CONTRIBUTION: LÉGISLATIVES 2017 : ENTRE AUTRES RAISONS DE LA DÉFAITE PROGRAMMÉE DE LA COALITION GAGNANTE/WATTU SENEGAL(Par El hadji Mbaye Sylla)

A l’heure où l’on est dans une dynamique d’alternance générationnelle corroborée par : l’élection  d’Emmanuel Macron à l’âge de 39 ans, d’Adama BARROW à l’âge de 52 ans pour ne citer ceux-là, la  Coalition gagnante/Wattu Sénégal  propose au peuple sénégalais le doyen de la classe politique sénégalaise, un vieux de plus de 90 ans qui, en fait, devrait faire sa retraite politique et spirituelle et  écrire ses mémoires au lieu de  redescendre dans l’arène politique.

En effet, ce choix portĂ© sur le vieux Abdoulaye WADE prouve que ses hĂ©ritiers (Omar SARR et compagnie) n’ont pas d’audace politique, ils viennent de montrer aux sĂ©nĂ©galais leur incapacitĂ© Ă  gĂ©rer leur avenir politique. Mais j’ose espĂ©rer que les sĂ©nĂ©galais, en particulier les jeunes et les femmes ne s’aventureront pas Ă  confier le contrĂ´le du gouvernement Ă  ces gens qui, non seulement n’osent pas prendre leur destinĂ©e Ă  main, mais  ne se rĂ©signent pas  à faire face Ă  leurs gĂ©nĂ©rations. Je ne parlerai pas de Macky SALL, mais, ils ne se hasardent pas Ă  affronter Mahammed Boune Abdallah Dionne (tĂŞte de liste de BBY) encore moins les Khalifa SALL, Abdoulaye BALDE, Ousmane SONKO, Abdoul MBAYE, Aida MBODJI, Aissata Tall SALL….

Abdoulaye WADE à la tête de la Coalition gagnante/Wattu Sénégal est non seulement synonyme de manque de volonté politique et de courage de ses héritiers pour faire face aux différentes coalitions et surtout au pouvoir, mais, cela relève également d’un manque de charisme de ces soi-disant leaders. Ces derniers devraient savoir que même si Maître WADE fut un dirigeant charismatique, il  est maintenant quelqu’un qui ne rassure plus, ne convainc plus et n’inspire plus confiance. Ils devraient savoir que face aux rivalités et aux concurrences devenues de plus en plus trop puissantes, le charisme de Maître Wade n’est plus un élément déterminant surtout que les élections se tiendront dans un contexte bien particulier, où il faut véritablement être laborieux pour pouvoir tirer son épingle du jeu.

En conséquence, Omar SARR et cie feraient mieux de laisser leur « père »  se reposer que de lui obliger à faire le tour du pays pour battre campagne. C’est une honte pour un fils digne de son nom de faire nouer à son père un « nguemb » et de le laisser ou de le faire  lutter.

En plus de ces raisons sus évoquées, s’ajoutent les investitures dictées et faites sur la base de copinage. Cela montre le leadership paternaliste qui sévit dans le PDS et qui a entrainé des vagues de départs (Pape DIOP, Abdoulaye BALDE, Ousmane NGOM, Souleymane Ndéné, Aliou SOW, Ablaye SOW, Khafor TOURE, Serigne Mbacké NDIAYE, Modou DIAGNE FADA, Mamadou.L.KEITA, Cheikh Sadibou FALL, Habib SY, Pape Samba MBOUP, Farba SENGHOR…..) depuis la perte du pouvoir.

Au lieu de tirer des leçons de ces départs notés çà et là, ils s’inscrivent davantage dans une  dynamique d’affaiblir le parti. Ainsi, avec les législatives du 30 juillet 2017, les « pros karim » qui ont motivé la plupart des départs ont occupé les devants de la scène, ils ont été presque les seuls investis surtout dans les départements. Ce qui a fait que dans beaucoup de localités, des inconnus ont été investis à la place des plus méritants et la malchance de ces derniers résulte du fait qu’ils ne sont pas membres de mouvements karimistes, mouvements qui n’existent que de nom. Ce qui voudrait dire que Omar SARR et compagnie ignorent les réalités politiques et sociologiques de certaines localités. Mais, l’opinion leur fera comprendre qu’ils sont tout faux. Ils peuvent investir qui, ils veulent mais ils ne peuvent pas contraindre les militants encore moins les populations à voter pour cette coalition. Les 90% des investis sont méconnus des militants du 3ème âge, des anciens de l’UJTL, des adultes, des femmes et des jeunes qui ont tout donné au parti. Ce qui parait suffisant pour dire que ces investitures ne portent aucune marque de transparence ou d’équité, elles ont été faites de manière cavalière.

Avec cette forfaiture, ces départs, ces défénestrations, ces frustrations et ce manque de courage d’Omar SARR et cie, la Coalition gagnante/Wattu Sénégal fera la garde ciel du siècle en essuyant une défaite sanglante à l’échelle nationale et plus particulièrement dans des départements comme Linguère, Thiès, Fatick, Dakar.

El Hadji Mbaye SYLL

Ancien Secrétaire général du CLF de Linguère

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.