Le droit est fondamental pour un pays qui veut se développer, on ne peut pas avancer tout en bafouant les règles qui organisent la société, le droit est sacré. Mieux, la justice est un rempart qui protège les personnes, garantit les règles du vivre ensemble, les droits et donc les devoirs de chacun et les conditions d’une société apaisée. A défaut, on vivra dans  une anarchie totale oú la loi appartiendrait au plus fort. Du coup, aussi bien le Gouvernant que les Gouvernés ont tous devoir de s’accorder sur ce principe de légalité en vue d’accéder à la voie de l’émergence. De cette situation, on peut dire que la responsabilité se situe à deux niveaux, elle est partagée. De prime abord, du côté gouvernemental l’Etat a la responsabilité d’établir la loi et de veiller à sa bonne marche. Ensuite, en ce qui concerne les citoyens, ces derniers sont tenus de se soumettre aux lois et règlements édictés par l’autorité suprême c’est à dire l’Etat. Or cette soumission dont on parle doit être accompagnée par un respect stricte du caractère général et impersonnel du droit et de lá ça nécessite d’une volonté politique émanant de l’autorité centrale. Autrement il dit, le Gouvernant doit se conformer scrupuleusement à ce caractère essentiel si on veut que  les gouvernés  obeisssent carrément au droit. Tout cela veut dire qu’en réalité, la règle de droit possède une portée générale et impersonnelle, ce qui signifie qu’elle s’applique à tous et indistinctement.Du coup, la loi ne doit pas viser une partie de la société mais plutôt la population dans sa globalité.

Disons que nous sommes tous égaux devant la loi. C’est ainsi que l’adage trouve son sens: « nemo censetur ignorare lege » : nul n’est censé ignorer la Loi « . De surcoit je dois ajouter l’autre : »dura lex sed lex »: la loi est dure mais c’est la loi.

Par ailleurs, personne n’a le monopôle du droit, juste pour souligner que la force restera à la loi.

En effet, aujourd’hui une situation nous interpelle tous pour ne pas dire une actualité brûlante, c’est l’affaire Petrotim-Alioune Sall qui ne cesse de gagner du terrain dans notre société à tel enseigne que notre justice est directement  interpellée; comme elle l’a été avec les cas de Karim Wade(accusé d’enrichissement illicite…) et de Khalifa Sall(accusé de détournement…). Et si nous arrêtons sur ces deux cas, il apparaît clairement que la justice n’avait  pas hésité à les sanctionner même si que la culpabilité de ces deux détenus  restent à discuter. Maintenant, revenons-en à nos moutons et par là il est légitime de se poser la question de savoir: qu’est ce qui s’est passé réellement?

En fait le peuple sénégalais s’est levé un bon jour et on l’informe d’un scandale aussi gravissime qu’il na jamais connu. Il s’agit d’un scandale à dix milliards de dollars . Effectivement, l’enquête diffusée le dimanche 2 juin 2019 par la BBC a créé une onde de choc au Sénégal.Dans ce reportage de 28 minutes, la chaîne britannique accuse notamment la compagnie pétrolière British Petroleum (BP) d’avoir accepté de verser quelque 10 milliards de dollars de royalties à l’homme d’affaires roumano-australien Frank Timis par le biais de son représentant au pays de la téranga en l’occurrence Alioune SALL . Lequel avait signé en 2012 un contrat pétrolier controversé avec le Sénégal. 

Sur ce,  force est de constater que les accusations sont lourdes de telle sorte que l’intérêt public est menacé. Du coup les sénégalais ont besoin de savoir là oú le bât blesse. De ce fait, seule la justice est apte  d’éclairer la lanterne des populations.

En outre, il est vrai qu’un pas a été posé par la justice je veut nommer la conférence de presse du procureur de la république, c’est un bon début mais le plus important c’est d’aller plus loin en faisant circuler la machine judiciaire dans sa voie initiale qui est la vérité. 

En d’autres termes ce dernier doit entendre tous les concernés sans exception afin de connaître la réalité. En tout cas c’est ce que la république tout entière attend de son procureur mais pas autre chose.

Toutefois, nous demandons aux sénégalais d’être plus vigilants et trés responsables, d’éviter aussi l’intoxication et la désinformation dans cet affaire en vue de ne pas tomber dans la malédiction du pétrole, entre les deux nous choisissons la bénédiction du pétrole (nom du prochain article).

Que le Bon Dieu protége le Sénégal et son pétrole!

Contribution d’un sénégalais lambda…

#NDIAYE_Moussa!sindidirek@gmail.com

Un commentaire

  1. C’est bien dit.
    A propos d’équité, d’égalité, il me semble qu’il est clair que tous les Citoyens chez nous n’ont pas la même dignité devant l’état de droit en général et la loi et la justice en particulier.
    Vous-même signez par Contribution d’un Sénégalais lambda… Un terme qu’il faut bannir en démocratie. Au sens du dictionnaire Le Grand Robert, l’adjectif invariable renvoie à moyen, quelconque. L’expression « citoyen lambda » inventée au milieu du XXe siècle est de connotation trop péjorative parce qu’elle ne cache pas la description d’une réalité flagrante de la société d’inspiration capitaliste. Elle est mise, par opposition, à alpha qui désigne l’être supérieur, la personne faisant partie de la classe dominante d’une société…
    Entre le respect de la sacro-sainte présomption d’innocence et la prégnance de la justice sélective, il n y a qu’un pas !
    Merci de la réflexion. Merci de vos lumières.
    Mention honorable mon fils d’une part et mon cousin de l’autre.
    NDIAYE Bouna Sémou
    paakuur@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Éliminatoires CAN 2021 : Le Sénégal dans le groupe I

La Confédération africaine de football (CAF) a procédé aujourd’hui au tirage au sort des é…