Habib Sy à la marche de la CAP: « il faudrait que l’Etat puisse accompagner la presse de façon substantielle mais pas avec une enveloppe financière de 700millions de francs Cfa, ça ne règle pas les problèmes »

Plusieurs  autoritĂ©s politiques  ont eu Ă  rehausser de leur prĂ©sence Ă  la marche de la CAP, ce Mercredi, Ă  l’occasion de la journĂ©e internationale de la presse. Parmi, eux, on sistingait Habib Sy. L’ex ministre d’Etat sous le rĂ©gime de Wade dit avoir fait le dĂ©placement parce que: « la presse est un point de convergence c’est pourquoi, quand vous(les journalistes) organisez y a tous les partis politiques. Il s’y ajoute que quand on a des revendications, on passe par la presse. Aujourd’hui, c’est la presse qui revendique, il est normal qu’on vienne vous manifester notre soutien solidaritĂ©, notre sympathie, vous encourager et au de lĂ  Ă  mon avis, en ce qui me concerne pour faire comprendre au gouvernement du SĂ©nĂ©gal qu’il doit changer de vision sur le rĂ´le de la presse. Si dans les pays en voie de dĂ©veloppement particulièrement au  SĂ©nĂ©gal, la presse doit ĂŞtre considĂ©rĂ©e comme un facteur de dĂ©veloppement. Si vous voulez changer les mentalitĂ©s des sĂ©nĂ©galais, vous ne pouvez que passer par la presse, si vous vous voulez que les sĂ©nĂ©galais consomment notre riz, les produits locaux, la presse peut aider. Si la presse peut aider dans cette nature qui est du domaine du service publique, il faudrait que l’Eta puisse accompagner la presse de façon substantielle mais pas avec une enveloppe financière de 700millions de francs Cfa, ça ne règle pas les problèmes. Autant on investit dans l’agriculture dans l’éducation, dans la santĂ©, autant on devrait investir dans la presse tout en vous laissant votre libertĂ© et votre indĂ©pendance c’est pourquoi on est lĂ  pour faire comprendre Ă  l’Eta que sa politique et sa vision de la presse de changer » .

Ndèye Mingué SECK

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.