Créé en 1820 par feu Demba Bouna Sy, père de Ousmane Sy, le père de Seydi El Hadji Malick Sy, le village de Kébékhakham, dans la communauté rurale de Kamb, dans le Djoloff, est devenu, aujourd’hui, une localité qui manque de tout. Selon l’actuel Khalife de Kébékhakham, un compagnon de Dabakh, El Hadji Mor Binta Sy, âgé de 106 ans, c’est comme si sa localité n’appartenait pas au Sénégal. Pour rappel, ce dernier a fréquenté l’école coranique, avec le défunt Khalife Dabakh. Et El Hadji Mor Binta Sy de préciser qu’aucune aide ne leur est parvenue de l’Etat du Sénégal.
En attendant, dira le khalife de Kébékhakham, l’espoir est permis, avec l’avènement de Macky Sall, à la tête du pays. Car, déclare-t-il, « nous avions voté à 100%, en sa faveur, lors de la dernière présidentielle ».
Revenant sur les difficultés auxquelles fait face leur localité, l’on peut citer l’enclavement, le manque d’électricité, d’eau. Aussi, les 800 âmes qui vivent à Kébékhakham exigent-elles l’implantation d’un forage. Tidianes à 100%, les populations demandent une radio pour la mosquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Linguère : Elles découvrent leur mari mort, pendu à un arbre

Les habitants du village de Bélél Héndé situé à 15 km de la commune de Labgar (département…