Quand l’Agence de Presse algĂ©rienne APS se fait rappeler Ă  l’ordre par le Chef de la diplomatie, SergeĂŻ Lavrov

Il est de notoriĂ©tĂ© publique que l’agence de presse algĂ©rienne, APS, est leader en matière de propagande commandĂ©e par le rĂ©gime en place Ă  Alger, mais en arriver Ă  dĂ©former les propos du Ministre russe des Affaires Etrangères, SergueĂŻ Lavrov, sur le dossier des Provinces Sahariennes marocaines, c’est pousser le bouchon un peu loin.
Le mensonge de l’APS a Ă©tĂ© commis Ă  la suite d’une rencontre, tenue le 19 fĂ©vrier 2018 Ă  Moscou, entre le Chef de la diplomatie russe et le Ministre algĂ©rien des Affaires Etrangères, Abdelkader Messahel, après s’ĂŞtre fendue d’une dĂ©pĂŞche au contenu pour le moins irrĂ©el.
Il est vrai que grande spĂ©cialiste de la dĂ©sinformation, l’APS a prĂ©tendu que SergueĂŻ Lavrov s’était « prononcĂ© pour des nĂ©gociations directes entre le Maroc et le front polisario en vue de la rĂ©solution du conflit du Sahara occidental ».
Un pur et éhonté mensonge. Voici la déclaration sur le dossier du Sahara marocain : « le Ministre russe des Affaires Etrangères a appelé les parties au conflit à respecter l’accord de cessez-le-feu signé le 6 novembre 1991 ».
Cette manipulation grossière, orchestrĂ©e par les hauts responsables algĂ©riens, suivie d’un Ă©chec dans la tentative de faire disparaĂ®tre les preuves du crime, montre le grand embarras dans lequel le rĂ©gime algĂ©rien s’est embourbĂ© et l’ampleur de la mise au point, voire du recadrage, imposĂ©s par Moscou aux responsables algĂ©riens, notamment le Ministre algĂ©rien des Affaires Etrangères Abdelkader Messahel, et l’APS, porte-voix de la propagande d’un rĂ©gime rompu au charlatanisme.
Le problème est que, fait inĂ©dit, les responsables ont poussĂ© le bouchon trop loin en dĂ©formant les dĂ©clarations du Ministre des Affaires Etrangères d’un pays, qui plus est, celui de la Russie, pays membre permanent du Conseil de SĂ©curitĂ© des Nations Unies.
Aujourd’hui, il ressort de ce Ă©nième dĂ©rapage d’Abdelkader Messahel fait qu’il est devenu la risĂ©e de l’AlgĂ©rie (il irrite une grande partie de la classe politique algĂ©rienne) , tant il faudrait Ă©mettre des doutes sur les compĂ©tences d’un tel Ministre, rĂ©sultat d’une alchimie plus qu’alĂ©atoire, imposant sa diplomatie Ă  la dĂ©votion du rĂ©gime algĂ©rien, avec son Ă©quipe constituĂ©e de hauts fonctionnaires, selon ses humeurs.
Quoi qu’il en soit, l’opinion publique algĂ©rienne Ă  reçu 5 sur 5 les gains diplomatiques marocains comme autant d’Ă©checs algĂ©riens. Aujourd’hui, il ne reste que la bulle mĂ©diatique. Les annonces les plus fantaisistes sont relayĂ©es par des mĂ©dias locaux ou Ă©trangers, qui sont soit complaisants, soit Ă  la recherche du buzz.
Tout se passe comme si les responsables algĂ©riens voulaient dĂ©tourner l’attention de ce qui se passe dans les camps de la honte de Tindouf, comme s’ils voulaient masquer les Ă©checs et le manque d’espace en Afrique, comme s’ils voulaient absolument donner l’impression de marquer des points, fussent-ils imaginaires. DĂ©connectĂ©s de la rĂ©alitĂ©, ils gonflent la bulle mĂ©diatique en faisant le maximum de bruit. Mais cela ne donne rien. La caisse de rĂ©sonance est irrĂ©mĂ©diablement crevĂ©e !
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.