HOMMAGE A FEU ALY SALEH, EX SENATEUR ET ANCIEN MAIRE DE DAHRA

La mort une fois de plus, a frappé fort !

Mais nous, nous devons rester forts !

Je voudrais √† travers ce t√©moignage rendre un vibrant hommage √† ce grand fils du Djoloff que fut Aly SALEH. Certes, tout est vain en l‚Äôhomme si nous regardons le cours de sa vie mortelle¬†; mais tout est pr√©cieux, tout est important si nous contemplons le terme o√Ļ la vie aboutit et le compte qu‚Äôil faut en rendre. Monsieur le Maire Aly SALEH √©tait un homme exceptionnel; ces sortes de phares humains qui traversent la vie des hommes une fois par si√®cle.

Alfred de MUSSET le disait¬†: ¬ę¬†Pour √©crire l‚Äėhistoire de sa vie, il faut d‚Äôabord avoir v√©cu ¬Ľ. Et le premier maire de Dahra¬† a v√©cu¬†!

Oui, Monsieur le Maire a vécu, il a fait vivre et c’est pourquoi… il survivra !

En effet, chez nous africains, la mort n‚Äôest pas une fin, mais un simple voyage dans un autre monde ¬ę¬†Les morts ne sont pas morts‚Ķ¬†¬Ľ, disait Birago DIOP.

Oui Monsieur le Maire, tu n‚Äôes pas mort¬†! Tu es dans les baobabs qui fr√©missent (sur la place publique), tu peuples ces rues bord√©es de ¬ę¬†Nimas¬†¬Ľ, tu es dans le ch√Ęteau d‚Äôeau majestueux qui domine la ville de Dahra et que tu as fait fonctionner pendant plusieurs ann√©es de ta poche, sans tambour, ni trompette¬†! Tu es partout¬†; ton √Ęme peuple cette ville que tu as ¬ę¬†faite¬†¬Ľ‚Ķ Tu es Dahra, Dahra est √† toi¬†!

Oui monsieur le Maire, Dahra aurait pu s‚Äôappeler tout simplement ¬ę¬†Keur Aly¬†¬Ľ, personne ne s‚Äôen offusquerait, tellement chaque coin et recoin de cette ville porte votre empreinte ind√©l√©bile. [‚Ķ]

¬ę¬†Ndanaan nit ke kooy doo nal bopam ngir dieufam yu rafeet¬†¬Ľ¬†! -dit le po√®te-

¬ę¬†Ndanaan sou d√©w√® jeuf ji du niil ndax n√©taliga¬†¬Ľ¬†! – chantait feu Ndongo L√Ē-

¬ę¬†Ca d√ęg d√ęg Pape Aly SALEH ndanaan nga woon¬†¬Ľ¬†!

Ta vie et ta trajectoire t‚Äôont immortalis√©. Les ¬ę¬†djoloff djoloff¬†¬Ľ (et particuli√®rement les jeunes) devront garder jalousement ton h√©ritage, qui sera pour eux le pain eucharistique dont ils se nourriront pour relever les d√©fis de l‚Äôavenir et parachever cette majestueuse mission que tu avais entam√©e et presque r√©ussie¬†: ¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†Dahra √©mergent¬†!

Aly est mort¬†! Vive Aly¬†! Qu‚Äôil vive √† travers chacun de nous, j‚Äôallais dire vous autres ¬ę¬†Djoloff-djoloff¬†¬Ľ. Mort, o√Ļ est ta ¬ę¬†victoire¬†¬Ľ¬†? Aly SALEH est au ciel¬†! La mort qui semblait tout d√©truire a tout r√©tabli¬†! Si le corps retourne √† la terre dont il a √©t√© tir√©, nous avons une secr√®te affinit√© avec Le Tout Puissant et il faut que ce qui porte en nous la marque divine‚Ķ, soit aussi rappel√© aupr√®s de Lui. Aly SALEH est pr√®s de Dieu, v√™tu d‚Äôun boubou blanc parmi ces cr√©atures dont les Ňďuvres font esp√©rer d‚Äôune gloire √©ternelle.

Qu‚Äôavons-nous d‚Äôautres √† demander √† Notre Seigneur pour cet homme sinon qu‚Äôil l‚Äôaffermit dans le bien et qu‚Äôil conserv√Ęt en lui les dons de sa gr√Ęce¬†! Allah (SWT) nous exaucera.

Aly SALEH a fait connaitre aux ¬ę¬†Djoloff-djoloff¬†¬Ľ la v√©rit√© de cette parole du sage¬†: ¬ę¬†Le patient vaut mieux que le brave¬†; et celui qui dompte son cŇďur, vaut mieux que celui qui prend des villes¬†¬Ľ. Combien a-t-il √©t√© ma√ģtre de son cŇďur¬†? Avec quelle tranquillit√©¬†?¬† N‚Äôa-t-il pas satisfait √† tous ses devoirs¬†en tant qu‚Äô√©dile ? En tout √©tat de cause on peut dire qu‚Äôil est affermi dans le bien d‚Äôune mani√®re plus haute que celle que nous attendions‚Ķ c‚Äôest certainement cela la merveille de la mort chez nous autres croyants¬†: elle ne finit pas leur vie¬†; elle ne finit que les p√™ch√©s et les p√©rils o√Ļ la vie les expose.

Qu‚Äôattendons-nous donc pour suivre l‚Äôexemple de cet auguste homme¬†? Demeurons-nous toujours des amn√©siques, des aveugles pour oublier ou ne pas voir le chemin √† suivre qu‚ÄôAly SALEH nous a montr√©¬†? Allons-nous laisser tomber ce profil de l‚ÄôATEPA qu‚Äôil a l√©gu√© aux ¬ę¬†Djoloff-djoloff¬†¬Ľ¬†? Je dirai NON¬†!¬† Monsieur le Maire, tu survivras √† travers nos actes de droiture, de discipline, de d√©veloppement, de croyant, d‚Äôhomme tout court‚Ķ Ton souvenir¬† dans nos cŇďurs luira √©ternellement¬†!

Que la terre de ton Yang-Yang natal  te soit légère ! Toi qui viens de loin et qui a montré le chemin.

A M I N E !

 

                                                                                                                                                                                        Kalidou SOW,

Ancien Secrétaire général de la

Commune de Dahra

 

 

 

 

 

 

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.