Voici mon allocution à l’occasion de la cérémonie de clôture de la tournée économique du Président Macky Sall dans le Djoloff, ce dimanche 23 décembre 2018.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Monsieur le Directeur Régional du Fonds Koweitien

Monsieur le Gouverneur,

Honorables députés et Hauts conseillers des collectivités territoriales,

Monsieur le Préfet,

Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs

Permettez-moi tout d’abord, au nom de l’ensemble des populations du Département ici présentes, de vous souhaiter la bienvenue à Linguère, en terre du Djoloff, en ce bel après-midi de Dimanche.

Monsieur le Président de la République ,

Il est des moments où la simplicité du verbe ne suffit pas et le moment que nous vivons en est véritablement un.
En effet, face à cette mobilisation populaire et enthousiaste, l’on se demande si les mots justes peuvent être trouvés pour traduire fidèlement le profond sentiment de cette foule.

Pour être simple et direct, je dirai que l’enthousiasme de ces populations est la traduction sincère de leur reconnaissance, de leur gratitude et de leur adhésion totale à votre action.

Linguère ne vous dira jamais assez « merci Monsieur le Président de la République » car ici, vous avez transformé le quotidien des populations et j’y reviendrai.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Votre tournée dans notre région se déroule à un moment particulier de la vie de notre pays.
En effet, nous sommes en l’an 2018, c’est-à-dire sept (7) ans après votre élection à la magistrature suprême. L’on est donc en droit de dire que le moment est aussi venu de faire un bilan des réalisations, au regard des engagements pris en 2012, lorsque vous aviez sollicité le suffrage des sénégalais.

Je le ferai avec plaisir.

A cet égard, il me semble tout d’abord important de rappeler, Monsieur le Président de la République, deux réalisations majeures d’une importance stratégique ayant permis de résoudre des difficultés structurelles qui hantaient le sommeil des sénégalais et que nous avons aujourd’hui tendance à oublier tellement ces difficultés sont désormais derrière nous. Je veux parler de l’électricité et des inondations.

En 2012, le déficit de production électrique était profond, le réseau de transport insuffisant, les délestages quotidiens, la SENELEC largement déficitaire. Nous avions donc trouvé une qualité de service déficiente avec un coût élevé de l’électricité. L’on se rappelle les émeutes de juin 2011. Une situation difficile et urgente.
J’ai eu l’honneur et le privilège dans le premier Gouvernement d’avril 2012, d’avoir été nommé Ministre de l’Energie et des Mines et vous m’aviez alors instruit en ces termes : « Monsieur le Ministre, la mission du Gouvernement dans le domaine de l’énergie est de faire en sorte que la question de l’électricité ne soit plus un enjeu électoral ». Eh bien ! vous avez tenu le pari car aujourd’hui, plutôt qu’un enjeu, l’électricité est un élément de votre bilan que les sénégalais se plaisent à citer. La qualité de service a été retrouvée, la SENELEC redressée, le tarif de l’électricité a même été réduit.
La même observation est valable pour les inondations et avec le recul, je vous revois encore cette nuit dramatique où, chaussé de bottes, vous étiez aux côtés des populations de Grand Yoff pour partager leur détresse.
Là aussi le pari a été tenu !

Je peux maintenant évoquer les infrastructures. Je me limiterai à citer quelques exemples. L’Autoroute « Ila Touba » dont vous venez de procéder à l’inauguration ,qui permet maintenant de rallier Touba en seulement 1 heures 30mn à partir de Dakar.

Il y a bien sûr le TER, dont l’inauguration est prévue au début de l’année 2019 : une véritable révolution.

Le désenclavement de la Casamance , avec prochainement la réception du pont de Farafégny, un vieux rêve des populations du sud de notre pays dont la réalisation permet d’assurer désormais la continuité territoriale.
Je pourrais allonger cette liste avec diverses autres réalisations dans d’autres secteurs, les unes aussi importantes que les autres : l’AIBD et la modernisation des aéroports régionaux , le Marché d’intérêt national, Dakar Aréna, les Arènes nationales, le Musée des civilisations noires.

Au plan agricole, les performances du programme pour l’accélération de la cadence de l’agriculture au Sénégal PRACAS ne sont plus à démontrer : l’autosuffisance en riz n’est plus un rêve et depuis bientôt cinq (5) années successives, les récoltes en cultures de rente et en cultures vivrières enregistrent des records. Pour la prochaine campagne, les estimations portent sur environ 1 000 000 tonnes et 1 400 000 tonnes pour les cultures vivrières et l’arachide.

Le secteur de l’Industrie a également constitué une de vos préoccupations importantes et, après la réhabilitation en 2014 des grandes industries que sont les ICS et la SAR, vous venez, il y a quelques jours seulement, d’inaugurer le Parc industriel de Diamniadio, centre d’accueil d’entreprises non polluantes, fortement utilisatrices de main d’œuvre et essentiellement tournées vers l’exportation et l’import-substitution.
On le voit ainsi, les bases de la transformation structurelle de l’économie, axe 1 du PSE, sont bien jetées.

