DECROIX ET DE BANNIERE (Par Pape Sarr)

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’opposition dite significative (celle qui faute d’avoir un bon professionnel de la complainte s’est flanqué d’un Mamadou DIOP Decroix, expert es qualité en matière de chèvrerie discursive, qui ne s’embarrasse d’aucun scrupule pour venir, sur le journal de la TFM, que sa tribu d’opposants ne peut pas aller dans un dialogue avec un pouvoir, dont le ministre de l’intérieur organise les élections. Pour Decroix, cela est révolu depuis que les assises nationales qu’il a sabotées, par respect pour Wade son mentor politique, ont indiqué cette voie de gouvernance participative. Quel culot ? dire à tout le pays que le gouvernement du Sénégal n’est pas digne de confiance, parce que beaucoup sont trempés dans des histoires d’argent, c’est quand même énorme, quand on doit son existence politique en tant que chef de parti, à la manipulation et à un désaccord sur le partage des rentes, qui a eu pour effet immédiat, une implosio de AJ PADS et l’instauration de la guerre contre son créateur politique Landing Savane. Le résultat, c’est que Wade père, sénile, filou et méchant en a profité pour réduire à peau de chagrin AJ PADS qui promettait vraiment. En l’absence de toute mesure de djom et de foula, Mamadou DIOP, s’est pavané dans le journal de la RFM, rassasié de ses inepties politiques et essayant de se convaincre que ce qu’il avance comme arguments, peut encore convaincre quelques oisifs errants, embastillés comme Babacar GAYE dans le déni global et le tintamarre existentiel profond. Pas besoin de croix ou de bannière pour que nos braves « nonistes » à toute épreuve se mettent dans une situation de renfermement, enroulés dans leur hantise de partis ou coalitions sans candidats pour la prochaine échéance électorale. Tout y passe, mais le plus ubuesque pour les sénégalais c’est de ne pas pouvoir comprendre que ces gens n’ont pas encore tiré les enseignements des législatives d’il y’a déjà 5 mois, continuant de discourir et de contester la victoire à BBY. Ils s’emmêlent parfois encore les pinceaux entre leurs inventions contre productives du référendum et leurs hérésies autour du fichier électoral. Ce qui demeure constant c’est que ces gens n’ont aucune solution à leurs projets et vœux politiques. Il est donc plus simple pour eux de se braquer contre le Macky et de faire de la diabolisation du Président et de son régime le souffre douleur de leur manque de crédibilité. Tant que la donne ne change pas sur notre landerneau politique, le Président n’aura aucun souci à se faire et pourra tranquillement parler à ceux qui veulent encore de la concertation pour contribuer à améliorer les enjeux et contours des nombreux problèmes de ce pays. La chèvrerie Decroix et de bannière, peut continuer de plus belle, nous savons tous que la clameur a baissé d’intensité. Les bêlements finiront par s’estomper, faute d’énergie suffisante et de source. Déjà une bonne partie de la population a fini de prendre au sérieux la comédie de ces professionnels de la politique qui essaient de se payer une virginité à force que couleurs vives d’une chéchia ou d’une écharpe. La politique ne s’accommode pas de leaders encore prétendants, emmêlés dans des malversations autour de nos deniers publics. Khalifa aura du mal à essuyer tout le thieb et le dougoup qui lui collent à la peau et la conscience collective a bien enregistré la condamnation de Karim Wade pour le randal de nos pauvres milliards. Finalement ils peuvent se dire à quoi bon aller dans un dialogue politique dont l’issue n’aura pour ces coalitions du mal aucun intérêt. Decroix a raison il ne reste que ça comme alternative, youkhou rek, mbééé goudoul diekh, sans débat et sans détails car il n’ya pas de vents favorables à celui qui ne sait pas quelle direction prendre. Le lion peut se rendormir, il n’ya pas encore de quoi fouetter un chat.

Duc de Diapal

ducdediapal@gmail.com

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.