Le Saint-Siège fait une mise au point qui déroute les dirigeants algériens et les terropolisariens

Le Pape François a reçu des enfants venus des camps de la honte basés à Tindouf (Algérie) au siège du Vatican à Rome, en présence du terropolisarien basé en Italie, Ammar Mih, de responsables d’associations et de solidarité avec les traitres sahraouis pour quelques dollars de plus et de milliers de personnes venues du monde entier pour visiter le siège de l’Eglise Catholique.
Lors de cette réception, qui s’est déroulée, le 08 août 2018, dans le grand hall au milieu de la Cité, le Pape François est descendu pour saluer ces enfants et a discuté avec certains d’entre eux en présence du surveillant de la délégation venue des camps des séquestrés de Tindouf, Ammar Mih.
Or le Pape et les bambins sahraouis, fringués en vêtements traditionnels sahraouis et portant des drapeaux de la pseudo-RASD, ignoraient la manipulation dont ils étaient l’objet.
Aussi, le Saint-Siège ne tarda pas à diffuser un communiqué dans lequel il dénonce vigoureusement l’utilisation de photos d’enfants de Tindouf prises, le 08 août 2018, avec le Pape François, au siège du Vatican à Rome, à des fins lamentablement politiciennes.
Il est donc clair que l’intox algéro-polisarienne s’attaque à toute personne, fusse t’elle la plus haute autorité du Saint-Siège, en prenant des photos d’enfants séquestrés dans les camps à Tindouf bariolés du morceau de tissu aux couleurs des terropolisariens et en les diffusant au maximum via leurs supports de propagandes afin d’induire l’opinion publique internationale en faux sur le dossier du Sahara marocain.
Ces supports de propagande algéro-polisarienne n’ont eu aucune scrupule pour ne pas épargner Sa Sainteté le Pape François de cette grossière manipulation orchestrée par les dirigeants algériens et les terropolisariens, pas plus d’ailleurs que des enfants innocents et ce, au mépris de toutes les lois, célestes ou celles du commun des mortels qui recommandent la non-utilisation d’enfants dans les conflits, de quelque nature que ce soit (politiques, armés, etc).
Quoiqu’il en soit, la Nonciature apostolique a tenu à préciser que « la position du Saint-Siège sur la question du Sahara marocain n’a pas été modifiée », dénonçant « la parution dans différents journaux de plusieurs articles véhiculant des informations inexactes ou parcellaires ».
Ainsi donc, la sortie du Vatican vient rétablir la vérité sur une audience somme toute banale et qui ne permet aucune autre interprétation, en dehors de son caractère « exclusivement » apostolique » tout en réitérant sa position inchangée quant à un conflit créé de toutes pièces par Alger à la seule fin de nuire aux intérêts Suprêmes d’un pays souverain, à leur tête l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc.
A noter que le Pape François devrait se rendre au Maroc en décembre 2018 à l’occasion de la signature du Pacte Mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières prévue dans le cadre d’une conférence intergouvernementale, organisée sous l’égide de l’ONU et qui se tiendra à Marrakech les 10 et 11 décembre 2018.
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.