Grand défenseur de l’environnement : Le Roi Mohammed VI, accompagné du Prince Héritier Moulay Al Hassan, participe au « One Planet Summit » de Paris.

La participation du Roi Mohammed VI, le 12 décembre 2017, à l’Ile Séguin à Boulogne-Billancourt à Paris, au Sommet International « One Planet Summit  » confirme Son fort engagement pour la préservation de l’environnement.
Outre le Souverain marocain, une soixantaine de Chefs d’Etat et de Gouvernement a pris part Ă  cet important Ă©vĂ©nement, dont le PrĂ©sident du Mexique, Enrique Pena Nieto, des PrĂ©sidents africains et de petites Ă®les vulnĂ©rables au rĂ©chauffement, ainsi que le PrĂ©sident de la Commission EuropĂ©enne Jean-Claude Juncker et le SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral de l’ONU Antonio Guterres.
La Chine, l’Inde et le Canada, grands Ă©metteurs de gaz Ă  effet de serre, n’ont Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ©s qu’au niveau ministĂ©riel ; les USA ; Ă  un niveau moindre, par leur chargĂ© d’affaire Ă  Paris.
La participation remarquable du Roi Mohammed VI à ce Sommet ainsi que la présence du Prince Héritier Moulay El Hassan, « symbole fort de l’implication de la jeunesse » pour la cause climatique, ont été hautement saluées. Elles témoignent, également, de manière on ne peut plus éloquente, de l’intérêt tout à fait particulier accordé par le Maroc à la question climatique et de la place qu’occupent les dérèglements climatiques dans ses préoccupations.
Le PrĂ©sident français Emmanuel Macron n’avait-il pas saluĂ© l’engagement du Maroc en faveur du Climat lors de la tenue Ă  Bonn du Segment de Haut niveau de la COP23 ! Et, lors de ce mĂŞme Ă©vĂ©nement, le PrĂ©sident de l’AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale des Nations Unies et la Chancelière allemande n’avaient-ils pas aussi saluĂ© l’action climatique du Maroc et son leadership dans le cadre de sa prĂ©sidence de la COP22 tenue, l’an dernier Ă  Marrakech ! Bien sĂ»r que oui !
Ce 12 dĂ©cembre 2017, d’entrĂ©e, le modĂ©rateur de la sĂ©ance d’ouverture, en prĂ©sence du PrĂ©sident français, Emmanuel Macron, du SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral de l’ONU, Antonio Guterres, et du PrĂ©sident de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, ainsi que de l’ensemble des Chefs d’Etat et de dĂ©lĂ©gation participants, a remerciĂ© le Roi Mohammed VI qui a tenu par Sa prĂ©sence Ă  cette sĂ©ance d’ouverture Ă  marquer Son engagement sans faille pour la cause du climat par l’organisation de la COP 22, Son leadership pour le dĂ©veloppement durable du continent africain et un ambitieux programme de dĂ©veloppement des Ă©nergies renouvelables», a t’il affirmĂ©.
Il a, également, souligné la présence du Prince Héritier du Maroc, Moulay El Hassan, comme étant « un symbole fort de l’implication de la jeunesse » pour défendre l’avenir de la planète.
Pour sa part, le PrĂ©sident Macron a appelĂ© Ă  la mobilisation du fait que la bataille contre le rĂ©chauffement climatique est en train de se perdre et que « l’urgence est devenue permanente et le dĂ©fi de notre gĂ©nĂ©ration est d’agir, agir plus vite et gagner cette bataille contre le temps, cette bataille contre la fatalitĂ©, pour mettre en Ĺ“uvre des actions concrètes qui vont changer nos pays, nos sociĂ©tĂ©s, nos Ă©conomies », a t’il dĂ©clarĂ© devant une soixantaine de Chefs d’Etat et de Gouvernement rĂ©unis Ă  l’occasion du deuxième anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat.
La participation du Roi Mohammed VI Ă  ce conclave dĂ©cisif pour la prĂ©servation de la planète, qui vise Ă  unifier l’action mondiale en faveur de la question climatique, illustre de manière significative l’intĂ©rĂŞt particulier qu’accorde le Maroc Ă  cette question vitale pour la survie de l’humanitĂ©. Il se concrĂ©tise aussi par les multiples initiatives portĂ©es par le Roi du Maroc en faveur de l’Afrique en particulier, en tĂ©moigne, notamment, l’initiative triple A lancĂ©e sous l’impulsion du Souverain marocain Ă  l’occasion de la COP 22 de Marrakech et qui a pour objectif l’adaptation de l’agriculture africaine pour faire face aux dĂ©fis du changement climatique.
