Tout porte à penser que Habib Sy, le directeur de cabinet du président de la République, ne reviendra plus dans le giron d'Abdoulaye Wade. Voila plus d'une semaine qu'il est revenu de Linguère, où il a séjourné le 26 février à l'occasion du premier tour de la présidentielle, sans mettre les pieds au palais ni appeler Abdoulaye Wade. Contrairement à une opinion répandue, Mamour Cissé, qui assurait son intérim, l'a appelé pour lui restituer sa charge. Mais Habib Sy refuse obstinément de retrouver son bureau à la présidence. Officiellement, il se donne le temps d'encaisser le coup de la cuisante défaite qu'il a subie dans son fief de Linguère le 26 février et se gênerait à regarder Wade les yeux dans les yeux après cette débâcle électorale.
Cette excuse tient de moins en moins la route. Nombreux sont les responsables du parti présidentiel qui ont perdu à l'occasion du premier tour et qui ont retrouvé et leurs bureaux et leur mentor, Abdoulaye Wade. Beaucoup parmi eux ont d'ailleurs entrepris une stratégie de reconquête de leur fief en perspective du second tour. Si Habib Sy continue à s'emmurer, c'est donc pour des raisons inavouées voire inavouables. Dakaractu est en mesure d'écrire que l'entourage de Wade est aujourd'hui de plus en plus convaincu que l'attitude du directeur du cabinet présidentiel n'est en réalité qu'un stratagème pour quitter le navire libéral qui commence à prendre l'eau. Tant qu'à quitter, la meilleure manière c'est de disparaître pour ne plus réapparaître. Après avoir régenté la République à partir de son bureau, Habib Sy l'a brutalement et curieusement déserté. Se prépare-t-il à devenir le premier transhumant du camp libéral au cas où celui-ci perd le pouvoir ? Sera-t-il à la réunion du Comité directeur du parti présidentiel prévue pour hier et reportée à aujourd'hui ?   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Dahra Djoloff : Décès d’un médecin par arrêt cardiaque

Un drame est survenu hier jeudi 19 septembre vers 21 h, au quartier Angle Ndiakhaye, dans …