décret présidentiel qui vient de tomber relatif aux indemnités des maires est à la défaveur des maires ruraux.

Il se désole de cette situation et demande au Président Macky Sall et à son gouvernement de revoir les termes de ce décret. Ceux-ci sont pour léser les maires des zones rurales qui, selon lui, doivent jouir du même traitement que leurs homologues des zones urbaines du Sénégal. «Nous ne pouvons pas concevoir qu’un maire qui a la charge d’un vaste territoire (plus de 50km de longueur parfois) soit moins rémunéré qu’un autre aux tâches plus aisées. Sans doute, vous n’ignorez pas que nous éprouvons toutes les peines du monde à recouvrer en zone rurale où il faut parcourir des distances plus longues qu’à l’intérieur des villes», argumente-t-il. Il juge anormal voire injuste, que la clé de répartition des indemnités privilégie les maires des zones urbaines.
 Si certains perçoivent entre 300.000 à 500.000 FCFA d’autres maires des zones urbaines n’encaissent pas moins de 900.000 FCFA. «Aujourd’hui l’acte 3 de la décentralisation a changé la robe de la communauté rurale mais le contenu reste intacte», regrette le maire de Labgar. Embouchant la même trompette, le maire de Gassane Oumar Kâ ne partage pas les termes du décret privilégiant certains maires. «Un maire reste un maire. Le Président de la République n’avait-t-il pas déclaré que tous les maires sont égaux et ont les mêmes compétences. Donc, nous devons percevoir les mêmes indemnités, ne serait-ce que pour pallier aux inégalités», regrette-t-il, lui aussi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.