La « goutte d’eau » de trop de Cissé LO.

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Est-elle de trop? Est-elle à son premier coup ?

Oui pour la première question ! On n’est pas dans une jungle où les animaux se donnent des coups tout de go.

Faut-il encore le rappeler, nous sommes en République ! Ceux qui incarnent la seule chose qui nous est commune, sont dans l’ultime obligation d’en être de dignes dépositaires sinon c’est tout notre avenir qui est en jeu. Dès lors, il nous est intimé l’ordre d’avoir peur au plus profond de nous-mêmes.

Il y’a pas longtemps que nous avions dans une publication suscité l’interrogation, où va le Sénégal, notre pays ?

Rien de nouveau depuis lors pour éclairer notre lanterne sur ce questionnement. Toujours les mêmes hommes, avec plus de responsabilités politiques et étatiques et plus d’indécence au quotidien dans leurs actes.

Nullement aucune République, encore moins la nôtre ne sortira grand des épreuves du complot, du chantage et des compromis des hommes qui l’animent.

Il n’en restait que ça, les frasques d’un vice-président à l’Assemblée nationale de notre pays et ancien Président du parlement de la CEDEAO.

Nous en avons râle-le-bol !

A chaque fois que je vois et revois ce Moustapha Cissé LO s’illustrait dans ses diatribes, c’est au plus profond de moi que je ressens une amertume à chuter de la tour Effel.

Persona non grata de la Sainte Ville de Touba, le parlementaire continue de casser la baraque à Dakar depuis son retour électoral dans la capitale sénégalaise.

Quel tragique destin d’un homme qui a traversé tous les régimes politiques de notre pays depuis l’indépendance.

Et éventuellement, en bon chasseur de primes et de grâces auprès des détenteurs du pouvoir, il lui reste dans ses baluchons des bagages qui n’ont pas encore trouvés leur lieu d’atterrissage.

Le parlementaire si belliqueux qu’il est, n’en est pas à son premier coup d’essai, il ne fait que récidiver dans le malpropre et la mal-sainteté en exerçant un chantage indigne de la mafia mexicaine sur les membres du gouvernement et sur le premier des sénégalais, en l’occurrence le Président de la République.

A chaque fois que Moustapha Cissé Lo ouvre la bouche, c’est pour nous pulvériser d’injures, de chantages et grossières palabres indignes des sociétés féodales des siècles obscurs des primitifs.

L’homme qui se targue, devant qui veut l’entendre, avoir des millions qu’il n’hésite en aucun moment à mettre à la disposition de son parti.

Attention ! Attention au lendemain, il en parlera en conférence de presse devant l’opinion pour citer tous ceux qui ont eu à bénéficier de ses largesses.

Sacré généreux homme politique !

Il n’épargne personne dans son jeu favori de déverser son sulfureux venin sur tout ce qui bouge. Personne n’est à l’abri de l’ouragan dévastateur Moustapha Cissé LO.

Non pour la seconde question ! Nous avons de mémoire fraiche que de nombreux guides religieux, surtout ceux de la confrérie à laquelle il s’identifie,  ont eu de leur grade venant de l’homme Cissé LO.

C’est à la limite un habitué des faits, qui ne rate aucune occasion pour se faire remarquer par une indiscipline caractérisée totalement incompatible avec toutes charges publiques.

C’est ici, l’occasion pour le Président de l’Alliance pour la République et ses camarades d’arrêter le monstre en divagation dans les steppes de leur parti et de la République qui nous ait si cher.

A son niveau, c’est depuis un bout de temps que Monsieur Moustapha Cissé LO a rompu les amarres avec la maison en commençant à se désolidariser de presque toute action du Gouvernement.

Certes il n y a pas encore de mécanismes au niveau de l’Assemblée nationale sénégalaise pour sanctionner de tels comportements de la part d’un des leurs.

C’est l’occasion pour cette prestigieuse institution de notre pays de se pencher sur les règles pour parer à de telles dérives.

Point de solidarité entre collègues, encore moins entre camarades de parti !

Il faut de la rigueur pour éduquer les barbus aux cheveux grisâtres qui s’illustrent dans l’indiscipline.

Apparemment c’est le pouvoir, en vérité, qui rend fou les « badolos » ? Et que par la force des choses, ce pouvoir appartient au peuple.

C’est ce même peuple qui se sent insulté, méprisé et outré par un de ses mandants.

La conséquence se fera sans appel, il demande purement et simple son mandat parlementaire qu’il avait confié à Moustapha Cissé LO.

Entre sénégalais, nous devons pouvoir régler nos problèmes en toute responsabilité, avec courage et abnégation pour que de tels comportements ne se reproduisent plus jamais dans notre espace publique.

Heureusement pour notre image à l’extérieur que Moustapha Cissé Lo n’est plus au Parlement de la CEDEAO où il trônait dans l’insolence et l’inculte pour se couler dans l’opulence d’un dernier arrivant.

Au-delà de l’audio qui a fuité, nous sommes presque autant convaincus que l’auteur des propos injurieux n’est pas à son premier coup.

Lhomme est adepte des insanités, injures et chantages depuis qu’il s’est dévoilé au public dans la politique de même que dans les affaires où il dit exceller à ses heures perdues.

Il faut arrêter Moustapha Cissé LO alors qu’il est temps sinon il fera gripper toute la machine de l’émergence qui remorque la vision éclairée de son Excellence Monsieur le Président de la République.

En politique, l’addition est le signe le plus approprié d’utilisation au quotidien, mais pour une bonne semence il faut séparer la bonne graine de l’ivraie.

En se séparant de cet insulteur public, les Apéristes se rendront service à eux-mêmes tout en rendant service au peuple sénégalais.

Prions Allah de nous montrer le chemin de la droiture et de la sagesse et de nous donner la force de l’emprunter pour toute la vie !

Prions Allah de nous guider et de préserver le Sénégal !

Amadou THIAM

Juriste spécialisé en Contentieux des Affaires

amadouhamadythiam@hotmail.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Mbeuleukhe : La cérémonie religieuse de 8ème jour du décès du khalif général El Hadji Moussa Dia a vécu, la polémique sur le khalifa s’installe

Mbeuleukhe, la cité religieuse de Mame El Hadji Daouda Dia a été le point de convergence d…