FUITES AU BACCALEAUREAT 2017 : BABOU DIAHAM annule les épreuves et demande l’ouverture d’une enquête

FUITES AU BACCALEAUREAT 2017 : BABOU DIAHAM annule les épreuves et demande l’ouverture d’une enquête
Le directeur de l’office du baccalauréat a tenu une conférence de presse pour se prononcer sur les fuites constatées dans les épreuves d’évaluations du français, de l’histoire et de la géographie pour la session du baccalauréat 2017. Face aux journalistes, Babou Diaham a déclaré que les épreuves de remplacement se dérouleront le Lundi 10 juillet et que les responsabilités seront situées
« Nous voulons informer l’opinion publique sur cette situation absolument regrettable, ce que nous avons d’essentiel à partager : l’avenir de la jeunesse de notre pays, la crédibilité des titres et diplômes que nous délivrons et surtout l’équité et la justice qui doivent sous-tendre nos actions de tous les jours » dit-il, avant de retracer les circonstances qui ont valu l’annulation des épreuves du deuxième jour du Bac. « Nous avons été interpellés à ce sujet par des sources crédibles, la nuit qu’il y a eu fuite dans certaines épreuves. Après vérification, à propos du bien-fondé de ces allégations, nous avons décidé d’annuler les épreuves » a expliqué, Babaou Diaham.
Pour le directeur de l’office du Bac, il ne s’agit pas d’une fraude qui renvoie à la situation d’un candidat qui utilise des procédés non autorisés pour traiter un sujet mais plutôt d’une fuite, une chose plus inhabituelle, c’est-à-dire précise-t-il une situation dans laquelle tout ou une partie de l’épreuve, des épreuves ont été divulguées et se retrouvent à la disposition d’un public plus ou moins large.
Pour non-conformité aux règles qui régissent l’organisation de l’examen du baccalauréat. C’est-à-dire, précise M. Diaham, du fait de la rupture d’égalité que cette situation induit, le directeur de l’office du Bac a tout bonnement pris l’option de refaire les épreuves suscitées dont la fuite a été avérée. Pire, ajoute le responsable de l’office du Bac, en raison de la forte suspicion de favoritisme qu’elle suscite, en raison du bénéfice illicite qu’en tire probablement ceux qui l’ont créée, il convient donc tout d’abord et à titre conservatoire de tout annuler.
« Nous avons la responsabilité d’organiser des examens exempts de suspicion, de délivrer des titres et diplômes incontestables et en définitive de donner nos enfants les mêmes chances» se justifie-t-il.
UNE ENQUETE EST OUVERTE POUR SITUER LES RESPONSABILITES
Babou Diaham a, en effet, réitéré sa confiance à la justice sénégalaise, à ouvrir une enquête afin de situer les principaux acteurs de cette fuite et en fin les sanctionner.
Pour finir, le directeur de l’office du BAC a rassuré aux parents d’élèves et aux élèves que ce baccalauréat se poursuivra dans de meilleures conditions.

Djoloffactu

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.