Pourquoi des actes aussi graves dans une République comme le Sénégal et souvent commis par des jeunes qui doivent être le socle du pays .
Les conséquences sont les actes posés à Keur Massar avec une institution comme la Mairie brûlée. En tout état de cause force restera à la loi .
Cependant ce qu’il faudrait retenir dans tout cela c’est le retour vers la plus grande valeur du pays à savoir le dialogue entre les autorités comme les Mairies et les populations afin de trouver des solutions permanentes .
Dans ces institutions,le recouvrement des recettes très mal organisé n’arrive pas à bien se faire .
Les événements de 2011 avec la mairie des parcelles se trouvent saccagée me sont revenus comme pour illustrer le saccage de la mairie de Keur Massar et de surcroît l’état civil qui se trouve être touché avec des papiers envolés ou brûlés .
Nous pouvons accepter la revendication des droits seulement sans la violence tout en obtenant gain de cause.
L’eternelle question des marchands ambulants restera toujours là au moment où des centres commerciaux sont construits par des privés et souvent inaccessible pour les marchands ambulants vue le coût des cantines .
Voilà toute la question de la prise en charge par l’état des marchands ambulants.

🇸🇳 IBRA OUMAR LY 🇸🇳

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Mbeuleukhe : La cérémonie religieuse de 8ème jour du décès du khalif général El Hadji Moussa Dia a vécu, la polémique sur le khalifa s’installe

Mbeuleukhe, la cité religieuse de Mame El Hadji Daouda Dia a été le point de convergence d…