Mais votre vision est allée au-delà là, Monsieur le Président de la République. Vous avez, en effet, très tôt compris que lorsqu’elle n’est pas adossée à une distribution équitable de ses fruits, la répartition de la croissance, fruit de l’effort de toute une collectivité nationale, devient alors injuste. Votre vision a donc intégré l’inclusion sociale et la solidarité. Cette préoccupation qui a également été un souci majeur de vos prédécesseurs et malgré les efforts consentis, n’a jamais connu une solution satisfaisante.

Il a fallu attendre votre magistère pour que les politiques appropriées soient vraiment mises en œuvre. Aujourd’hui, avec le PUDC, le PUMA, PROMOVILLES, la réforme des Collectivités territoriales, les bourses familiales, la Couverture Maladie Universelle (CMU), l’amélioration du pouvoir d’achat à travers la fiscalité et la baisse des prix des denrées, l’élargissement du Programme Elargi de Vaccination, le relèvement du SMIC, la revalorisation des retraites, la solidarité et l’inclusion sont bien prises en compte et directement vécues par les sénégalais.
L’Etat de droit se renforce chaque jour et une dernière manifestation en est l’élection récente du Sénégal à la présidence de la Commission des Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

Monsieur le Président de la République, à m’entendre, on pourrait se croire dans un monde de rêves, fait de vœux pieux. Eh bien non ! Il s’agit de faits réels, palpables, mesurables et vérifiables. Il s’agit bien de la déclinaison programmatique de votre vision stratégique à savoir « un Sénégal émergent à l’horizon 2035, avec une société solidaire, dans un Etat de droit ».

A l’occasion du débat budgétaire sur la loi de finances 2019, mon collègue des Finances en a fait un bilan détaillé le 9 décembre 2018. Je vais, pour résumer, citer quelques chiffres : 1362 km de routes, 216 km d’autoroute, 2800 km de pistes de désenclavement, doublement de la capacité de production électrique, allocation de bourses familiales à environ 315 000 ménages, électrification de 2202 villages.
La liste pourrait s’allonger avec les réalisations dans les autres domaines notamment l’Education et la Sante. Nous sommes vraiment dans le temps de l’action.

Monsieur le Président de la République,

Malgré leur étendue et leur diversité, les réalisations que voilà ne vous font pas verser dans l’autosatisfaction. Bien au contraire, elles vous confortent dans votre conviction que notre pays est sur la rampe de l’émergence et dans votre ambition d’un Sénégal toujours en progrès.
C’est pourquoi, l’avenir paraît tout aussi radieux.

Monsieur le Premier Ministre vient de procéder le lundi 10 décembre 2018, à la signature de la phase 2 du MCA avec une enveloppe de 340 milliards environ qui permettra notamment d’améliorer la qualité du service électrique par un renforcement du réseau de transport et l’élargissement de l’accès à l’électricité en milieu rural.
La seconde phase du PUDC a été lancée et notre pays vient , les 17 et 18 Décembre 2018, c’est à dire il ya moins d’une semaine, de réussir avec brio son second passage au Groupe consultatif de Paris pour la 2ème phase du PSE et le Plan d’Actions Prioritaires 2019 – 2023. Les Partenaires techniques et financiers viennent en effet de vous renouveler leur confiance avec éclat en acceptant de mettre à la disposition de notre pays un volume de financements de 7536 milliards pour un financement recherché de 2850 milliards , soit plus de 2 , 5 fois les besoins exprimés !
Nous allons donc vers de nouveaux progrès.

Mais Monsieur le Président de la République, aujourd’hui c’est le Département de Linguère qui a l’honneur de vous accueillir avec un enthousiasme débordant et une totale adhésion à votre action.

L’assistance resterait donc sur sa faim et je manquerai à mon devoir si je ne vous livrais pas les secrets de cette mobilisation.
Je le ferai avec fierté et émotion.

En effet, en évoquant le sujet de vos réalisations à Linguère, je ne puis m’empêcher de revoir à l’esprit l’engagement ferme que vous aviez pris en 2012 lorsque je vous présentais la situation difficile de ce Département à travers un document diagnostic élaboré par les fils du terroir en relation avec les populations : un terroir enclavé, marqué notamment par un besoin chronique en eau et en aliment de bétail, une électrification rurale quasi inexistante, une couverture sanitaire faible, bref des populations vulnérables.

Vous aviez d’abord commencé par indiquer que vos différentes tournées à l’intérieur du pays ont révélé le même constat général. Vous aviez ensuite pris l’engagement, une fois élu, de tout mettre en œuvre pour entreprendre les actions nécessaires pour un mieux être des couches sociales défavorisées.

Aujourd’hui qu’en est-il pour Linguère ?

