Chanteur sénégalais, auteur-compositeur et chef d’orchestre Youssou N’Dour est l’un des principaux promoteurs de la World Music, alliant musique traditionnelle de son pays, culture populaire occidentale, rythme cubain etc.

Né à Dakar, en 1959. Il est l’aîné de huit enfants. Son père était un mécanicien de garage et sa mère était une chanteuse griotte.Il a grandi « enchevauché » entre deux maisons. Il avait dû quitter la « grande maison », celle où, dans la tradition de la caste, les faits et gestes du quotidien au même titre que l’histoire passée nourrissent les récits des poètes musiciens. A ses 10 ans, Youssou est réclamé par sa grand-mère maternelle. « J’ai dormi pendant cinq ans dans sa chambre, j’avais le privilège de l’écouter longuement avant de dormir. Et le matin, je me levais tôt pour aller lui chercher de l’eau. » Les canalisations n’étaient pas encore arrivées dans la Médina, quartier pauvre de Dakar, qu’il traversait le mercredi et le week-end pour aller rejoindre ses parents et l’atelier de ferraille paternel.

Youssou Ndour remplace plus tard sa mére. Il commença à chanter lors des cérémonies religieuses telles que les circoncisions traditionnelles. Il verra ensuite son talent dépasser les espérances jusqu’au jour où il reçoit une invitation à rejoindre le « Diamono », fondé en 1973 par Papa Samba Diop.

A ses 16 ans, il devient le noyau du groupe et l’un des chanteurs les plus populaires de Dakar, le « Star Band ». L’équipe atteint par la suite une popularité surprenante en adaptant des chansons d’un style américain, cubain et latino.

En 1977, il forme « Etoile de Dakar » avec beaucoup de jeunes musiciensde la « Star Band ». La musique jouée par « Etoile de Dakar » était une polyglotte de griots et des personnes de toutes nationalités … Fort de ses succès, » Etoile de Dakar  » pris fin lorsque les co-fondateurs, El Hadji Faye et Badou Ndiaye quittent le groupe. Le roi du Mbalax rebondit par la suite en formant, en 1979 « le Super Etoile » de Dakar et il se fait donc connaître comme l’artiste sénégalais le plus adulé.

Une grande partie de la musique jouée par « le Super Etoile », révèle l’influence de l’adhésion de Youssou N’Dour au système de croyances des Mourides. Mouridisme, un des nombreux « Tarikha » islamiques du Sénégal prônant des enseignements de Cheikh Ahmadou Bamba. Leur philosophie étant d’encourager ses disciples à passer leur vie à se préparer pour le salut de l’au-delà plutôt que de recourir à la violence économique, culturelle et sociale. Pour accéder donc à ce salut, il fallait suivre les instructions divines enseignées par les Marabouts. C’est ce qui explique les contenus spirituels des chansons de Youssou Ndour, encourageant les auditeurs à suivre la voie de Dieu. Avec Vipeople.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Etat d’urgence : Voici la vraie somme que devaient toucher les policiers

Depuis que l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu a été décrété, les policiers se sont i…