​A chaque jour son lot de manifestations en Algérie. Après les avocats, c’étaient au tour des étudiants et des journalistes d’envahir les rues algériennes pour changer le système et, surtout, refuser un 5ème mandat pour Abdelaziz Bouteflika.​​D’Alger, à Annaba, à Oran et tant d’autres villes d’Algérie des milliers d’étudiants ont battu le pavé, le 26 février 2019, montrant leur colère face à ce régime corrompu qui a placé le système économique algérien au bord du gouffre.​​Cette nouvelle fronde populaire, marquée par des interventions musclées des forces de sécurité et de nombreuses arrestations, marque l’accumulation des frustrations et l’humiliation causée par l’image renvoyée au monde d’un Président Abdelaziz Bouteflika, très affaibli et démontre, si besoin est, l’ampleur du fiasco du régime Bouteflika et l’inaptitude de ses dirigeants depuis l’indépendance de l’Algérie.​​Même les journalistes ont manifesté, le 28 février 2019, pour protester contre les pressions sur les médias. Ils étaient plus d’une centaine, appartenant à des médias algériens, écrits et audiovisuels, publics et privés rassemblés sur la « Place de la Liberté de la presse », pour dénoncer les pressions subies par leur profession, à la suite des restrictions de couverture du mouvement de contestation actuel en Algérie, imposées par leur hiérarchie. Une protestation qui s’est soldée par plus d’une dizaine d’arrestation parmi eux.​​Aussi, face à la multiplication des manifestations contre la candidature pour un 5ème mandat du Président Bouteflika, le Vice-Ministre de la Défense, Chef d’Etat-Major de l’armée algérien, Ahmed Gaïd Salah, s’est permis une sortie tonitruante, depuis Tamanrasset où il se trouve en visite d’inspection, en mettant en garde ceux qui appellent, via les réseaux sociaux, à manifester. A t’il oublié que le rôle de l’armée est d’assurer la sécurité des frontières,  la défense de l’intégrité et la souveraineté territoriale sous les ordre du pouvoir politique et non le contraire ?​​Quant à Bouteflika, il est superbement connu pour être un machiavel imbu de lui-même, un corrompu dénué de scrupules, doté d’une intelligence aiguë et d’une très grande ambition tout en étant capable de risquer sa mise sur un seul coup.​​Il est également notoirement connu pour avoir détourné d’importantes sommes d’argent provenant des reliquats budgétaires des ambassades algériennes.​​Au final, la contestation semble se généraliser, libère des territoires jusque-là soumis et prend les allures d’une insurrection pacifique afin de mettre en échec le scénario d’un 5ème mandat présidentiel pour Abdelaziz Bouteflika. Et à travers le rejet de cette candidature, pour la moins absurde, c’est tout le système politique en place qui est sommé de partir pour être remplacé par un nouvel ordre démocratique.​​Farid Mnebhi.​

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Meurtre de Bineta Camara : « Il n’y a jamais eu de viol, la fille s’est battue et a gardé sa virginité jusqu’à sa mort. Elle a été digne jusqu’au bout » (Famille)

Du nouveau dans l’affaire du meurtre de Bineta Camara. En effet face à la presse à 1…