Mbeuleukhé a perdu, la nuit du dimanche 31 mai 2020, l’un de ses plus dignes et valeureux fils. Baaye Balla Diaw, comme nous aimions l’appeler, est parti à jamais laissant un grand vide dans la vie de sa famille, ses proches, près ou loin, de toute la commune de Mbeuleukhé ; bref de tout le Djolof. Le rappel à Dieu de ce grand serviteur du Djolof a plongé la population de « Khergui » dans l’émoi et la consternation. Voilà un homme qui a vécu utile. Nous n’avons aucune prétention d’étaler tout ce que nous savons de lui, d’autant que d’autres personnes plus âgées et plus proches de lui seraient plus habilitées pour nous parler de l’homme. Mais, les quelques petites années que nous avons vécues avec lui, nous ont permis de découvrir en lui des valeurs cardinales qui, aujourd’hui, nous ont servis de boussole et de repère dans un contexte marqué par de fortes tentations.
Dans un monde gouverné par la recherche effrénée du gain facile, la crise des valeurs et la perte de repères, le seul moyen d’en être épargné est de se référer à l’éducation parentale. Alhamdoullilah ! Nous faisions partie de cette cohorte de jeunes qui ont eu la chance de bénéficier des enseignements de feu Balla Diaw. Et d’autres plus âgés ont eu l’occasion, certainement, d’en recevoir également. « Restes dignes, quelle que soit la situation difficile dans laquelle tu trouveras ; mesurer toujours les conséquences avant d’agir », aimait-il nous répéter lorsque nous lui rendions visite. L’homme qui a mis le pied à l’étrier à beaucoup de jeunes qui sont passés entre ses mains était d’une générosité légendaire. Il avait le sens du partage de ses avoirs, mais aussi de son savoir multidimensionnel puisé dans l’école de la vie et des bonnes valeurs de ses ancêtres. Il ne passait pas par quatre chemins pour vous dire la vérité ; quel que puisse être le rang de la personne ou de son autorité. Il avait tout simplement le courage de ses idées. Son engagement et sa détermination pour le développement de Mbeuleukhé étaient insoupçonnés. Son charisme, son leadership et sa capacité de management de ses équipes sont une marque de fabrique chez Baaye Balla Diaw. Des qualités qu’il a imprimées lorsqu’il dirigeait la communauté rurale de Mbeuleukhé, à l’époque, de 2002 à 2009. Il savait convaincre, persuader, mais dans un langage de vérité. L’homme a su assurer le legs de ses parents qu’il a préservé avec honneur et rigueur.
Avec sa disparition, c’est tout le Djolof qui devient orphelin. Tu rejoins ainsi tes autres frères, Baaye Saourou Diaw, Baaye Macina Diaw, Baaye Ndiogou Diaw, Baaye Thione Diaw, etc. Qu’ils reposent en Paix.
Baaye Balla, tu peux dormir tranquille ; nous nous évertuerons à garder jalousement tes précieux conseils et à perpétuer ta belle œuvre.
Que ton âme repose en Paix !
Que la terre de Mbeuleukhe te soit légère !
Ameen !

Un commentaire

  1. salut
    Heureusement que des personnes comme vous œuvrant dans le secteur de la communication donc de la transmission de la bonne parole ont eu à côtoyer ce dernier « Mohican » de la sagesse. Charge à vous comme à nous autres de perpétuer sa philosophie et de divulguer ses enseignements.
    Qu’il repose en paix de même que tous ses parents précédemment partis auprès d’Allah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Louga/Forces Armées Nationales: Le camp militaire de Louga baptisé Général Coumba Diouf NIANG alias NIANG Coumba

Le camp militaire en construction dans le site intercommunal Louga/Nguidilé vient d’être p…