Comment l’Alg√©rie ¬ę¬†accueille¬†¬Ľ les migrants subsahariens !

Apr√®s le triste √©v√©nement en 1975, jour o√Ļ les Musulmans c√©l√®brent la F√™te du Sacrifice (A√Įd Al Adha), f√™te religieuse la plus importante avec celle de l’A√Įd Al Fitr, sanctionnant la fin du Ramadan, au cours de laquelle 350 000 Marocaines et Marocains ont √©t√© s√©par√©s par le r√©gime boumedieniste pour √™tre renvoy√©s vers le Maroc dans des conditions atroces, le temps est venu pour les milliers de subsahariens de go√Ľter √† l'¬†¬Ľhospitalit√©¬†¬Ľ alg√©rienne en mati√®re d’accueil.
Nul ne peut ignorer aujourd’hui que des milliers de migrants subsahariens sont devenus la proie des responsables s√©curitaires alg√©riens qui cueillent Nig√©riens, Maliens, Tchadiens, femmes, enfants et hommes, l√©galement install√©s en Alg√©rie, pour les abandonner dans le d√©sert afin qu’ils retournent dans leur pays comme ils sont venus, √† savoir √† pieds.
Cette cueillette aux subsahariens en Alg√©rie, entam√©e depuis le 1er d√©cembre 2016, soul√®ve l’indignation √† travers le monde, qu’il s’agisse des Organisations des Droits de l’Homme, des m√©dias internationaux ou de toute personne pr√©occup√©e par le sort qu’endurent ces subsahariens.
M√™me les bus et taxis ont eu pour ferme consigne des autorit√©s alg√©riennes de ne pas transporter de migrants subsahariens, alors qu’au m√™me moment elles annon√ßaient √† ces malheureux migrants qu’ils seraient rel√Ęch√©s dans le d√©sert.
Par ailleurs, des centaines de Guin√©ens ont √©t√© durement tortur√©s avant d’√™tre abandonn√©s, mi-septembre 2017, dans le d√©sert par des policiers alg√©riens et ce, sans eau pour s’abreuver, ni vivres pour s’alimenter et se trouvant dans l’obligation de marcher des centaines de kilom√®tres pour rallier le Niger, obligeant le Pr√©sident guin√©en, Alpha Cond√©, √† √©courter sa visite d’Etat √† Moscou pour s’occuper personnellement de ce dossier.
Cette nouvelle vague d‚Äôexpulsion a interpell√© les observateurs, car, selon nombre d’entre eux, elle ne garantit pas le respect de la dignit√© humaine.
Quant aux autorit√©s alg√©riennes, grandes donneuses de le√ßons en mati√®re de Droits de l’Homme, elles devraient lire l’Histoire et se rappeler que l’Alg√©rie est aussi un pays d’immigration, et ce n’est pas le Conseiller du Pr√©sident Bouteflika et ancien Chef de Gouvernement, Ahmed Ouyahia, tr√®s critiqu√© apr√®s ses d√©clarations sur les migrants, qui pourrait le contredire. D’ailleurs, la Ligue des Droits de l’Homme, comme Amnesty International, et des m√©dias, comme des internautes, d√©noncent ses propos choquants et racistes.
A signaler que, depuis un peu plus d’une semaine, une intense campagne sur les r√©seaux sociaux cible les migrants subsahariens pr√©sents en Alg√©rie ; des subsahariens transport√©s jusqu’au Sud alg√©rien, puis parqu√©s dans des conditions inhumaines dans l’intention criminelle de les d√©porter vers les pays limitrophes. Et si l’inverse venait √† se produire ?
Honte aux dirigeants de ce pays de se dire membres de l’Union Africaine.
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.