L’école primaire de Barry, une localité située à une dizaine de kilomètres de Linguère, court toujours derrière des toilettes. Les potaches traversent la route (avec les risques) ou se rabattent dans la brousse, pour satisfaire leur besoin. Ce qui pousse certains à se retenir. Un comportement qui peut avoir des conséquences sur leur santé… Voire sur leur niveau scolaire !

Au moment où nos autorités éducatives nous tympanisent d’une insuffisance du quantum horaire, les élèves de Barry qui croupissent dans des conditions draconiennes sous les yeux des parents impuissants devant cette situation alarmante, perdent encore des heures en faisant leur toilette.

Masse Ndiaye (la voix des sans voix)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

SYMPATHIE ET SOLIDARITÉ AU PRÉSIDENT HABRÉ (par Brahim OGALEMI)

L’ex-Président tchadien Hissein Habré, depuis quelques temps, traverse une période s…