Quand diplomatie algérienne rime avec infantilisme et calomnie !

Quoi de mieux que d’aboyer des mensonges en accusant le Maroc de recycler l’argent du haschich via ses banques dans le continent africain.
C’est Ă  cet exercice scandaleux que le Ministre algĂ©rien des Affaires Etrangères, Abdelkader Messahel, a brillĂ©, le 20 octobre 2017, lors d’un dĂ©bat initiĂ© par le Forum des Chefs d’Entreprises AlgĂ©riens (FCE) et ce n’est pas tout.
En effet, enflammĂ© par les applaudissements de la salle, et très certainement sous l’effet de psychotropes, produits par son pays, Messahel a pris davantage de « hauteur » et pointĂ© son Ă©lan psychĂ©dilique en accusant la compagnie aĂ©rienne marocaine, la Royal Air Maroc, opĂ©rant en Afrique d’ĂŞtre un pourvoyeur de stupĂ©fiants.
Aussi, la Royal Air Maroc, au coeur de la stratĂ©gie diplomatique africaine du Maroc, s’est-elle dĂ©clarĂ©e, le 21/10/2017,  « scandalisĂ©e par les allĂ©gations calomnieuses » du Chef de la diplomatie algĂ©rienne, en raison d’ĂŞtre une « compagnie internationalement reconnue », quant aux banques marocaines elles ont aussi rĂ©agi aux « allĂ©gations graves et mensongères » de Messahel arguant que  « secteur bancaire marocain est citĂ© comme rĂ©fĂ©rence dans la rĂ©gion MENA et en Afrique par sa soliditĂ©, ses performances et son respect des règles prudentielles les plus avancĂ©es ».
Ces propos insultants, politiquement irresponsables,  diplomatiquement tendancieux et ouvertement hostiles de Messahel sont  l’expression odieuse du niveau de bassesse atteint par certains dirigeants algĂ©riens qui ne graignent plus le ridicule.
En fait, ils sont la dĂ©monstration que ces apparatchiks fossilisĂ©s, en rupture de ban et en dĂ©phasage avec leur Ă©poque, sont malades du Maroc. Les percĂ©es Ă©conomiques rĂ©alisĂ©es par le Maroc sur la scène africaine font pâlir de jalousie le rĂ©gime algĂ©rien grabataire, sans rĂ©el maĂ®tre Ă  bord, en proie Ă  une crise financière sans prĂ©cĂ©dent, et menacĂ© d’explosion sociale.
Cette attaque injustifiĂ©e contre le Maroc dĂ©montre la dĂ©route d’un rĂ©gime dont le Maroc est devenu la mauvaise conscience. Il lui renvoie l’affligeante image de ses propres Ă©checs qui sont lĂ©gion.
Aussi, en rĂ©action aux accusations puĂ©riles et nĂ©anmoins gravissimes du sieur Messahel, le Maroc a dĂ©cidĂ© “le rappel en consultation de l’Ambassadeur marocain en AlgĂ©rie, sans prĂ©judice des actions que les institutions Ă©conomiques nationales diffamĂ©es par le Ministre algĂ©rien, pourraient prendre” et a convoquĂ© le ChargĂ© d’Affaires de l’Ambassade d’Alger Ă  Rabat.
Des allégations mensongères proférées par Messahel qui ne peuvent justifier les échecs ou cacher les véritables problèmes économiques, politiques et sociaux et qui touchent de larges franges de la population algérienne, notamment la jeunesse.
Ces dernières déclarations de Messahel constituent un tournant aussi dangereux qu’inédit et le choix des angles d’attaque, les mots utilisés, le timing choisi sont très graves.
J’invite les lecteurs Ă  visionner la vidĂ©o sur les propos de Messahel sur le site h24info.ma sous le titre « VidĂ©o. Propos surrĂ©alistes d’un Ministre algĂ©rien contre le Maroc ».
Quoiqu’il en soit, le Maroc est en train de rĂ©ussir son pari de convaincre la majoritĂ© des acteurs de la communautĂ© internationale de la viabilitĂ© de la solution qu’il propose pour sortir de l’impasse du Sahara et consolider son unitĂ© territoriale.
Une situation de nature à donner des ulcères à une diplomatie algérienne dont l’unique fait d’armes est d’avoir dépensé des milliards pour encourager le séparatisme et affaiblir le voisin marocain.
A ce propos, le Maroc, dans sa rĂ©action, n’a pas manquĂ© de pointer ce point prĂ©cis : « Le Royaume du Maroc, en condamnant ces propos affabulatoires, d’un niveau d’irresponsabilitĂ© sans prĂ©cĂ©dent dans l’histoire des relations bilatĂ©rales, relève qu’ils coĂŻncident avec la tournĂ©e rĂ©gionale de l’EnvoyĂ© Personnel du SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral de l’O.N.U pour le Sahara, ainsi qu’avec les prĂ©paratifs du Sommet Union EuropĂ©enne-Afrique, prĂ©vu fin novembre 2017 Ă  Abidjan ».
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.