Idrissa Samb, Inspecteur des ImpĂ´ts et des Domaines, En Marche vers les prochaines !

Le natif de Dahra Mbayène (quartier populeux de Dahra Djolof) fait, depuis quelque temps, de la proximité avec ses compatriotes sa principale tasse de thé. Et ambitionne de s’appuyer sur ce levier, pour marcher, sûrement et lentement, vers les prochaines élections locales de 2019. Récemment, l’Inspecteur des Impôts et Domaines a été porté à la tête d’un Mouvement dénommé DEM (Djolof En Marche).

L’enfant noir… de Gang, village d’origine de son père, distant d’une quinzaine de kilomètres, à l’ouest de Dahra, est un jeune Inspecteur des Impôts et Domaines, doté d’un grand cœur et d’une simplicité inimaginable. Son sens du partage, on n’en disconvient pas. Tant, il s’implique dans le social. De l’organisation de consultations médicales gratuites, en passant par la dotation de fournitures scolaires aux potaches de sa Commune, le jeune Dahrois continue de s’investir, acte après acte.

 Un cursus lisse sans anicroche

Taille moyenne, Idrissa Samb, pour ne pas le nommer, a vu le jour en 1980. Il a très vite gravi les échelons. Après l’obtention du certificat d’études élémentaires (Cfee) à l’école Dahra Mbayène, le petit Djolof-Djolof s’envole vers le Saloum, où il atterrit au Lycée Valdiodio Ndiaye de Kaolack, qu’il ne quittera qu’à l’obtention du Bac en Série S2. Nous sommes en 2001.Un sésame qui lui ouvre les portes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il séjourne à la Faculté de jusqu’en 2006. Puis, il couronne son cursus universitaire par un DEA (Diplôme d’études approfondies) au “Ptci” (Programme de troisième cycle interuniversitaire, option Finances Publiques au campus commun de cours à option (CCCO) de Niamey en 2005-2006.

Très ambitieux, Idrissa Samb réussit, en 2007, le très sélectif concours de l’Ecole nationale d’administration (ENA), où il décroche un brevet du Cycle A, option : Impôts et Domaines.

Le jeune énarque intègre le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan. Il sert, d’abord, de 2009 en 2014, au Bureau du Centre des services fiscaux des Parcelles Assainies. En2017, il dépose ses baluchons au Centre des services fiscaux de Dakar-Plateau comme chef de Bureau de la Fiscalité, avant d’être muté à la Direction des grandes entreprises comme vérificateur.

Mission : au chevet de son terroir

Parallèlement à sa carrière de fonctionnaire qu’il exerce, depuis dix-ans, l’enfant noir assimilable à celui chanté par Camara Laye ne cesse de penser, au jour le jour, à l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens de la Commune de Dahra, qui, pour la plupart, broient du noir. Très fréquemment à Dahra, l’homme, qui chante sur tous les toits, son attachement à la cité de ses rêves, se donne les moyens de le matérialiser.

Les journées de consultations médicales se succèdent

Pour permettre aux populations du Djolof d’accéder à des soins de qualité, l’Inspecteur des Impôts et Domaines mise, de plus en plus, sur les Journées médicales. Ainsi, une caravane médicale a été organisée en décembre dernier sur le cancer du col de l’utérus et du sein, le dépistagedu virus de l’hépatite B,dudiabète et de l’hypertension artérielle. Des Journées qui avaient permis aux hommes de l’art de consulter 893 patients.

Circoncision gratuite de 300 jeunes dont 80 talibés

Autre acte posé par Idrissa Samb : la circoncision des jeunes talibés et d’autres issus de couches vulnérables. Ce qui avait permis à plusieurs familles de voir leurs enfants bénéficier de circoncision gratuite. Le président de l’Association des jeunes cadres de Dahra a facilité la circoncision de 300 jeunes enfants dont 80 talibés.

650 lunettes médicales distribuées

Les 27 et 28 janvier passés,une Caravane médicale, dédiée à l’ophtalmologie, a permis aux patients souffrant des yeux, de bénéficier gracieusement de 650 lunettes. Les élèves en étaient les cibles prioritaires. D’autres services comme l’urologie, l’orthopédie, la cancérologie, etc. ont permis à 1500 patients d’être consultés, pendant ces deux jours.

L’école, les étudiants et les jeunes pas en reste

En mai 2017, avec l’appui d’une célèbre société de la place, il a réussi à récompenser les 2 meilleurs élèves de chaque classe des 15 écoles élémentaires de la commune de Dahra. Sans compter des lots de matériels consistants et une enveloppe financière de 3 millions offerts au grand bonheur des autorités académiques et municipales. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il a récompensé les meilleurs élèves des Cours de vacances.

Pour venir au secours des étudiants du “Reducad” (Rassemblement des étudiants de Dahra à l’université Cheikh AntaDiop), un appartement a été loué, pendant 6 mois, par Idrissa Samb, avec l’ensemble des cadres et bonnes volontés de Dahra pour l’amélioration des conditions d’apprentissage.

Très jovial, d’une noirceur d’ébène prononcée, le natif de Dahra qu’on ne présente plusne cesse de défendre les grandes causes de sa cité. Il en est de l’engagement de payer la facture du foyer des jeunes de Dahra privé d’électricité depuis deux ans.

«Je ne dispose pas de millions de F Cfa, mais de quelque mille que je partagerai avec la population du Djolof », a-t-il l’habitude de dire, à l’occasion des cérémonies officielles.

Au moment où ces lignes sont couchées, sa descente dans l’arène politique tant souhaitée par une large frange de la population est certaine. Pourquoi pas «si la politique est définie comme l’art de défendre la cité?», répond-il, de manière évasive. En effet, le Mouvement Djolof En Marche (DEM) est politique et va servir à ses ambitions.

En dernière, minute, il se dit «prêt à solliciter les suffrages des populations, pour essayer de changer le visage hideux de (notre) ville… Nous voulons apporter notre pierre à l’édifice et faire bénéficier de notre humble expérience professionnelle, en incitant, entre autres, les citoyens à payer l’impôt local pour booster les ressources. » Tout un programme !

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.