Le 23 novembre 2018, le cercle de réflexion des cadres de Benno BokkYakaar a tenu un forum à Dahra qui a réuni l’ensemble des responsables.

A cette occasion, une revue exhaustive des réalisations a été effectuée, Commune par Commune, et ce document fera d’ailleurs prochainement l’objet d’un livre blanc.
Une synthèse des résultats de ce forum permet de dresser le tableau élogieux suivant :

Il y a d’abord bien sûr le Ranch de Dolly, zone d’élevage par excellence : 87 000 ha pouvant abriter 15 000 têtes de bétail autrefois entouré de barbelés et en proie à une totale insécurité et aux feux de brousse récurrents.
Aujourd’hui, le Ranch est devenu le symbole du pacte de confiance qui vous lie aux éleveurs. Le périmètre de 120 km a été clôturé avec une sécurité renforcée par l’installation d’un poste de gendarmerie et la présence effective des Eaux et Forets. Avec l’important investissement consenti, l’espace pastoral a été élargi, les ressources fourragères sécurisées, le cheptel mis à labri. Sous votre magistère, le Ranch de Dolly a définitivement retrouvé sa vocation sylvo-pastorale.

Dans le domaine de l’hydraulique, la situation du Département était marquée par un déficit chronique avec des forages datant de 1958. Aujourd’hui, grâce au PUDC, l’eau coule à flots à Tessékéré, Widou, de Thiel à Dolly avec un total de 64 forages depuis 2012. Le triangle de la soif a fait ainsi place au triangle de la prospérité.

La réalisation des pistes de production avec 330 km a permis le désenclavement de plusieurs villages et facilité leur accès aux centres urbains. Ainsi, 120 km de pistes sur l’axe Guerle – Gassane – Dolly – Linguère impactent 85 villages et 20021 habitants.
L’on pourrait y ajouter l’axe Linguère – Dodji – Labgar long de 65 km, Dahra – Thiel sur 70 km ainsi que 33 km et 23 km de pistes dans les Communes de Gassane et de Kamb. A cela , viennent s’ajouter les 90 KM de piste reliant Linguere à Doly que vous venez d’inaugurer .

La ville de Linguère, chef lieu du Département, bénéficie pour la 1ère fois d’un bitumage intérieur sur une longueur de 5 km avec en meme temps un renforcement de son statut de ville carrefour notamment par la réhabilitation de la route Touba-Dara –Linguère et l’achèvement de la route Linguère –Matam .

L’électrification rurale n’est pas en reste. De Dolly d’où nous venons pour Linguère, tous les villages traversés ,Thiel, Lindé, Khogué, Guénène et M’badiène sont électrifiés . Plusieurs autres villages du Département bénéficient aujourd’hui de l’électricité à Labgar, Dodji, Sagatta avec des travaux d’extension pour d’autres comme Dahra, permettant ainsi aux populations d’accéder à l’électricité domestique et l’éclairage public, à l’eau fraîche, à de meilleures conditions de conservation des produits mais aussi à davantage de sécurité.

Les réalisations du Gouvernement dans le Département, c’est aussi l’émergence de la micro-industrie : un hôtel d’industries à Linguère, une unité laitière à Dodji, une savonnerie pour femmes ainsi qu’une unité de transformation de fruits et légumes à Dara. Dans le domaine agricole, Linguère a le privilège d’être parmi les bénéficiaires de grands projets agricoles avec la création prochaine du domaine agricole communautaire de Dodji sur une superficie de 2000 ha.

Bien qu’il puisse être fastidieux de les énumérer de manière exhaustive, permettez-moi, Monsieur le Président de la République, de signaler que plusieurs autres réalisations ont été enregistrées dans les domaines de l’Education avec le nouveau lycée dont vous venez de procéder à l’inauguration , 90 salles de classe construites , des équipements scolaires , 7000 uniformes d’écoliers , de la Santé avec notamment 10 cases et postes de santé et la réhabilitation de la maternité de Linguère , de l’Elevage avec la dissémination de parcs de vaccination et d’abreuvoirs.
La pénibilité du travail de la femme a été également allégée avec la distribution de plusieurs moulins et de presses à huile. Le Département compte également 2530 bénéficiaires bourses familiales .

Monsieur le Président de la République,
Mesdames, Messieurs,

De telles réalisations ne pouvaient laisser indifférent. Les populations de Linguère vivent mieux. Occasion ne pouvait donc être plus belle pour vous exprimer leur totale satisfaction et leur soutien sans faille. Ceci explique cela.

Avec le tableau que voilà, il est aisé de comprendre pourquoi, derrière vous, le soutien des populations de Linguère sera toujours sans faille car vous l’avez amplement mérité.

Excellence Monsieur le Président de la République, Linguère vous dit DIRADIEUF !

Je vous remercie de votre aimable attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

L’inspecteur Idrissa Samb est l’invité du 131e numéro de Pencum Djoloff