L’Afrique : un continent, frappé par une crise sociale.(Mor Mbathio Ndiaye)

Ce vague d’émigration qui pousse  les jeunes africains à la recherche de l’eldorado, continue de déferler la chronique chez les pays africains. A-t-elle enseigne que les jeunes n’ont plus d’espoir dans leur pays pensant que l’Europe est la terre du bonheur et de l’espoir.

Est-ce vrai ? Au moment ou l’Europe est frappé par le vieillissement de sa population, la crise économique de 2008 a mis ce vieux continent au ralenti d’où une bonne partie de leur entreprises sont fermées ce qui favorisent une émigration interne des Européens, toutes ces facteurs montrent que ce continent est dans des lendemains obscurs.

La jeunesse africaine doit être consciente de leur avenir car l’espoir du monde de demain se trouve dans notre continent. Ceci peut se justifier  par beaucoup de raisons sur le plan minier où le sous-sol africain regorge d’importante  richesse intarissable en or, bauxite, manganèse, aluminium, diamant, cobalt etc. sur le plan énergétique, le pétrole et le gaz commence à faire pot neuve dans certains pays africains notamment au Sénégal mais aussi le capital humain est un atout pour le continent Africain vue que bon nombre de cadres Africains servent leur matière grise dans la diaspora.

Cette fuite de cerveau n’est rien d’autre que la recherche d’une meilleure condition de vie dans d’autres horizons. Cette situation inquiétante ne fait que reculer notre continent car cela montre que l’Europe est en crise intellectuelle et que son développement est basé sur l’intelligentsia africain.

Donc notre continent n’a rien à envier aux autres continents d’autant plus que l’avenir du monde de demain lui appartient.  Malheureusement, la jeunesse africaine est trop pressée pour son avenir a-t-elle enseigne qu’elle est frappée par une crise de mentalité d’où aller en Europe est leur seul soucis pour réussir dans leur vie. Alors qu’investir dans son pays et gagner plus vaut mieux prendre les pirogues et périr en pleine mer. La jeunesse Sénégalaise a tendance à employer ce fameux slogan « BARçA OU BARSAKH » qu’on peut analyser sous un angle de vie ou de mort quelque soit les circonstances qui peuvent arriver.

Combien de jeunes Africains ont tenté de prendre les pirogues pensant que leur réussite se trouve en  Europe et non pas en Afrique. ET certains mêmes ont perdu leur vie en plein désert soit tuer ou mourir de faim ou de soif tout simplement à la recherche d’une vie meilleur tout  en emportant avec eux une somme  colossale pour leur frais de voyage.

Cette situation désastreuse nous retourne en arrière un peu au 17e et 18e siècle où le commerce de l’esclavage était très répandu dans le monde surtout en Afrique étant donné que ce continent a perdu beaucoup de ses fils. Et si on compare ce qui se passe en Libye actuellement  ça revient du pareil au même car l’africain est entrain de vendre son alter ego africain à un africain pour une somme dérisoire ne se reste que de devenir au service d’un autre.

Je pense qu’aujourd’hui si on parle de développement en Afrique ne serait qu’illusoire et utopique  car tant que l’africain n’est pas conscient de son propre développement et essayer de combattre le complexe d’infériorité en soi, nous resterons toujours derriére et d’autres pays vont nous conduire comme des marionnettes pour la simple raison de piller nos ressources encore au profit de leur pays.

Et cela nous devons tirer des leçons sur cette situation car tout juste après l’esclavage, l’Afrique à été colonisé par les Européens et durant cette colonisation toutes les ressources que l’Afrique avait comme valeur ont été exploitées par les pays colonisés et nous ont laissé une coquille vide.

Mais aujourd’hui, on constate une nouvelle forme de domination qui ne dit pas son nom car la plupart des entreprises qui s’investissent dans les pays africains appartiennent aux étrangères et en plus leurs produits encombrent notre marché. La question qu’on peut se poser aujourd’hui, cette indépendance n’est-elle pas une sorte de poudre aux yeux pour réparer un tord commis durant des siècles ?

Mor Mbathio Ndiaye,Enseignant       

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.