L’élan de dynamisme du Royaume du Maroc en faveur de la question climatique s’est consolidé après les COP de Paris, de Marrakech et celle de Bonn, sous Présidence Fidjienne, par des initiatives et des prises de positions courageuses dans le but de mobiliser l’effort mondial en matière de lutte contre les changements climatiques, notamment, les financements requis afin de mener les actions concrètes à la mesure des périls qui guettent la planète.
Au plan national, le  »One Planet Summit » offre l’occasion pour le Maroc de faire la démonstration concrète de son engagement pour la mobilisation de tous les moyens, notamment financiers pour contribuer à cet effort.
Le Maroc aborde, en effet, la question du financement de la préservation du climat avec un engagement national d’atteindre 52 % d’électricité d’origine renouvelable en 2030 et de réduire de 42 % ses émissions de Gaz à Effet de Serre(GES), d’ici à 2030. Cet objectif nécessite une enveloppe estimée à 45 milliards de Dollars.
On rappellera que le Maroc est le premier bénéficiaire du Fonds Vert pour le Climat, qui a approuvé 21 projets marocains sur les 54 projets africains.
Le Maroc peut donc se prĂ©valoir aujourd’hui d’ĂŞtre un acteur des plus agissants de par le monde en matière de prĂ©servation de l’environnement, tant il a pris conscience très tĂ´t des grands dĂ©fis du dĂ©veloppement durable, lesquels ont figurĂ© en pĂ´le position des projets et rĂ©alisations initiĂ©s par le Roi Mohammed VI.
Le Maroc, qui a prouvé sa bonne foi, a pris des initiatives pour produire, d’ici 2030, 52% de son énergie à partir des ressources renouvelables et, pour y parvenir, installer une capacité additionnelle de 10 100 MW, à partir du solaire (4560 MW), de l’éolien (4200 MW) et de l’hydraulique (1330 MW).
Le Maroc poursuivra, avec une forte dĂ©termination, ses projets inscrits dans ses plans nationaux pour la prĂ©servation de l’environnement et continuera, avec le mĂŞme Ă©lan d’engagement, Ă  mobiliser la conscience internationale pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris de limiter l’Ă©lĂ©vation de la tempĂ©rature moyenne de la Terre Ă  bien au-dessous de 2 °C et aussi près que possible de 1,5 °C.
Une prĂ©sence très remarquĂ©e Ă  ce Sommet, celle de l’ancien SecrĂ©taire d’Etat John Kerry, qui n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  qualifier le retrait amĂ©ricain de « honte » et de « dĂ©cision autodestructrice prise dans un but politique ». Ce sont 26 annĂ©es de travail dĂ©shonorĂ©es par des gens qui ne comprennent rien Ă  la science ».
Autre prĂ©sence amĂ©ricaine Ă  ce sommet, celle de l’ancien Gouverneur de Californie, Arnold Schwarzennegger, qui a indiquĂ© la petitesse de Donald Trump en tournant le dos Ă  l’Accord de Paris », insistant sur l’engagement des AmĂ©ricains Ă  tous les autres niveaux. « Personne n’a laissĂ© tomber. Nous, au niveau sub-national, nous allons prendre le relais », a insistĂ© le fondateur du R20, rĂ©seau d’autoritĂ©s rĂ©gionales.
A noter que le PrĂ©sident français avait dĂ©cidĂ© d’organiser ce Sommet après l’annonce par Donald Trump du retrait amĂ©ricain du pacte historique contre le rĂ©chauffement qui vise Ă  contenir la hausse moyenne de la tempĂ©rature sous le seuil critique de 2°C. Sur la base des engagements pris par les Etats, la planète se dirige toujours vers +3°C par rapport Ă  l’ère prĂ©-industrielle.
Il a, en outre, souhaitĂ© que le sommet du Climat, qui s’est tenu Ă  Paris, mardi 12 dĂ©cembre 2017, se rĂ©pète chaque annĂ©e, en France ou ailleurs, pour vĂ©rifier que les engagements pris pour l’action climatique soient bien mis en Ĺ“uvre.
Des entreprises et institutions internationales ont promis, le 12 dĂ©cembre 2017 Ă  Paris, de se dĂ©tourner des Ă©nergies fossiles, lors d’un sommet destinĂ© Ă  empĂŞcher de « perdre la bataille » contre le rĂ©chauffement climatique saluĂ© par certains militants Ă©cologistes.
Serait-ce le dĂ©but d’un temps nouveau qui se dessine pour le bien du monde ? L’avenir nous le dira  !
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.