La sortie du ministre de l’Environnement a été très mal accueillie et, à juste titre. Comment, quelqu’un qui prétend connaitre la République, peut-il tenir des propos aussi regrettables. En effet, répondant à une interpellation, à propos de tortures dont seraient victimes des journalistes, Djibo Kâ, n’a rien trouvé de mieux à dire qu’«il faut attendre que la situation soit grave pour parler. Il faut prendre, avec des pincettes, les déclarations des journalistes torturés par la police qui ont eu à intervenir sur la Rfm». Inconcevable. Le ministre devrait se contenter, uniquement, de la validation de la candidature de celui qu’il avait vomi, entre les deux tours, en 2000. Malheureux, pour le Sénégal. Politique politicienne, quand tu nous meus. De tels propos déshonorent mais, on comprend, quand la boulimie du pouvoir nous fait manger à tous les râteliers qu’on peut se laisser aller à toutes les tortuosités.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Linguere :La gendarmerie de Yang Yang arrête O.Sow pour avoir cassé le bras de sa femme par jalousie.

Cela s’est passé  à Diane une localité de l’arrondissement de Yang Yang c&rsqu…