Pas de ola pour Leïla Aïchi à l’Assemblée Nationale française

Malgré tous ses rétropédalages et ses jérémiades à dormir debout, Leïla Aïchi n’a pu arrêter la vague déferlante qui l’a balayée sèchement, le 17 mai 2017, de la liste définitive des candidatures de « La République En Marche ».
D’un rêve éphémère d’occuper un siège à l’Assemblée Nationale, Leïla Aïchi est passée à une réalité acide à savoir le rejet de sa candidature par les électeurs de la 9ème circonscription réservée aux Français de l’étranger.
C’est le résultat d’un soutien inconditionnel et malsain à une divagation qu’est la pseudo RASD et d’un mensonge pour le démentir et ce, alors que les faits sont là et parlent d’eux mêmes.
Une sournoiserie qui a certainement pesé lourd dans la balance de la commission en charge de finaliser la liste des candidatures de « La République En Marche » pour les prochaines législatives pour décider tout simplement de l’éjecter.
Une éviction qui a été fêtée comme elle se doit par les Français, binationaux ou d’origine, installés dans les 16 pays de cette 9ème circonscription.
L’amitié franco-marocaine est sauve, et Leïla Aïchi a été mise en lock-out par le Président de la République, Emmanuel Macron !
La ola souhaitée à l’Assemblée Nationale française passe à la trappe. Elle lui sera, en compensation, réservée par les Sénateurs algériens et les responsables polisariens lors de son prochain passage à Alger.

Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.